dayofdoom
Profile

L'EXCEPTION QUI CONFIRME LA RÈGLE

Cette expression avec le 'qui', est s...

    "Vous qui passez ici, laissez toutes vos espérances" (Citation de "L'enfer de Dante" librement modifié) (19/05/2018)

  • 38725 visits
  • 600 articles
  • 6858 hearts
  • 3395 comments

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


En vérité, cet article devrait se nommer "Avertissement", c'est son but, bien qu'il y soit question de renoncement. Avertir oui mais qui et de quoi ? Qui ? Vous qui me lisez, au hasard ou pas, et de quoi ? De la tentation de faire comme moi, de vouloir trop chercher un sens à tout cela, s'engager spirituellement. "...Mais délivrez-nous du mal." Lorsque ce que nous connaissons actuellement: la vague djihadiste, etc sera passée et terminée, ce jeux de dupes, fuite et d'actes horribles inhumains, il sera alors temps de se pencher pour de vrai dans la spiritualité, de chercher à déterminer sereinement ce "pourquoi nous sommes là" en quelque sorte.
Je n'empêche personne à le faire, soyons précis, mais ce n'est pas la spiritualité qui vous choisit, ni vous qui la choisissez, ayez cela régulièrement en tête. Moi, je ne l'ais pas cherché à la base, serais-cela le fameux karma ? Il y a différentes étapes d'implications, prédispositions...Le "on ne naît pas "quelque chose" on le devient" ne marche pas dans ce cas dont je parle, ou c'est insuffisant. Les renoncements. Car il faut être bien conscient de ce que cela implique. C'est une rupture avec la société, le monde extérieur.
Si vous vous sentez mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau, que rien ne marche comme il faudrait normalement, pas seulement de temps en temps, le renoncement au monde extérieur et ses promesses sera plus facile que pour les autres. Les obscurantistes qui ont recruté perfidement de la chair à canon pour le Moyen-Orient l'ont réalisés et s'en sont servis. En fait, pas tout à fait, ce qui s'est passé, c'est qu'une partie a plus fui qu'autre chose ce monde, notre quotidien et toutes ces sollicitudes. Étaient-ils dans le cas dont je parlais (mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau etc )et combien ?Je veux dire, étaient-ils véritablement prêt spirituellement ? Très peu j'imagine, car leur masque tombe lorsqu'ils saisissent une arme pour tuer. Ce n'est pas la véritable spiritualité. Lorsqu'on y est pas préparé ou prédisposé, renoncer aux promesses de tout les jours peut devenir intolérable, inconcevable et aberrant, (Il faut que cela vienne de l'intérieur, la motivation pour une démarche spirituelle) et rapidement, une évidence: fuir ce renoncement, cette quête de spiritualité ou pour parler moderne, ce "no-life".Il faut préciser, je n'ai rien contre ceux qui mène leur vie quelle qu'elle soit, intégré parfaitement, épanouie niveau profession et familial. C'est que vous le méritez, cela devait vous arriver.
Mais si vous cherchez à me ressembler ou à me copier, ce sera l'échec, ou vous vous perdrez dans une fausse direction pensant réussir. Le passage de l'un à l'autre n'est pas facile. S'il est réalisable. Les soucis ou dangers dont je veux avertir peut être la déception, un rejet total de spiritualité due à la frustration.
Il faut vivre.

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

Ludwig Part IV 24/04/2016

Désolé pour la vidéo, mais pour des raisons de copyright à la noix et de l'intelligence de dailymotion "Nous avons reçu une notification de violation de copyright à propos d'un contenu disponible sur votre compte officiel à l'adresse suivante... :" VOUS NE VERREZ PAS LA VIDEO provenant de dailymotion...QUI ça dérange ? franchement ? allez donc essayer de trouver ce film dans votre hypermarché ! De plus ce n'est qu'un cours extrait, et ça fait de la bonne pub pour le film. 
Suite :
 
On ne voit pas la présentation du « Tristan » de Wagner, il n'y a pas de scènes d'opéra dans le film, c'est dommage bien sur, mais comme le film dure presque 4h...Ainsi il est centré que Ludwig, et on a la musique de Wagner en fond sonore tout le long du film...Ce que l'on sait du « Tristan » provient d'un témoignage d'un ministre disant que cet opéra ainsi que les générosités inconsidérés de Ludwig envers Wagner ont coûté une fortune et qu'au dernier moment l'impératrice d'Autriche Elisabeth avait annulée sa venue, afin de faire comprendre sa « désapprobation » à cet opéra et à ce qui se passait, estime le ministre. Il a vu juste. Car dès qu'Elisabeth rencontre un peu plus tard Ludwig, elle le lui dit clairement. Ludwig encore tout réjoui par le succès du public ce soir pour l'œuvre de Wagner est surpris par sa désapprobation notamment à propos des sommes dépensées. Elle lui demande au juste ce qu'il veut. C'est-à-dire : « Tu ne compte pas régner ainsi toute ta vie en dépensant des sommes folles à travers des opéras et pour les artistes ? » Mais si, c'est ce que veut Ludwig. Ludwig est comme un gosse qui pourrait passer des heures à regarder ses dessins animés préférés ou à jouer sur une console...C'est innocent, il y a rien de mal, le souci vient qu'il est adulte maintenant, qu'il a des responsabilités, des devoirs même en tant que roi. Elisabeth lui dit que sa vocation de mécène lui donne l'illusion d'avoir créer ou fait quelque chose, or il n'a presque rien fait jusqu'ici...Et elle profite pour enfoncer le clou « Tout comme je te donne l'illusion de l'amour...Il ne faut pas rester seul» Elle lui signifie clairement qu'il faut arrêter de rêver, qu'il lui faut agir, dans le bon sens, être conscient de ses responsabilités et de ses devoirs et devenir vraiment adulte. Et que toute l'aide qu'elle peut lui apporté se limitera à ces mots, rien de plus.....Double désillusions pour Ludwig, ça ne fait que commencer... Elle lui conseille, c'est presque un ordre, de se marier, d'épouser Sophie, que son devoir est d'affronter la réalité (il ou ils ne sont pas si libres qu'on pourrait le penser, bien que roi et impératrice) « Les rois ne laissent guère de traces dans l'histoire, nous sommes en vitrines, l'histoire nous oubliera, à moins qu'un fou ne parviennent à nous rendre important en nous assassinant.. » et la scène se termine où l'on la voit sur son lit de mort (on le devine) rappelant ainsi sa destinée tragique, assassinée en Septembre 1898 à Genève par un homme croyant ainsi devenir célèbre...D'où les mots d'Elisabeth prononcés auparavant. Ce qui apporte encore plus de tragédie au film. Mais nous sommes toujours en 1865, et Wagner a qui Ludwig vient rentre visite a des soucis, il est victimes de mauvaises critiques, d'attaques personnelles et des quolibets de la part du public bavarois qui n'apprécient pas ses œuvres, qui n'y connait rien etc... En fait, les bavarois expriment leur désapprobation envers les dépenses énormes. Pourtant Wagner et Ludwig envisagent et  rêvent la construction d'un Théâtre révolutionnaire, gigantesque...Le seul bémol est le prix et la réaction du peuple, Wagner le redoute. Il n'est pas aveugle comme Ludwig, il a conscience sans le dire évidement  que le roi de Bavière est capable de folies dépensières concernant ses œuvres et ses caprices, et qu'il en profite largement. Une preuve encore du sans gêne de Wagner profiteur et de la faiblesse de Ludwig est dans la comédie/manipulation orchestré dans la scène suivante où la femme du chef d'orchestre (maîtresse de Wagner ne l'oublions pas..) relate à Ludwig un léger malaise de Wagner survenu plus tôt, malaise que le compositeur minimise, qu'il ne veut pas évoquer devant sa majesté.... Tensions nerveuses, migraines, insomnies...Ce qu'il faut dit-elle c'est trouver ce qui en est la cause....Evidemment, lorsque son idole est touchée et malade, Ludwig s'inquiète... Elle continue en disant que ce sont pas les calomnies et mauvaises critiques déjà évoquées qui le perturbe et le fragilise, non, c'est son avenir et les dettes anciennes...Wagner feint d'être gêné et offensé par les « révélations »de madame Van Bulow...A part, elle révèle alors à  Ludwig que le maître a besoin de 200 000 florins afin d'éponger d'anciennes dettes, et ajoute t'elle, si cela ne lui est pas accordé il n'aurait pas d'autre choix que de s'en aller et de fuir les créanciers une fois de plus....Ludwig sous le choc du montant de la somme et ne voulant pas voir partir au loin son idole cède et  dit faire le nécessaire, qu'il va faire un emprunt auprès de la banque d'état...Inconscient , Il se fait rouler par Madame Van Bulow et Wagner, Wagner qui n'hésite pas à le traiter après son départ de lunatique...Ludwig dans sa faiblesse est bien seul...
 
A suivre...
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Ludwig ou le crépuscule des Dieux - Louis II de Baviere - Ludwig ou le Crépuscule des Dieux Film complet - Romy Schneider - Tristan et Iseult - Amour impossible?

Tour de babel 12/04/2016

Aube de l'humanité
L'être vit dans la fraternité
Nulles différences, nulle intolérance
Les jours heureux s'écoulent dans l'espérance
 
Tous unis, les humains se lancèrent à l'assaut du ciel
Pierre après pierre, marche après marche
Ensemble, main dans la main la tour devenait réelle
Tous unis, atteindre enfin le ciel, leur démarche
 
La tour, que ces hommes en paix élèvent
Sache que tu vis un instant unique, précieux
Où sans guerre, sans conflit, on rêve
Ah que dure éternellement cet instant délicieux
 
Dieu, des cieux voyait cette tour accroître
« Stupides enfants qui me défient ! Insolence !  »
« Insoutenable unité de ces êtres, cette tour je vais l'abattre »
« Divisons-les ! Qu'ils succombent à la peur, à la violence ! »
 
La tour inachevée, tous se querellent, et sombrent
Tout espoir de paix  et d'amour sur terre se cache dans la pénombre
L'être humain est frappé de jalousie et de neurasthénie
Désormais, suite au décret divin, ce n'est que haine et vilenies
 
Des siècles, des millénaires depuis se sont consumés
L'être humain réalise enfin ce qui cause sa perte
Et décident de laisser à la paix, à l'entente, à l'amour sa porte ouverte
Demain, nous aurons toute la journée pour nous aimer
 
Mais voici aujourd'hui des êtres obscurs et vils se substituent à dieu
Et exècrent comme lui jadis cette paix et unité, « Effroyable ! »
« Toutes choses, musique, art, progrès  apportant la paix est le diable! »
« La mondialisation est hostile aux cieux ! »
 
Mes amis, nous savons ce que nous avons à affronter
A notre tour, bâtissons notre monde de demain
Ne laissons pas ces obscurantistes nous duper, nous dompter
Mais vivons dans la paix et ouvert à l'humain.
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : tour de babel - nous sommes unis - paix - unité - Tolérance et liberté - humanité - fraternité - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - worship - "Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers." - Un jour ou l'autre - ne mords pas la main qui te nourrit - Les hommes les plus humains ne font pas la révolution : ils font les bibliothèques ou les cimetières. » André Malraux - Manifeste pour en finir avec les intégrismes

Ludwig Part III 07/04/2016

La suite :
 
Retour de Ludwig à Badischen, il faut qu'il narre sa rencontre (ou sa fascination plutôt) avec Wagner et ses œuvres à Elisabeth, la nuit sous la neige...Il tente de la « convertir » aux charmes de la poésie mise en musique par Wagner comme le dit Ludwig. Ludwig dit que cette musique est un langage universel, qui touche les cœurs et la sensibilité du monde, la musique de Wagner est selon lui le plus grand cadeau que l'on peut offrir à l'humanité. Elisabeth se moque en lui demandant en riant s'il veut que la Bavière devienne une nation de musicien... Moquerie innocente, mais...Une nation de guerriers serait pire. Surtout que dans les décennies qui suivront, il aurait été mieux sans doute que la Bavière soit une nation de musicien..C'est important, on ne doit tolérer aucune censure ou rejet pour la musique, et pourtant en 2016, il y a une infime minorité pour la combattre, la dénigrer, la diffamer, la montrant comme une chose « infernale et satanique »...(Ne laissons pas cela passer) Mais en ce qui concerne Ludwig et Wagner, le souci est qu'ils ont voulu aller trop loin, surtout niveaux dépenses pour la musique ...Ou pour Wagner. Ils se mettront le public à dos par leur passion et exagération.
Ludwig dit que Wagner lui a donné en quelque sorte confiance en lui, qu'il sait désormais à quoi consacrer sa vie : C'est-à-dire intermédiaire/mécène pour les œuvres du compositeur. Cela n'apparait pas dans le dialogue avec Elisabeth, et on l'oublie, mais les affaires que ce soit économiques et politiques du royaume de la Bavière sont ...loin loin... Il y en a que pour Wagner. Enfin non, pas tout à fait, il y a Elisabeth.  Il lui dit que le fait de la voir lui donne du bonheur et qu'il est en reconnaissant. C'est à ce moment que l'on comprend que Ludwig se sentirait bien seul sinon...Le personnage historique fuyait déjà les réceptions ainsi que son peuple... Comme pour mieux souligner le malaise de Ludwig dans ce monde, Ludwig demande dans le film à Elisabeth de lui promettre de venir « à son secours » quand il lui demandera, que l'Autriche et la Bavière ne sont pas si éloignée que cela...Elle lui jure. Il sait déjà quand ils se reverront, pour l'opéra « Tristan et Iseult » de Wagner. Habile de la part de Visconti d'évoquer « Tristan et Iseult » à ce moment : C'est le thème de l'amour impossible, dans les textes de la tradition orale, c'est le récit des aventures de Tristan qui épouse Iseult dont il a tué auparavant Morold, l'amour de Iseult, cela sans le savoir, mais Iseult elle le sait.. Elle sera partagée entre son amour grandissant pour Tristan et le passé. Ici en occurrence il s'agit de Ludwig et d'Elisabeth, leur amour impossible. Impossible car Impératrice d'Autriche-Hongrie, elle ne peut divorcer et vivre avec son cousin roi de Bavière, le scandale serait trop grand, c'est trop demander à Elisabeth. Dans cette histoire, il n'y a que Ludwig qui, tragiquement y croit et à des espérances... Donc c'est une bonne idée de la part de Visconti de mêler Tristan et le duo Ludwig/Elisabeth. Il faut lire entre les lignes (Hey, que fait votre serviteur ici depuis bientôt six ans ? Lisez entre les lignes ;))
Elisabeth finit par donner un baiser à Ludwig. Ne tombez pas dans le piège. Il y aura pas d'histoire d'amour du moins de la part d'Elisabeth pour Ludwig. Ce baiser dans le film marque le début des désillusions pour Ludwig dans sa vie, et cela va aller croissant.
Elle s'amuse, mais bientôt c'est le retour aux choses sérieuses : En rentrant de sa promenade/escapade nocturne, Elisabeth fait la rencontre de sa jeune sœur Sophie, et lui fait part de son projet : Que Sophie épouse le jeune roi de Bavière, Ludwig... Sophie ne le connait pourtant pas, mais elle en est enchantée. Elle est encore jeune et naïve, elle est un pion dans les –affreuses-affaires matrimoniales princières (les mariages arrangées entre gens du même monde) et ne le voit pas.
La scène ensuite du souper dans les appartements privées de l'impératrice à Badischen avec toute la famille du côté d'Elisabeth révèle tout l'embarras, la timidité, la déception et désillusion de Ludwig qui comprend alors le véritable but de son invitation au souper : Son mariage avec Sophie...Et bien qu'il soit Roi, on lui demande pas son avis... Lui ne veut que vivre une passion avec Elisabeth...Froissé et embarrassé il écourte au plus vite via un prétexte bidon la réception  avec une grande froideur.
 
A suivre...
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Ludwig ou le crépuscule des Dieux - Louis II de Baviere - Ludwig ou le Crépuscule des Dieux Film complet - Romy Schneider - Tristan et Iseult - Amour impossible

Cybercensure...Ou comment nous ignorons la chance qu'on a au quotidien là où nous sommes... 05/04/2016

En Chine : « Trouvez et supprimez toute info sur les Panama Papers » - Tibet
La cybercensure a menacé de se montrer « sévère » vis-à-vis de tout site ou réseau social qui laisserait passer des informations sur la mise en cause de proches du Président Xi Jinping dans les Panama Papers. En Chine, la mise en cause de personnalités de haut rang, dont un proche du Président Xi Jinping, …
www.tibet.fr

"Tibère : ou la mélancolie d'être" de Roger Caratini 02/04/2016

Dis-moi Tibère Pourquoi à Capri es-tu en exil ?
Ici comme à Rome, l'ombre, l'obscurité a ébruité
Tu faire croire que tu vois dans l'obscurité
Pauvre astuce qui abuse dans cet asile
 
A Capri aussi les remords te harcèlent
« Germanicus, Germanicus ! » insistent-elles
Dans la nuit noire vite l'étincelle !
Que s'enfuient ces menaces Irréelles !
 
« J'ai abattu Séjan ! J'ai sauvé Rome et mon devoir »
Clames-tu dans ton noir calvaire
Mais tous t'on vu le tromper pour le déchoir
Illusion ! Sauveur ? Tu n'es qu'un pervers
 
Triste césar, tes sujets tu les fuis
Tu n'ose pas les affronter
Depuis, ici les enfants te fuient
Tant tes actes sont éhontés
 
 
Ceci est ma vision toute personnelle de la fin de la vie de l'empereur Tibère qui choisit de diriger sur l'île de Capri, et non plus à Rome. Je le montre ainsi fuyant, accablé par sa conscience. On n'ignore la cause de la mort du général Germanicus, alors très en vue pour lui succéder, mais c'est un débat : Tibère afin de préserver son pouvoir a-t-il fait en sorte de l'empoisonner ? L'épisode de la chute brutale de Séjan, le chef de sa garde prétorienne,  sa montée progressive et ambitieuse, sa cruauté et sa terreur avec pour unique but : toujours plus de pouvoir, ainsi que les habiles machinations de Tibère pour le tromper et l'endormir afin de l'abattre quand il s'y attend le moins... Chef d'œuvre de manipulation de sa part depuis Capri qui évitera que Séjan se rebelle et entre en guerre contre lui et Rome. Hélas, le petit point faible est que cette « habilité » apparaît aux yeux de tous, notamment du sénat. Tibère a du le comprendre, il devait donc craindre le regard des habitants de Rome, il faut préciser que la chute de Séjan entraîna un vaste règlement de compte des anti-Séjan sur les anciens pro-Séjan (à tort ou à raison) et tourna au bain de sang... Il n'arriva jamais à revenir à Rome, à chaque fois, une angoisse le saisissait et il donnait ordre de faire demi-tour..Tibère, comme bien des césars, savait donner des ordres pour « écarter » tels ou tel gêneurs...Il a du sang sur les mains. Mais il n'y avait pas que ça. Des rumeurs à l'époque le montrait vieillard lubrique abusant de jeunes enfants dans sa retraite de Capri....Ce ne sont que des bruits, je n'ai pas la vérité. Voila pourquoi, au delà du récit historique, je montre un vieillard angoissé se cachant sur une île redoutant sa conscience et le regard du monde.
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : "Tibère : ou la mélancolie d'être" de Roger Caratini

Ludwig Part II 27/03/2016

Suite :
A Badischen donc, il y fait la rencontre très importante dans cette première partie du film, celle de l'Impératrice d'Autriche, Elisabeth, sa cousine, jouée ici par Romy Schneider, de nouveau (après les fameux « Sissi) Et quelque part, le fait que Romy Schneider reprenne le personnage d'Elisabeth rétablit la vérité sur le personnage historique. Car la Elisabeth de ce film ait plus prés de la vérité que dans les « Sissi ». C'est une femme instable, qui ne se plait nulle part, surtout pas à Vienne ! Là où est la cour et le siège du pouvoir de l'empire Autrichien ! Elle sera incomprise des Viennois, elle préférait voyager, sans parler de son anorexie,  elle fuit tout autant les charges, les représentations, les cérémonies officielles autant que Ludwig le fait (et continuera à le faire...) Le lieu où ils se rencontrent est sous un chapiteau d'un cirque quelconque...Evidemment pas dans un salon luxueux avec le poids de l'étiquette etc. non, pas un hasard ! « Il m'arrive de douter de mon avenir d'impératrice, alors tu vois, j'envisage une nouvelle carrière : Écuyère de cirque... » Elle et Ludwig ne sont pas à leur place, leurs fonctions et leurs devoirs leur pèsent... il s'agit précisément de leurs retrouvailles cinq ans après, à noter que c'est Ludwig qui prend l'initiative...Le temps d'une ballade nocturne au clair de lune (dont Elisabeth fait remarquer à Ludwig qu'il en est amateur, au point d'être surnommé « L'amant du clair de lune »...Sous entendus...) Elisabeth narre ses désillusions : Sa belle-famille froide, son mari (François-Joseph Ier d'Autriche, le même empereur qui connaîtra et sera l'un de ceux à l'origine du conflit dramatique en 1914) toujours en uniforme prêt à faire la guerre et accaparé par les affaires de l'état, ses pauvres enfants que des précepteurs éduquent à  sa place (l'étiquette rigide...) Et inévitablement lorsqu'elle évoque ses enfants, on songe au drame de Mayerling qui aura lieu plus tard...Bref, elle était pas heureuse à la cour de Vienne, et elle l'a fuit. La musique de fond est du piano, volontairement, le piano est virevoltant, instable... Il y a le passage où elle dit que les gens (les mauvaises langues) racontent qu'elle prend des amants, propos malveillants à cause de sa conduite excentriques, elle demande à Ludwig ce qu'il en pense, il ne sait quoi répondre...Du coup, elle le taquine sur son célibat....Début de gêne pour Ludwig....Ce n'est que le commencement.
Elisabeth : « On dit que tu sors à cheval toutes les nuits, on t'appelle l'amant du clair de lune...j'en fais autant, mais je ne me prends pas pour Siegfried »
Ludwig : « Je n'ai jamais cru que j'étais Siegfried ...Jusqu'à ce soir...Savais tu que Siegfried n'a eu peur qu'une seule fois ? La première fois qu'il a vu une femme..."
Siegfried, le tueur de dragon, que l'on disait invulnérable est un héros légendaire de la mythologie nordique qui apparaît dans plusieurs poèmes héroïques de l'Edda poétique, après Lohengrin, l'histoire du chevalier au cygne, une nouvelle référence à la mythologie, à l'imaginaire...Et bien sur, Siegfried sera l'un des héros d'un opéra de Wagner son compositeur favori...On peut y voir une fascination de Ludwig pour les héros légendaires pur et valeureux...
Sur le ton de la boutade, Elisabeth peu après déconseille, défend ludwig d'épouser la fille du Tsar présente alors à la conférence de Badischen...Ludwig semble mal interpréter cette  plaisanterie, il pense alors qu'Elisabeth veut lui dire quelque chose. Mais pour l'instant, Ludwig a plus important qu'une conférence internationale de têtes couronnées ou des promenades seuls avec Elisabeth au clair de lune...En effet, Wagner arrive enfin à Munich...Wagner passe avant une conférence au sommet et une histoire d'amour illusoire ....Wagner est montré comme un « ignoble profiteur », Wagner logé nourri blanchi s'estime mal logé, les meubles sont trop laids etc ils vont nuire à sa créativité etc...Bref, le malheureux vit dan un « taudis ». Il tient ce discours uniquement devant ses proches, notamment les Van Bulow, et Madame Van Bulow est la maîtresse de Wagner, avec la complicité discrète de son mari (sorte de mariage à trois..) Cela permet ainsi à son mari d'être le chef d'orchestre de Wagner ....Wagner est ainsi montré dans ce film comme un personnage insupportable, profiteur, escroc qui abuse de la faiblesse d'un jeune souverain excentrique et fantasque....
 
A suivre...
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Ludwig ou le crépuscule des Dieux - Louis II de Baviere - Ludwig ou le Crépuscule des Dieux Film complet - Romy Schneider - mayerling - Siegfried

Ludwig Part I 12/03/2016

Ludwig Part I
Et si je faisais une fiction ? Non attendez, je vais faire à ma façon, je vais vous commenter le film «Ludwig ou le Crépuscule des Dieux (1973) » de Visconti.
L'adaptation de Visconti du roi de Bavière que l'histoire fait passer pour fou. Son adaptation est romancée. Et je vais le faire en plusieurs parties, car le film dure 3h50, (il est divisé en deux parties).
 
Mars 1864 :
 
Le film débute sur du piano, déjà on sent le drame. Il faut dire que l'époque et la situation géopolitique (Bavière, Prusse, empire Austro-hongrois...) lié au film mène aux drames futurs, j'y reviendrai. Le film commence par le sermon du confesseur de Ludwig et lui-même, nous sommes justes avant son sacre de roi de Bavière. Le sermon le met en garde face aux responsabilités qui l'attend, on entend un peu des trompettes comme pour souligner l'aspect officiel et grandiose. Ludwig lui confie que désormais il n'a plus peur, et « qu'il sait désormais à quoi consacrer tout son pouvoir ». Oui il sait ce qu'il va faire, mais j'ai bien peur que son confesseur à ce moment saisit bien la portée de ces paroles. Car il sera roi jusqu'au bout des ongles, pour lui, rien ni personne ne peut l'empêcher de se consacrer aux artistes, Wagner comme nous le verrons, aux multiples opéras ainsi qu'aux somptueux châteaux qu'il fera bâtir, et dépensera des sommes folles. Son confesseur ne l'a pas  encore compris. Ludwig estime qu'il n'est pas un roi pour son peuple, les bavarois, non il est le roi, celui qui peut tout se permettre car il est roi...Cette différence de vue sera l'une des trames tout le long du film, forcément en agissant ainsi, il sera incompris, lui aussi ne comprendra pas.
La scène suivante est un témoignage d'un homme, un ministre en l'occurrence qui a connu Ludwig, elle fait partie du « procès » ou commission d'enquête qui aura lieu vers la fin de la vie de Ludwig afin de statuer si oui ou non le roi de Bavière est fou... On retrouvera ces scènes de dépositions tout le long du film. Et bien évidemment elles sont à charge...
Puis ce sont les fêtes du couronnement dans le palais, c'est un défilé de costumes militaires, étalage de décorations et de grandes pompes. La musique de fond est militaire (que je n'apprécierai jamais ....hum) Le petit frère de Ludwig, Otto, reçoit les salutations et courbettes de militaires et autres ministres, ainsi que le clergé. Vous le verrez plus loin, Otto est encore plus fragile dans le film que Ludwig, et dire qu'à ce moment, il est l'héritier du trône au cas où....Ludwig lui est à l'écart dans une autre pièce, il se fait attendre, et boit  coupe de champagne sur coupe de champagne afin de « vaincre » sa timidité et son angoisse....Puis c'est sa mère, la reine-mère, d'entrer en scène, l'ambiance devient de plus pesante, protocolaire, courbettes et garde à vous etc. Visconti a mis la dose pour qu'on saisisse l'aspect solennel de l'événement. Et bien qu'elle soit sa mère, elle fait la révérence à son fils, le nouveau roi de Bavière, qui la relève. Ça manque de chaleur familiale....C'est volontaire bien sur.
Très vite le nouveau roi mets en œuvre « sa » politique en chargeant ses ministres de trouver au plus vite Richard Wagner au dépit et à leur surprise...Il semble pour Ludwig qu'il y ait rien d'autre de plus important pour le royaume ! Les ministres s'attendaient à quelques choses de plus professionnel (économie, politique étrangère...) et plus sérieux. Ce n'est que le début. Ludwig est déjà fasciné par les œuvres de Wagner et veut qu'il s'installe en Bavière afin qu'il compose pour lui.
La musique de fond change alors... Terminé la musique militaire, thème viril et solennel, place au prélude de Lohengrin, l'opéra de Wagner, l'histoire du chevalier au cygne. Ainsi Visconti montre que désormais c'est Ludwig roi de Bavière qui décide, et d'abord, faire venir Richard Wagner « Le maitre » comme il le nomme à Munich auprès de lui. Le faire venir ? Le prier, l'inviter plutôt selon lui, et avec tous les honneurs qu'il mérite. C'est dire à quel point Ludwig est dévoué à ce compositeur.
Le brave ministre a beau avancer prudemment que Wagner fuit plutôt les créanciers (oups...) que les « invitations maladroites indignes de son rang », Ludwig n'y croit pas. Et il n'écoute guère son ministre qui lui parle de la conférence de Badischen (prés de la frontière Suisse) où seront plusieurs têtes couronnées, le prince héritier de Prusse, l'empereur d'Autriche et sa femme Elisabeth....Que ce serait bien que sa majesté y participe etc....Ludwig continue comme un gosse capricieux, Amenez-moi Richard Wagner, il a que faire de cette conférence... Ludwig finit par consentir à y aller (en trainant les pieds...) dés qu'il a l'assurance que son ministre fera le nécessaire pour faire venir Wagner à l'aide d'une invitation et d'un présent (Avec le prix qui va bien cela va de soi...)
Ce passage montre que Ludwig commence à avoir en horreur ses « obligations » de roi (la conférence)....Et pourtant, à Badischen, il va y faire une rencontre importante pour lui...
 
A suivre...
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Wagner - Le chevalier au cygne - Visconti - Lohengrin - Ludwig ou le crépuscule des Dieux - Louis II de Baviere - Ludwig ou le Crépuscule des Dieux Film complet

Snowden, révélation : "Le blog de Dayofdoom sauvera le monde" - Ancien désordre Angélique Utopique 01/04/2017

Snowden, révélation : "Le blog de Dayofdoom sauvera le monde" -  Ancien désordre Angélique Utopique
Deux ans après avoir révélé l'étendue du programme de surveillance massive de la NSA, le lanceur d'alerte américain réfugié en Russie a confié qu'un blog Français l'avait épaté et que certainement : "Le blog de Dayofdoom sauvera le monde".
 
Edward Snowden, ancien consultant de la CIA et de l'agence nationale de sécurité (NSA) américaine, s'est réfugié en Russie après avoir transmis à la presse une énorme quantité de documents secrets, afin de dévoiler l'étendue des programmes américains de surveillance électronique et de protéger les libertés individuelles. Snowden a affirmé qu'aucun service de renseignement ne pourrait décrypter les documents qu'il a emportés avec lui
Sur le site Reddit sont régulièrement organisées des opérations « Demandez-moi tout » (ask me anything), où des célébrités sont invitées à sélectionner des questions d'internautes et y répondre. Depuis hier, c'est Edward Snowden, ex-analyste de la NSA et future star du film Citizen Four tout juste récompensé par l'Oscar du meilleur documentaire, qui répond aux messages anonymes des internautes.
"Et les internautes ne donnent pas assez d'importance  qu'il mérite à ce blog, incontournable, il devrait être consulté et suvi à la lettre 24h/7, c'est une honte de l'ignorer ainsi, que les internautes épris de la liberté se bougent le cul"
A t'il ajouté, Il y est rejoint par Glenn Greenwald, journaliste et avocat mais aussi premier contact de Snowden avant ses révélations sur la NSA, et Laura Poitras, réalisatrice de Citizen Four, qui répondent aussi aux questions.
 
Snowden, révélation : "Le blog de Dayofdoom sauvera le monde" -  Ancien désordre Angélique Utopique

Toutefois, il faut rester prudent, on se demande quelle mouche a piqué Snowden de dire une telle chose, qui plus est un 1er Avril, à propos d'un blog que personne ne lit et qui sait à rien.
 

Tags : Snowden - humour - Poisson d'Avril ! - moi aussi je peux jouer avec snowden - nouveau jeu le snowdenvareveler - toi aussi joue au snwodenvareveler au menu ovnis alien vampire yeti

Bonjour mauvais jour 02/03/2016

Bonjour mauvais jour
Quel mauvais tour va-tu me jouer
Bonjour mauvais jour
Serais-ce aujourd'hui mon tour ? 
 
Quelle destinée va voir le jour ? 
Mon karma est-il devenu sourd ?
Éternelle rengaine, bonjour bonsoir
Espoir, désespoir, espoir défouloir ?
 
On se le souhaite à tous
Sous peine d'être impoli
Bien qu'on se fout des autres, folie
Hypocrisie....Bienvenue chez les fous ?
 
Quel mauvais sort va tu me jouer ?
Lance la pièce, pile ou face
Bonjour mauvais jour
Dis moi mauvais jour quelle est cette farce ? 
 
Monsieur mauvais jour où va tu ? 
Est ce pour moi ta vilaine ritournelle ?
Et tu me guettes : Souffres tu ?
Va t'en, va t'en, souffrance éternelle...
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : Bonjour mauvais jour