• 36175 visits
  • 577 articles
  • 6570 hearts
  • 3268 comments

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


Les Visiteurs de ce blog doivent penser « day of doom....jour de chaos.....mais où est le chaos ici ? »
Alors bien sur, effectivement selon les normes, les vôtres, à propos du chaos, mon blog et les articles doivent paraître bien ordonné, jolis et aimables.Mais le chaos lui est pourtant bien là :
 
- Je dénonce et suis contre l'alcool et les drogues => J'apporte le chaos.
- Je parle de la futilité de la consommation de masse actuelle => J'apporte le chaos.
- Je parle de non-violence et de paix => J'apporte le chaos.
- Je parle d'athéisme, de ne pas suivre aveuglément les religions ainsi que les fanatiques => J'apporte le chaos.
- Je parle de se comporter en adulte responsable et digne et fais appel au sérieux => J'apporte le chaos.
- Je parle de citation franc-maçonne et incite à la réflexion => J'apporte le chaos.
- Je fais des articles contre les dissections de souris dans les établissements scolaires => J'apporte le chaos.

Je l'apporte dans les têtes à ceux qui lisent les articles et dont le contenu les interpelle. Dans le sens où la société devient complaisante envers les substances illicites, Où la propagande la plus niaise et sournoise est ce que les imbéciles veulent entendre, quand l'intellectualisme est clairement mis au piloris par des ignares, dans ce monde violent où pour "stopper" la violence certains en appellent a plus de violences...
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

« Le Tibet transformé en base militaire »… Le huis clos se consolide. 14/11/2015

Allez comprendre l'utilité de déployer tout ce matos de fous furieux là-bas.....
"Le Sommet pour la Cause Tibétaine, s'est  tenu ce lundi 2 novembre 2015.  Cet organisme, représentant les  Groupes de soutien au Tibet en Inde, accuse Pékin de transformer le plateau tibétain en une « vaste zone militaire » lors de sa 5e conférence à Guwahati, dans l' Etat indien de l'Assam.
Plus de 180 représentants de divers Groupes de soutien au Tibet à travers l'Inde ont assisté à cette réunion de deux jours organisée par le S. C. T. afin de délibérer, discuter et élaborer des stratégies sur le renforcement du mouvement tibétain.
Le Premier ministre tibétain le Docteur Lobsang Sangay, Shri. R. K Khrimey, le Docteur NK Trikha, Dicki Chhoyang, la ministre de l'information et des affaires étrangères étaient entre autres présents pour la cérémonie d'inauguration.
 
Exprimant des préoccupations sur le déploiement d'un grand nombre de troupes chinoises le long de la frontière indienne, le SCT a déclaré que « la Chine a transformé un état tampon, autrefois paisible entre l'Inde et la Chine en une vaste zone militaire. La militarisation du Plateau affecte profondément l'équilibre géopolitique de la région, ce qui provoque de graves tensions internationales, en particulier dans le sous-continent indien ».
LE SCT   AFFIRME AUSSI QUE LES AUTORITÉS CHINOISES ONT CONSTRUIT 17 STATIONS RADAR SECRÈTES, 14 AÉRODROMES MILITAIRES, HUIT BASES DE MISSILES AVEC HUIT MISSILES BALISTIQUES INTERCONTINENTAUX ET 20 MISSILES DE PORTÉE INTERMÉDIAIRE.
Sa Sainteté le Dalaï-Lama dans un message vidéo spécialement enregistré pour cette Conférence déclarait : «L'environnement naturel fragile des hauts plateaux tibétains est également source de préoccupations pour nous tous. La façon dont les prairies et l'extraction de minéraux sont gérées affecte le mode de vie  des Tibétains. La neige, les glaciers et le permafrost du plateau ont une influence sur le changement climatique comparable à celle des Pôles Nord et Sud.
En outre, plusieurs des grands fleuves d'Asie, y compris ceux qui traversent l'Inde du Nord, prennent leur source au Tibet. Ils fournissent de l'eau précieuse pour des millions d'habitants. La protection de l'écologie du Tibet est d'ordre mondial.  »
Le Premier ministre tibétain Lobsang Sangay a indiqué aux participants de la réunion que la construction de barrages sur les fleuves chinois qui prennent leur source au Tibe,t comme le Brahmapoutre, aurait de graves répercussions sur les moyens de subsistance et l'écologie dans le nord de l'Inde et d'autres pays asiatiques en aval.
Traduction France Tibet"


http://www.tibet.fr/actualites/le-tibet-transforme-en-base-militaire/

Tags : Et pendant ce temps là - Tibet - Dalaï-Lama - Free Tibet - Sommet pour la Cause Tibétaine - paix - non-violence

1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique 23/10/2015

1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique
1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique Broché – 21 août 2012


de Gavin Menzies (Auteur), Julie Sauvage (Traduction)

Le 8 mars 1421, la plus grande flotte que le monde avait jamais vue quitta les côtes chinoises. Ces immenses vaisseaux étaient commandés par les fidèles amiraux eunuques de l'empereur Zhu Di. Ils avaient ordre de naviguer jusqu'aux confins de la Terre. Ces voyages allaient durer deux ans. Avant le retour de la flotte, la Chine allait entrer dans un grand isolement appelé à durer plusieurs siècles. De fait, personne ne célébra ces exploits. On laissa dépérir les vaisseaux et détruire les archives de ces extraordinaires expéditions. On oublia ainsi que les Chinois avaient fait le tour du monde un siècle avant Magellan, découvert l'Amérique 70 ans avant Colomb et l'Australie 15o ans avant Cook. Les révélations de Gavin Menzies tout au long de 1421 sont à couper le souffle. Pas à pas, il reconstitue l'histoire des cartes maritimes, des planisphères et de la navigation dans une enquête au long cours qui l'amène à des conclusions absolument édifiantes : contrairement à ce qu'affirment les manuels d'histoire depuis plus de 500 ans, les grands découvreurs n'ont probablement rien découvert du tout !

Extrait
Extrait de l'introduction : 

Il y a de cela plus de dix ans, je fis par hasard une découverte des plus -incroyables, celle d'un indice dissimulé dans une vieille carte. S'il ne menait à aucun trésor caché, il suggérait néanmoins que l'histoire du monde telle que nous la connaissons et telle qu'elle s'est transmise depuis des siècles devait être radicalement révisée.
Je tentais alors d'approfondir une question qui était devenue pour moi une passion dévorante : l'histoire médiévale et, en particulier, les cartes marines et les portulans des premiers explorateurs. J'aimais examiner ces anciennes cartes, suivre les contours des terres, les côtes, les lignes changeantes des bancs de sable et des bas-fonds, repérer la menace des écueils et des récifs. Je suivais le flux et le reflux des marées, la force des courants invisibles, le cours des principaux vents, décortiquant les couches successives de sens accumulées dans ces cartes anciennes.
C'est dans les plaines venteuses du Minnesota que commencèrent mes recherches. Ce n'est sans doute pas le premier endroit où l'on penserait découvrir un document susceptible de révolutionner l'histoire. Mais la bibliothèque James Ford Bell, à l'université du Minnesota, possède une remarquable collection de portulans et de cartes anciennes, et l'une d'entre elles, en particulier, retint mon attention. Elle faisait partie du fonds Sir Thomas Philips, riche collectionneur britannique né vers la fin du XVIIIe siècle, mais elle était restée dans l'oubli le plus total jusqu'à la redécouverte de cette collection il y a une cinquantaine d'années.
La carte portait l'indication de l'année 1424, et la signature du cartographe vénitien Zuane Pizzigano. L'Europe et certaines parties de l'Afrique y figuraient et, en la comparant avec une carte moderne, je me rendis compte que ce cartographe avait dessiné les côtes européennes avec une grande précision. Pour l'époque, c'était même une réussite exceptionnelle, mais elle n'avait rien de prodigieux pour autant. Cependant, mon oeil fut alors attiré par un détail des plus curieux : le cartographe avait aussi représenté un groupe d'îles dans l'océan Atlantique, loin vers l'ouest. Les noms qu'il leur avait donnés, Satanazes, Antilia, Saya et Ymana, ne correspondaient à aucun nom moderne et, dans le secteur où il les avait placées, il n'existait aucune grande île. Il pouvait s'agir d'une simple erreur dans le calcul d'une longitude, car les Européens ne maîtrisèrent pas cette technique ardue avant le XVIIIe siècle. Mais ma première idée fut qu'il s'agissait là d'îles imaginaires, qui n'existaient que dans l'esprit de celui qui les avait représentées.
J'y regardai à deux fois. Les deux îles principales étaient colorées de teintes vives, Antilia de bleu foncé, et Satanazes d'un rouge éclatant. Le reste de la carte n'était pas colorié et il semblait certain que Pizzigano voulait mettre en évidence l'importance de ces îles, récemment découvertes. Tous les noms figurant sur la carte étaient portugais. Antilia, soit anti, «de l'autre côté de», et ilha, «île», pouvait signifier «l'île face au Portugal, de l'autre côté de l'Atlantique». Je ne voyais pas d'autre explication ni, dans ce nom, aucun autre indice pouvant m'aider à identifier cette île. Satanazes, soit «l'île de Satan», était un nom assez frappant. Sur la plus grande île, Antilia, figuraient un grand nombre de villes, indiquant qu'elle était mieux connue. Satanazes ne comportait que cinq noms de localités, ainsi que les inscriptions énigmatiques con et imana. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Revue de presse
Selon l'historien britannique Gavin Menzies, le Chinois Zhenq He aurait devancé Christophe Colomb.....
L'ouvrage fit grand bruit lors de sa parution en Angleterre et aux Etats-Unis l'année dernière. Plus d'un million d'exemplaires et une bonne vingtaine de traductions. Curieusement les Chinois restèrent stoïques. Pour une fois qu'on ne les accusait pas d'avoir copié quelque chose. Quelques voix émirent des doutes sur le débarquement de l'amiral Zheng He en Amérique du Nord. Pourquoi n'y a-t-il pas laissé de traces et pourquoi n'a-t-il pas profité de l'aubaine comme le firent les Européens ? Gavin Menzies a la réponse. «En arrivant au Mexique, les conquistadors trouvèrent, comme en Californie, des volailles asiatiques fort différentes de celles qu'on élevait en Europe.» (Laurent Lemire - Le Nouvel Observateur du 30 aout 2007 ) --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Détails sur le produit
Broché: 404 pagesEditeur : Editions Intervalles (21 août 2012)ISBN-10: 2916355707ISBN-13: 978-2916355702
http://www.amazon.fr/1421-lann%C3%A9e-Chine-d%C3%A9couvert-lAm%C3%A9rique/dp/2916355707
1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique

Tags : 1421 l'année où la Chine a découvert l'Amérique - Gavin Menzies - Zhenq He

Déclaration bouddhiste pour les dirigeants mondiaux sur les changements climatiques 02/11/2015

Déclaration bouddhiste pour les dirigeants mondiaux sur les changements climatiques



Déclaration bouddhiste pour les dirigeants mondiaux sur les changements climatiques


Déclaration bouddhiste pour les dirigeants mondiaux sur les changements climatiques
29 octobre 2015
 
Nous soussignés, chefs spirituels bouddhistes, nous sommes rassemblés préalablement à la 21ème séance de la Conférence des parties (COP21) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui aura lieu à Paris, pour unir nos voix aux appels croissants à ce que les dirigeants mondiaux coopèrent avec compassion et sagesse et parviennent à un accord ambitieux et efficace sur le climat.
Nous sommes à un moment charnière, où notre survie et celle des autres espèces sont en jeu en raison de nos actes. Il est encore temps de ralentir les changements climatiques et de limiter leurs impacts, mais pour ce faire, le sommet de Paris devra nous mettre sur la voie de l'abandon des énergies fossiles. Nous devons garantir la protection des plus vulnérables, par des mesures visionnaires et globales d'atténuation et d'adaptation.
Notre préoccupation est fondée sur la prise de conscience du Bouddha de la coproduction interdépendante, qui relie tout ce qui est dans l'univers. Comprendre cette causalité interdépendante ainsi que les conséquences de nos actes représente une étape clé pour réduire notre impact environnemental. En cultivant la vision profonde de l'inter-être et de la compassion, nous serons capables d'agir par amour, et non par peur, pour protéger notre planète. C'est un thème dont les chefs spirituels bouddhistes parlent depuis des décennies. Cependant, le quotidien peut facilement nous faire oublier que notre vie est inextricablement liée au milieu naturel par chaque respiration que nous prenons, par l'eau que nous buvons et par la nourriture que nous mangeons. Par manque de vision profonde, nous sommes en train de détruire les écosystèmes mêmes dont nous, et tous les autres êtres vivants, dépendons pour notre survie.
Nous jugeons impératif la reconnaissance par la communauté bouddhiste mondiale que nous dépendons à la fois les uns des autres et du milieu naturel. Ensemble, l'humanité doit agir sur les causes premières de cette crise environnementale, qui est engendrée par notre utilisation des énergies fossiles, par des modèles de consommation non viables, par notre manque de conscience, et par le peu de préoccupations des conséquences de nos actes.
Nous soutenons vivement « C'est maintenant qu'il faut agir : Une déclaration bouddhiste sur les changements climatiques », qui est approuvée par des chefs spirituels et des représentants de sanghas bouddhistes du monde entier. Nous nous réjouissons et nous soutenons également des déclarations sur les changements climatiques d'autres traditions religieuses. Celles-ci incluent l'encyclique du Pape François publiée cette année, Laudato si' : Sur la sauvegarde de la maison commune, la Déclaration islamique sur les changements climatiques, ainsi que l'imminente Déclaration hindouiste sur les changements climatiques. Nous sommes unis dans notre volonté de sortir des énergies fossiles, de réduire notre consommation, et dans l'impératif éthique d'agir à la fois contre les causes et contre les impacts des changements climatiques, surtout chez les plus pauvres.
À cette fin, nous exhortons les dirigeants mondiaux à faire preuve d'une volonté politique de combler l'écart entre les besoins et les promesses des pays parties en matière de réduction des émissions et à garantir une augmentation de la température moyenne mondiale inférieure à 1,5 degré Celsius par rapport à l'ère préindustrielle. Nous demandons également qu'ils augmentent d'un commun accord les financements climatiques, de façon à aider les pays en voie de développement à se préparer aux impacts climatiques et à nous aider tous à effectuer une transition vers un avenir bas carbone sans danger.
La bonne nouvelle est qu'une occasion unique d'opérer un tournant décisif se présentera avec les négociations pour le climat à Paris. Les scientifiques nous assurent qu'il est possible, sur le plan technologique comme sur le plan économique, de limiter l'augmentation de la température moyenne mondiale à moins d'1,5 degré Celsius. La sortie progressive des énergies fossiles et la transition vers une utilisation exclusive d'énergies propres et renouvelables engendreront non seulement le passage à une économie bas carbone dans le monde, mais nous aideront également à nous engager sur un chemin de renouveau spirituel dont nous avons le plus grand besoin. Outre notre progression spirituelle, et conformément aux recommandations des Nations unies, protéger nos forêts, tendre vers une alimentation basée sur des aliments d'origine végétale, réduire notre consommation, recycler, adopter les énergies renouvelables, prendre l'avion moins souvent et préférer les transports en commun comptent parmi les actions les plus efficaces que nous pouvons accomplir en tant qu'individus. Nous pouvons tous changer les choses.
Nous demandons aux dirigeants mondiaux de reconnaître et d'assumer la responsabilité universelle que nous avons de protéger le tissu de la vie pour le bien de tous, à présent et dans le futur.
Pour ces raisons, nous demandons à toutes les parties présentes à Paris :
d'être guidées par la dimension morale des changements climatiques telle qu'indiquée dans l'article 3 de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).
d'accepter de sortir progressivement des énergies fossiles pour opérer une transition vers l'utilisation d'énergies renouvelables et propres à 100%.
de faire preuve d'une volonté politique de combler l'écart entre les besoins et les promesses des pays parties en matière de réduction des émissions, afin de garantir que la température moyenne mondiale augmentera de moins d'1,5 degré Celsius par rapport à l'ère préindustrielle.
de s'engager fermement à augmenter les financements au-delà des cent milliards de dollars promis en 2009 à Copenhague, y compris pour le Fonds vert pour le climat (GCF), afin d'aider les pays en voie de développement vulnérables à se préparer aux conséquences des changements climatiques ainsi qu'à une transition vers une économie bas carbone.
C'est maintenant qu'il faut agir.
Cordialement,
Sa Sainteté le Dalaï Lama Tenzing Gyatso, 14ème Dalaï Lama
Maître zen Thich Nhat Hanh, Patriarche de la communauté internationale des bouddhistes engagés du Village des Pruniers
Sa Sainteté le 17ème Gyalwang Karmapa, Chef de la lignée Karma Kagyu
Sa Sainteté le Dr Dharmasen Mahathero, Patriarche suprême (Sangharaja) du Sangha du Bangladesh
Rév. Hakuga Murayama, Président de l'Association nationale japonaise des jeunes bouddhistes (Japan Young Buddhist Association, JYBA)
Son Éminence Jaseung Sunim, Président de l'Ordre Jogye du bouddhisme coréen
Bhante B. Sri Saranankara Nayaka Maha Thera, Chef de l'Adhikarana Sangha Nayaka de Malaisie, Kuala Lumpur
Son Éminence le révérend Khamba Lama Gabju Demberel, Chef suprême des bouddhistes mongols
Sa Sainteté le Dr Bhaddanta Kumarabhivamsa, Sangharaja et président du comité d'État Sangha Maha Nāyaka en Birmanie
Son Éminence Agga Maha Panditha Dawuldena Gnanissara Maha Nayaka Thera, Mahanayaka Thero, prélat suprême d'Amarapura Maha Nikaya au Sri Lanka
Sa Sainteté Thich Phô Tuê, Patriarche suprême de tout le Sangha bouddhiste du Vietnam
Vénérable Lama Lobzang, Secrétaire général de la Confédération bouddhiste internationale (IBC)
Vénérable Olivier Reigen Wang-gen, Président de l'Union Bouddhiste de France (UBF)
Vénérable Bhikku Bodhi, Président de l'association bouddhiste des États-Unis
Sa Majesté Ashi Kesang Wangmo Wangchuk, Bhoutan

http://plumvillage.org/declaration-bouddhiste-pour-les-dirigeants-mondiaux-sur-les-changements-climatiques/

Tags : cop21 - Déclaration bouddhiste pour les dirigeants mondiaux sur les changements climatiques

Histoire économique et sociale de l'Empire romain 25/10/2015

Histoire économique et sociale de l'Empire romain
de Michel Ivanovic Rostovtseff (Auteur), Jean Andreau (Auteur)


Pendant cinq siècles, de l'époque d'Alexandre (336-323 av. J.-C.) à celle des empereurs Antonins (96-192 apr. J.-C.), les économies grecque puis romaine ont connu un grand dynamisme. Selon Rostovtseff, elle mérite alors d'être qualifiée de capitaliste, au même titre que celle de l'Europe des XVIIIe et XIXe siècles. Mais Rostovtseff ne doute pas qu'un déclin se soit produit à la fin de l'Antiquité. Pourquoi ce " crépuscule " du capitalisme antique, pourquoi la fin de l'Empire romain d'Occident ? À ces questions, il apporte des réponses originales. À part Marx et les marxistes, auxquels il s'est toujours opposé, il est le premier à expliquer la " crise du IIIe siècle apr. J.-C. " et la " décadence romaine " par une révolution sociale. Avec l'aide de l'armée, les paysans se sont soulevés contre les bourgeoisies urbaines qui dirigeaient l'Empire jusque-là . Cette révolution du IIIe siècle de notre ère ressemble à la révolution d'Octobre 1917, qui contraignit Rostovtseff à l'exil. Ces deux volumes séduisent le lecteur par leur forte unité et par le souffle et la passion qui les animent. Ce sont aussi de très savants ouvrages. Rostovtseff y utilise pleinement toute la documentation archéologique disponible à son époque, et aucun de ses successeurs n'a réalisé une synthèse aussi brillante et aussi solide sur la vie économique des mondes grec et romain.

Biographie de l'auteur

Historien russe, Rostovtseff (1870-1952), enseigna à Oxford, à l'université de Wisconsin et à Yale. Ses travaux sont réputés par l'ampleur de leur vues et l'audace de certaines interprétations. Cette édition a été établie par Jean Andreau, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales.

Détails sur le produit
Poche: 780 pages
Editeur : Robert Laffont (27 avril 1988)
Collection : Bouquins
Langue : Français
ISBN-10: 2221045874
ISBN-13: 978-2221045879
 
http://www.amazon.fr/Histoire-%C3%A9conomique-sociale-lEmpire-romain/dp/2221045874

Tags : Histoire économique et sociale de l'Empire romain - Michel Ivanovic Rostovtseff - Jean Andreau

"Il n'y a plus qu'un rire, un rire qui jaillit des entrailles de l'univers" 15/09/2015

"Il n'y a plus qu'un rire, un rire qui jaillit des entrailles de l'univers"

LA FEMME MAGNIFIQUE ET LE SUTRA DU LOTUS

Dans une certaine ville, une certaine femme très belle apparut soudain venant de nulle part. Personne ne savait d'où elle venait ; ses origines étaient complètement inconnues. Mais elle était si belle, si enchanteresse que personne ne se posa même la question. Les gens se rassemblèrent, la ville entière se réunit et tous les jeunes gens – ils étaient presque trois cents – voulurent épouser cette femme. Elle leur dit : " je suis seule, vous êtes trois cents. Je ne puis épouser que l'un de vous, alors si l'un de vous parvient à répéter le Sutra du Lotus de Bouddha, je l'épouserai. Préparez-vous, je reviendrai demain ".
Tous les jeunes gens se précipitèrent chez eux ; ils ne purent ni manger ni dormir, toute la nuit, ils récitèrent le sutra, essayèrent de le retenir. Dix réussirent. Le lendemain matin, la femme vint et ces dix personnes proposèrent de le réciter. La femme écouta. Ils avaient réussi. Elle dit : "C'est bien, mais je suis seule. Comment pourrais-je épouser dix personnes ? Je vous donne encore vingt-quatre heures. J'épouserai celui qui pourra également expliquer le sens du Sutra du Lotus. Essayez donc de le comprendre, car réciter est chose facile si c'est répéter mécaniquement quelque chose dont vous ne comprenez pas le sens. "

Le temps était fort court, une nuit seulement, et le Sutra du Lotus est long. Mais quand on est amoureux on peut n'importe quoi. Ils repartirent en hâte et firent de leur mieux. Le jour suivant, trois personnes se présentèrent. Ils en avaient compris le sens. Et la femme dit : " La difficulté subsiste encore. Votre nombre est réduit, mais cela reste difficile. De trois cents à trois c'est un grand progrès ; mais de nouveau, je ne peux épouser qu'un seul de vous. Il faut donc encore vingt-quatre heures... J'épouserai celui qui, non seulement aura compris le sens du soutra, mais l'aura également goûté. Essayez d'en goûter le sens pendant ces vingt-quatre heures. Vous l'expliquez, mais cela reste une démarche intellectuelle. Evidemment c'est mieux qu'hier, vous en avez une certaine compréhension mais j'aimerais y trouver un certaine saveur méditative. Je voudrais que le lotus pénètre votre présence, que vous deveniez un peu ce lotus. Je voudrais en respirer le parfum. Revenez donc demain. "

Un seul revint, il avait réussi. Le femme le conduisit à sa maison, hors de la ville. L'homme n'avait jamais vu cette maison, elle était très belle, c'était un pays de rêve. Et les parents de la femme se tenaient à l'entrée. Ils reçurent le jeune homme et lui dirent : " Nous sommes très heureux. " La femme entra dans la maison, et l'homme bavarda un peu avec les parents. Puis les parents dirent : " Allez-y. Elle doit vous attendre. Voici sa chambre. " Ils la lui montrèrent. Il alla ouvrir la porte, mais il n'y avait personne. La chambre était vide. Une porte donnait sur le jardin. Il regarda, peut-être était-elle allée au jardin. Oui, elle avait dû s'y rendre, car il y avait des traces de pas sur le chemin. Il suivit donc ces traces, marcha presque un kilomètre.
Il arriva au bout du jardin et se trouva sur la rive d'une belle rivière mais la femme n'était pas là. Les traces avaient disparu. Il ne restait que les deux chaussures dorées qui lui appartenaient. Alors, il fut dérouté. Que s'était-il donc passé ? Il regarda derrière lui : il n'y avait ni jardin, ni maison, ni parents, rien. Tout avait disparu. Il regarda à nouveau. Les chaussures n'étaient plus là, la rivière avait disparu. Il n'y avait que le vide... et un grand rire. Il se mit aussi à rire et se maria.

C'est une belle histoire bouddhiste. Il épousa le vide, il épousa la vacuité. C'est l'union que tous les grands saints ont recherché. C'est l'instant où vous devenez " la fiancée du Christ ", ou la gopi de krishna. Mais tout disparaît : le chemin, le jardin, la maison, la femme, même les traces de pas. Tout disparaît. Il n'y a plus qu'un rire, un rire qui jaillit des entrailles de l'univers.
BUDDHACHANNEL





"Il n'y a plus qu'un rire, un rire qui jaillit des entrailles de l'univers"
La Papesse 


Cette carte symbolise l'évolution secrète des choses. Elle symbolise une des premières étapes dans l'acquisition de la connaissance, avant même la recherche et le développement personnel. Avec Le Bateleur, La Papesse symbolise les deux axes sur lesquels l'homme doit se développer : le monde de l'action physique et le monde de l'esprit.
C'est une carte positive... son action ne se situe pas dans le monde matériel mais, plutôt dans tout le coté mystérieux et secret. La Papesse agit mentalement. Elle exprime plutôt la croissance intérieure et tout ce qui touche à l'esprit. Toutes choses arrivent lentement après maturation, après un long processus de transformation secrète et cachée du monde.
La carte est dotée de toutes les qualités et valeurs féminines (la patience, la constance, la fécondité, la prudence, la modération). Le consultant obtiendra un résultat positif à la question mais seulement après une longue période de maturation des événements.
Elle annonce la réflexion, elle est l'antithèse de l'excès, de l'emportement. Tout doit être contrôlé, canalisé.

Tags : la femme magnifique et le lotus - bouddhisme - la papesse - tarot - la fiancée du Christ - spirituel - Sutra du Lotus - gopi de krishna - Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers

Jésus est ......Femen.... ? 29/10/2015



Jésus dans le temple, à Jérusalem (Jean 2,13-25)
13 La Pâque juive était proche et Jésus monta à Jérusalem.
14 Il trouva les vendeurs de boeufs, de brebis et de pigeons ainsi que les changeurs de monnaie installés dans le temple.
15 Alors il fit un fouet avec des cordes et les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs. Il dispersa la monnaie des changeurs et renversa leurs tables.
16 Et il dit aux vendeurs de pigeons: «Enlevez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce.» 17 Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit: Le zèle de ta maison me dévore.
18 Les Juifs prirent la parole et lui dirent: «Quel signe nous montres-tu, pour agir de cette manière?»
19 Jésus leur répondit: «Détruisez ce temple et en 3 jours je le relèverai.»
20 Les Juifs dirent: «Il a fallu 46 ans pour construire ce temple et toi, en 3 jours tu le relèverais!»
21 Cependant, lui parlait du temple de son corps.
22 C'est pourquoi, lorsqu'il fut ressuscité, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela et ils crurent à l'Ecriture et à la parole que Jésus avait dite.
23 Pendant que Jésus était à Jérusalem, lors de la fête de la Pâque, beaucoup crurent en lui en voyant les signes miraculeux qu'il faisait.
24 Mais Jésus n'avait pas confiance en eux, parce qu'il les connaissait tous.
25 Il n'avait pas besoin qu'on le renseigne sur les hommes, car il savait lui-même ce qui est dans l'homme.
 

Ne trouvez-vous pas qu'il y a pas un peu trop d'or ? (les 3 cloches)....d'où la question ci-dessus.
En 2015, serait-on toujours en train de vénérer le veau d'or ?
La véritable spiritualité se passe d'or et de choses matérielles, elle est en soi, elle est en nous.
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Femen - Dégradations d’une cloche de Notre-Dame relaxe confirmée pour huit Femen - jésus chasse les marchands du temple de jérusalem - veau d'or - le Prêtre Impie - Le Lion de la Colère - Jean 2:13-25 - Jésus revient Jésus revient ils sont devenus fous si tu savais les horreurs qu'ils veulent faire en ton nom...

Ring-a-round the rosie, A pocket full of posies, Ashes, Ashes, We all fall down! 22/05/2014

Que préférez-vous ? L'instant avant et après le tintement de la cloche, ou le tintement ?
Le geste agitant la cloche indique t'il la fin ? Fini de s'amuser, de rire ? "Tu es né poussière, tu retourneras poussière"... ?
Ring-a-round the rosie,
A pocket full of posies,
Ashes, Ashes,
We all fall down!
 
À la ronde, jolie ronde,
Des bouquets plein la poche.
Cendres, cendres,
Nous tombons tous!
 
La version ci-dessous vient du livre de Percy B. Green A History of Nursery Rhymes (imprimé à Londres en 1899):
 
Ring a ring a rosies,
A pocket full of posies.
Hush! - The Cry? - Hush! - The Cry?
All fall down.
 
Traduction:
 
À la ronde, jolie ronde
Des bouquets plein la poche.
Taisez-vous ! – Le Cri ? – Taisez-vous ! – Le Cri ?
Par terre tout le monde !
 
Règles du jeu
Tous les enfants se donnent la main et font la ronde en chantant la chanson. À la dernière ligne "We all fall down" (nous tombons tous) tout le monde tombe au sol.
 
Non, car rien ne s'arrête, c'est un éternel recommencement encore et encore, fous, nous nous en apercevons même pas, croyant tout savoir, pensant vivre le moment unique, « il va se passer quelque chose... » Après nous le déluge, tout ça....Ouarf. Ce n'est ni le début ni la fin. Une question que je me pose : suis-je le seul à vouloir l'éternité, que le temps se fige ? Parfois j'en ai l'impression. Agiter la cloche devient dérisoire, risible. Ma foi, vous pouvez toujours sonner...
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : « Ding ding » c’est l’heure ! - Ashes To Ashes - "Tu es né poussière tu retourneras poussière" Verset de la Genèse - Eternel Recommencement - Impermanence - Queens Of The Stone Age - Sick Sick Sick - Tu m'observes - je t'observe - on s'observe - Ring Around the Rosie - danse macabre - Ring-a-round the rosie A pocket full of posies Ashes Ashes We all fall down! - comptine - Nous tombons tous! - Green A History of Nursery Rhymes - Shoots and Ladders-KoRn - Un jour ou l'autre

Histoire de l'Union Soviétique : De l'Empire russe à la Communauté des Etats indépendants 25/10/2015

Histoire de l'Union Soviétique : De l'Empire russe à la Communauté des Etats indépendants
de Nicolas Werth

Peu de pays ont connu en histoire contemporaine un renouvellement aussi important que l'Union soviétique. La disparition de l'URSS en 1991 a permis de « mettre en perspective » une période soviétique de l'histoire russe sur trois quarts de siècle et l'ouverture des archives, du moins sur les années 1917-1960, a bouleversé les conditions de travail des historiens spécialistes et ouverts de nouveaux champs de recherche. Au fil des rééditions de ce manuel, l'auteur a toujours pris en compte les avancées les plus récentes de la recherche tout en conservant la structure de l'ouvrage et ses directions interprétatives qui en font sa richesse et son succès. Aujourd'hui l'histoire de l'URSS a définitivement cessé d'être l'apanage des soviétologues pour devenir un champ d'études des historiens du contemporain.

Biographie de l'auteur
Nicolas Werth, agrégé d'histoire, est directeur de recherche au CNRS. Il a publié deux « Que sais-je ? » consacrés à l'histoire de l'Union soviétique.

Détails sur le produit
Broché: 608 pages
Editeur : PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE - PUF (18 octobre 2012)
Collection : Quadrige Manuels
Langue : Français
ISBN-10: 2130607861
ISBN-13: 978-2130607861
 
http://www.amazon.fr/Histoire-lUnion-Sovi%C3%A9tique-Communaut%C3%A9-ind%C3%A9pendants/dp/2130607861

Tags : Histoire de l'Union Soviétique De l'Empire russe à la Communauté des Etats indépendants - Nicolas Werth

Le châtiment de Tartufe - Arthur RIMBAUD (1854-1891) Hommage 20/10/2015

Il y a 161 ans, Arthur Rimbaud naissait un 20 octobre
Tisonnant, tisonnant son coeur amoureux sous
Sa chaste robe noire, heureux, la main gantée,
Un jour qu'il s'en allait, effroyablement doux,
Jaune, bavant la foi de sa bouche édentée,

Un jour qu'il s'en allait, " Oremus ", - un Méchant
Le prit rudement par son oreille benoîte
Et lui jeta des mots affreux, en arrachant
Sa chaste robe noire autour de sa peau moite !

Châtiment !... Ses habits étaient déboutonnés,
Et le long chapelet des péchés pardonnés
S'égrenant dans son coeur, Saint Tartufe était pâle !...

Donc, il se confessait, priait, avec un râle !
L'homme se contenta d'emporter ses rabats...
- Peuh ! Tartufe était nu du haut jusques en bas !
Arthur RIMBAUD

Analyse :
"Commentaire rédigé
Ce poème est le 7ème poème du premier cahier de Douai, il a la forme d'un sonnet, deux quatrains suivis de deux tercets en alexandrins comme les poèmes du second cahier. Il a été écrit probablement lors de son séjour en septembre 1870 à Douai chez les demoiselles Gimbre tantes de son professeur de classe de Rhétorique Izambard. Forme contraignante, le sonnet oppose généralement les tercets aux quatrains. Les deux tercets ne sont pas ici précédés d'un tiret, signe servant à séparer les parties d'une énumération mais un tiret précède une dernière marque de mépris, de dédain au dernier vers "-peuh !", ponctué d'un des multiples points d'exclamation.
Un c½ur sous la soutane 
Le poème Tartufe écrit ici avec un seul f reprend l'anticléricalisme commencé par Rimbaud dans "un c½ur sous la soutane". Cette sale éducation d'enfance qu'il a reçue, voulue par sa mère qui veut l'élever dans un catholicisme strict, et lui fait lire chaque soir la bible, le 'livre du devoir". Dans "un c½ur sous la soutane", Rimbaud nous présente les confidence d'un séminariste Mr Léonard amoureux d'une jeune fille Thimothina Labinette dont il ne pouvait un an après se séparer des chaussettes qu'elle lui avait offert. Les souvenirs de séminariste lui rappellent ses cours de rhétorique, l'art de persuader, avec son professeur Izambard, cours qui étaient communs aux élèves laïcs en blouse et aux élèves en soutane. Il nous dit ici dans ce poème l' aversion, le mépris, le dédain, pour le représentant de l'église qu'il ressentait déjà pour ces élèves en soutane, hypocrites, dénonciateurs auprès du supérieur, moqueurs décrit dans "un c½ur sous la soutane". 
Une religion refoulement
Si le catholicisme mérite tant pour Rimbaud d'être ainsi "châtié", c'est parce que la religion qui contribue à renforcer un ordre social injuste est aussi coupable du refoulement du corps et de la sexualité. La religion ment, elle opprime les pauvres qui "bavent une foi mendiante et stupide" en guise de prière. La religion si elle leur apporte un peu de réconfort ne les soulage en rien de leurs difficultés, mais leur apporte un sentiment de culpabilité, de refoulement de leur corps et de leur sexualité. Notre clerc qui tisonne pour rallumer son c½ur généreux est pris à son propre piège de la chasteté. L'église est un obstacle aux expériences sexuelles et va à l'encontre des appétits naturels. Rimbaud se venge du sup** d'un c½ur sous la soutane qui l'avait convoqué et "craché" sur sa poésie" en chuchotant des "orémus". Il inverse les rôles, en violentant le représentant de la religion, en le ridiculisant en le mettant nu. Cette violence peut paraître bien facile mais elle n'est pas gratuite car notre poète range le catholicisme à coté de la bourgeoisie à bedaine soucieuse de l'ordre social établi responsable des asservissements, freinant les instincts naturels, les élans vitaux. On se souvient du reproche des "jambes trop écartées" d'un c½ur sous la soutane. A travers la religion, Rimbaud se révolte contre une société déchue, étouffante dont la religion est un des piliers.
Une inspiration hugolienne 
Pour tout lecteur habitué au ton méprisant de Rimbaud, si notre poète traite ici à sa façon son aversion pour lesreprésentants de l'église qu'un méchant tire par l'oreille et dénude, il joue sur l'ambiguïté. Châtiment rappelle trop Hugo et ses démêlés avec Napoléon III pour que chacun puisse admettre que le tartufe n'est autre que Napoléon III. Pour rendre l'analogie encore plus vraie, il reprendra dans son dernier vers le texte du Tartuffe de Molière dont il retirera un f. Rimbaud craint que l'humanité et donc lui même ne fasse les frais de tous ces "châtiments" qui ravagent le monde et il n'a pas envie de finir au "gibet noir" du "bal des pendus".
Conclusion
Rimbaud avait écrit "je serai parnassien", mais par son inspiration, ses thèmes, il se situe aux antipodes du Parnasse car sa poésie est directement et politiquement engagée. Dans le châtiment de Tartufe, c'est un Rimbaud ricanant qui s'attaque à l'un des piliers de l'ordre social, la religion qui constitue un frein aux énergies. Notre apprenti poète de dix-sept ans, encore bien sage, nous apparaît plus comme un enfant frustré qu'il renvoie sur la religion en frustrant son représentant de ses signes extérieurs."


Source :http://rimbaudexplique.free.fr/poemes/chatiment.html
Vous voulez "diriger" tout autour de vous, commander, être le berger..Mais comment faire ? Ma foi, parlez au nom de dieu, soyez sans pitié, imposer la loi divine (la votre quoi, à votre sauce...) Légitimité garantie...? ;)
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Rimbaud - Ardennes - Age d’or - Poèmes... - hommage - poète dont Paul Claudel écrivait qu'il fut un mystique à l'état sauvage - Le châtiment de Tartufe - le Prêtre Impie