dayofdoom
Profile

L'EXCEPTION QUI CONFIRME LA RÈGLE

Cette expression avec le 'qui', est s...

    "Vous qui passez ici, laissez toutes vos espérances" (Citation de "L'enfer de Dante" librement modifié) (19/05/2018)

  • 38494 visits
  • 599 articles
  • 6852 hearts
  • 3384 comments

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


En vérité, cet article devrait se nommer "Avertissement", c'est son but, bien qu'il y soit question de renoncement. Avertir oui mais qui et de quoi ? Qui ? Vous qui me lisez, au hasard ou pas, et de quoi ? De la tentation de faire comme moi, de vouloir trop chercher un sens à tout cela, s'engager spirituellement. "...Mais délivrez-nous du mal." Lorsque ce que nous connaissons actuellement: la vague djihadiste, etc sera passée et terminée, ce jeux de dupes, fuite et d'actes horribles inhumains, il sera alors temps de se pencher pour de vrai dans la spiritualité, de chercher à déterminer sereinement ce "pourquoi nous sommes là" en quelque sorte.
Je n'empêche personne à le faire, soyons précis, mais ce n'est pas la spiritualité qui vous choisit, ni vous qui la choisissez, ayez cela régulièrement en tête. Moi, je ne l'ais pas cherché à la base, serais-cela le fameux karma ? Il y a différentes étapes d'implications, prédispositions...Le "on ne naît pas "quelque chose" on le devient" ne marche pas dans ce cas dont je parle, ou c'est insuffisant. Les renoncements. Car il faut être bien conscient de ce que cela implique. C'est une rupture avec la société, le monde extérieur.
Si vous vous sentez mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau, que rien ne marche comme il faudrait normalement, pas seulement de temps en temps, le renoncement au monde extérieur et ses promesses sera plus facile que pour les autres. Les obscurantistes qui ont recruté perfidement de la chair à canon pour le Moyen-Orient l'ont réalisés et s'en sont servis. En fait, pas tout à fait, ce qui s'est passé, c'est qu'une partie a plus fui qu'autre chose ce monde, notre quotidien et toutes ces sollicitudes. Étaient-ils dans le cas dont je parlais (mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau etc )et combien ?Je veux dire, étaient-ils véritablement prêt spirituellement ? Très peu j'imagine, car leur masque tombe lorsqu'ils saisissent une arme pour tuer. Ce n'est pas la véritable spiritualité. Lorsqu'on y est pas préparé ou prédisposé, renoncer aux promesses de tout les jours peut devenir intolérable, inconcevable et aberrant, (Il faut que cela vienne de l'intérieur, la motivation pour une démarche spirituelle) et rapidement, une évidence: fuir ce renoncement, cette quête de spiritualité ou pour parler moderne, ce "no-life".Il faut préciser, je n'ai rien contre ceux qui mène leur vie quelle qu'elle soit, intégré parfaitement, épanouie niveau profession et familial. C'est que vous le méritez, cela devait vous arriver.
Mais si vous cherchez à me ressembler ou à me copier, ce sera l'échec, ou vous vous perdrez dans une fausse direction pensant réussir. Le passage de l'un à l'autre n'est pas facile. S'il est réalisable. Les soucis ou dangers dont je veux avertir peut être la déception, un rejet total de spiritualité due à la frustration.
Il faut vivre.

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

Tu aimeras ton prochain comme toi-même 04/01/2016

"...Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres."
GALATES 5. 4-18
 
C'est piquant de lire, de voir des personnes se revendiquant de Jésus DÉTESTER EN SON NOM leur prochain, l'étranger, celui ou celle qui a le malheur de ne pas faire comme "il faudrait".........."Tu aimeras ton prochain comme toi-même" Ces gens ne s'aiment-ils pas ? à moins que ce soit la faute à ......à qui ? Oui à qui ? Mhhmm ? boh les médias va ! hahahaha !
Quelle injure lui est faite : Parler en son nom, et manipuler/ignorer sa parole...

Peut-être verrons-nous Jésus les apostropher à leur arrivée aux cieux "Pourquoi as tu détesté et calomnié les enfants de mon père ?!!! Pourquoi m'as tu trahi ????! Qu'as tu fais !!!!"  
 
Hélas.
je ne parle ici que de ceux qui détestent seulement au nom de dieu, car il y en a qui tuent en son nom, ils prétendent le faire...."1 an après, l'assassin court toujours" = Les extrémistes fanatiques sont toujours là. Ils le sont lorsque quelqu'un sur la toile vous incitent à la violence, diabolisent la musique (pas innocent le choix des mots), cherchent à nous mener à l'anarchie (manipulations et diffamations diverses)

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Tu aimeras ton prochain comme toi-même - "1 an après l'assassin court toujours" - "Pourquoi as tu détesté et calomnié les enfants de mon père ?!!! Pourquoi m'as tu trahi ????! Qu'as tu fais !!!!" - Jésus Christ - je suis charlie - charlie hebdo - ne mords pas la main qui te nourrit - Il n'y a jamais trop de livres Il en faut et encore et toujours C'est par le livre et non par l'épée que l'humanité vaincra le mensonge et l'injustice conquerra la paix finale de la fraternité entre les peuples - "Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers." - La haine ne passera pas par nous - nous sommes unis

Virilité, sexualité et conditionnement 31/12/2015


Source : http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20151223.OBS1892/un-des-pires-mariages-de-tous-les-temps.html

Dans "Zobain", Raymond Guérin raconte le saccage de son couple.





C'est, paru en 1936, le premier livre de Raymond Guérin, l'écrivain magistral des «Poulpes», et c'est le récit autobiographique, méthodique, réfrigérant, d'un naufrage.
Jour après jour, un homme raconte à son ami, sous forme épistolaire, la noyade de son couple, qui s'aimait sans savoir s'aimer. Il dit qu'il a épousé une jeune femme, qu'ils avaient en commun la passion de la littérature – Montaigne, Stendhal, Gide –, qu'ils croyaient au bonheur, jusqu'au jour où elle a sombré dans une profonde dépression.
Les médecins l'envoient dans des maisons de repos, d'où elle revient pour s'enfermer dans sa chambre aux volets clos et un énigmatique mutisme. Le mari assure tout faire pour contrarier sa «psychasthénie» et lui exprimer sa tendresse. Mais elle continue de broyer du noir et fait même une tentative de suicide. Très vite, il avoue le secret de ce drame intime:
Ma femme était vierge. Pendant quatre ans, nous n'eûmes que des rapports superficiels auxquels je dus m'habituer, mais qui lui plurent et qu'elle préféra.»

Qu'elle préféra ? On peut en douter après avoir lu, dans l'appendice de ce livre, la lettre de rupture définitive adressée, le 5 avril 1934, par Denise Montoriol à Raymond Guérin: «Tu n'as été ni un mari, ni un amant, ni un ami.»
"Je me mettais à haïr ce corps de femme"
«Zobain» (le pseudo très allusionnel que Guérin se donne ici) est donc la chronique d'un fiasco. En guise d'explication: «Nous étions tous les deux trop compliqués pour avoir une juste conscience de notre sexualité.» Lorsqu'ils tentèrent enfin de consommer leur mariage, la nuit tourna au «carnage». Car son épouse fut si «brutale» et «bestiale» qu'il en sortit effrayé, écoeuré : «Je me mettais à haïr ce corps de femme que j'avais chéri.» Le piètre amant ne s'épargne pas davantage :

En tout j'ai été médiocre. Je n'ai jamais rien réussi. Ni gauche ni séduisant; ni sot ni brillant; ni riche ni pauvre; mais naïf, mais orgueilleux.»
Ce livre terrible, où Raymond Guérin saccage à la fois son couple et sa propre hypocondrie, où il balance entre misogynie et masochisme, inaugure une oeuvre d'une noirceur radicale et d'un désenchantement persistant.
Rappelons que l'écrivain de «Retour de barbarie» est mort à 50 ans, en 1955, après avoir été enfermé pendant trois ans et demi dans un stalag, avoir souffert de l'indifférence avec laquelle furent accueillis, dans la France libérée, les prisonniers de guerre, et s'être toujours senti exclu de la République des lettres.

«Je suis un vaincu, un raté, écrivait-il, en 1945, à son ami Henri Calet. Je me fais l'effet d'un revenant, d'un fantôme. Je n'ai plus ma place dans ce monde étouffant et fascisé.» Décidément, l'aigre Guérin n'était pas doué pour la félicité et il était inapte à se plaire. Mal aimé, mal aimant. «Zobain», son premier texte éclatant de talent, ne dit rien d'autre.
Jérôme Garcin
Zobain, par Raymond Guérin
Finitude, 256 p., 19 euros.

Tags : Virilité - sexualité - conditionnement - Raymond Guérin - Un jour ou l'autre - "Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers - Tu fuis - je fuis - confession virtuelle - tutorat - découvrir la vie - trouver la lumière - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - Quo vadis

Le jour se lève 29/12/2015

Le jour se lève
"Quand on s'éveille enfin a la claire compréhension
Et que l'on sent qu'il n'y a aucune frontière
Qu'il n'y en a jamais eu
On se rend compte qu'on est tout.
Les montagnes, les rivières,
L'herbe, les, arbres, le soleil, la lune, les étoiles
Et l'univers enfin
Ne sont autres que nous-mêmes.
Rien ne nous distingue
Rien ne nous sépare les uns des autres
L'aliénation, la peur, la jalousie, la haine
Sont évanouies.
On sait en pleine lumière
Que rien n'existe en dehors de soi
Que par conséquent rien n'est a craindre.
Etre conscient de cet état
Engendre la compassion,
Les gens et les choses
Ne sont plus séparés de nous
Mais sont au contraire
Comme notre propre corps."
 
Genpo Sensei 
Le jour se lève

Tags : Genpo Sensei - bouddhisme - "La différence entre les hommes se réduit à celle-ci La présence ou l'absence de l'expérience spirituelle" Marie-Madeleine Davy - spiritualité

Le petit garçon et l’écho dans la vallée 22/12/2015



Source : http://www.gadlu.info/le-petit-garcon-et-lecho-dans-la-vallee.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

Il existe une loi universelle qui dit que, dans la vie, on récolte ce qu'on sème. On appelle aussi cela la loi de cause à effet, la loi d'action réaction ou encore l'effet boomerang, c'est-à-dire que tout ce qu'on lance, nous revient.
Un petit garçon habitait dans une vallée avec sa mère. Un jour, le petit garçon était furieux après sa mère. Elle venait de le chicaner parce qu'il avait été malfaisant. Le petit garçon est sorti alors sur le balcon de la maison et a commencé à crier : « Je te déteste, je te déteste, je te déteste. » Et l'écho de répondre :: « Je te déteste, je te déteste, je te déteste. »
Effrayé, le petit garçon est vite rentré dans la maison et il est venu retrouver sa mère : « Maman, maman, il y a un petit garçon dans la vallée qui ne m'aime pas. Il dit qu'il me déteste ! » Et la mère de répondre à son fils avec un léger sourire en coin : « Ne t'inquiète pas, mon garçon, car il y a aussi un autre gentil petit garçon dans la vallée qui, lui, t'aime beaucoup. Va dehors sur la galerie et dis-lui toi aussi que tu l'aimes. »
Et le petit garçon de retourner à l'extérieur et de crier au petit garçon imaginaire : « Je t'aime, je t'aime, je t'aime. » Et de l'écho de répondre : « Je t'aime, je t'aime, je t'aime. »
Dans la vie, on récolte toujours ce que l'on sème. Si vous lancez des messages de haine, c'est également la haine que vous récolterez en retour. Par contre, si vous lancez des messages d'amour, c'est aussi de l'amour que vous recevrez en retour. Le bonheur que les gens vous prodiguent est votre responsabilité. Dites du bien des autres et ils diront du bien de vous.
« Lorsque tu craches en l'air, ça te retombe toujours sur le nez ! »

Patrick Leroux (Livre : Pour le c½ur et l'esprit)

Tags : Le petit garçon et l’écho dans la vallée - on récolte ce que l'on sème - Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? - Il n'y a jamais trop de livres Il en faut et encore et toujours C'est par le livre et non par l'épée que l'humanité vaincra le mensonge et l'injustice conquerra la paix finale de la fraternité entre les peuples

Et vous ? Quel âge avez-vous ? 20/12/2015

"A quinze ans, je résolus d'apprendre. A trente ans, j'étais debout dans la voie. 
A quarante ans, je n'éprouvais plus aucun doute. 
A cinquante ans, je connaissais le décret du ciel. 
A soixante ans, j'avais une oreille parfaitement accordée. 
A soixante-dix ans, j'agissais selon mon c½ur, sans pour autant transgresser aucune règle."


Confucius , (v. 551 — v. 479 av. J.-C)
 
Et vous ? Quel âge avez-vous ? :) 

Tags : Confucius - progression

Connais ceux qui te sont supérieurs 07/12/2015

Puisque qu'il faut toujours avancer, jamais céder, jamais se taire etc : (un des mes commentaires d'un de mes article en réaction à un autre commentaire)
"Ok...................Bon, j'aurais au moins réussi l'exploit (si l'on peut dire) de me faire détester (pas aimer...) de ceux qui n'aime pas la franc-maçonnerie ainsi que ceux qui sont franc-maçon et/ou profranc-maçon.....Oh pourquoi ? je ne sais pas......je pense que tenir un blog comme je le fais ne plais pas. C'est que tenir un blog ou être sur les réseaux sociaux est mal vu ou plutôt moqué (style : oh encore un imbécile qui croit aux reptiliens envoyé par rothschild pour bouffer le monde via le complot prévu et orchestré depuis 10 000ans .. quel pauvre type naif) c'est surement ce que pensent ceux rares savent qui je suis ici. Ils n'ont pas tort, ces inepties font un mal fou à ceux qui essayent de s'exprimer sur la toile (et qui sont en dehors de ces sujets là). Et comment se fait-il que ces personnes se tiennent à distance ? Comment se fait-il que les débats dans les commentaires ne s'élèvent pas. Non non ici ce sont mes idées, opinions sur des sujets qui peuvent de loin paraître à l'ouest mais ce sont les miens. Ils sont pas là pour plaire à quiconque, dictés ou je ne sais quoi :) et je suis sur qu'à mon avis que les rares voudraient me botter le cul rien que pour ça ;) en gros, que je devienne un peu plus adulte :)
:)"

L'élitisme, ou comment expliquer (en partie) la situation actuelle. C'est une malheureuse tendance, à savoir à exclure, ostraciser ceux qui sont pas au niveau, attention, je ne dis pas qu'il faut pas bosser pour se mettre au niveau, au contraire je recommande fortement de le faire, c'es très enrichissant, que ce soit seul ou avec d'autres personnes. Le souci est que lorsque vous avez progressé suffisamment par rapport à votre point de départ vous rencontrer que l'indifférence. Oui, vos efforts pour progresser, vous mettre à niveau ne suffise pas, il en faudrait encore 500 fois plus ? Élitisme. Libéralisme moderne ?
Résultat: Indifférence, découragement ? désunion, incompréhension, démobilisation.
Une chose importante, je ne suis pas pour la destruction de nos élites ou de élitisme ou le fait de devoir apprendre et bosser. Non, on a besoin dans notre société de personnes aptes à mener la barque.
Les gens réagissent différemment à cet état "d'élitisme indifférent", soit ils baissent les bras et vivent vaille que que vaille dans la médiocrité, soit ils diffament les élites odieusement par vengeance et méchanceté (mais à diffamer ainsi, il faut vivre avec ça sur la conscience...) soit ils baissent pas les bras et continue à se battre à leur manière au jour le jour.
Si une partie de l'électorat se désintéresse, tourne le dos à des valeurs, vote en fonction de et d'une certaine façon c'est avant tout "pour faire chier le système" comme on dit. Les victimes de l'élitisme se comportent ainsi. Verra t'on un peu d'ouverture ? Optimisme.
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Connais ceux qui te sont supérieurs - élitisme - Ostracisme - Tu fuis - je fuis - Rien ne doit faire renoncer au dialogue - apprendre - je suis là parce que ... - Crédibilité - ne mords pas la main qui te nourrit

"Il n'y a jamais trop de livres ! Il en faut, et encore, et toujours ! C'est par le livre, et non par l'épée, que l'humanité vaincra le mensonge et l'injustice, conquerra la paix finale de la fraternité entre les peuples..." Emile Zola 27/11/2015

Emile ? Emile où est tu ? Reviens ..........Bien que ton époque était assez compliqué, et que tu en a vu de toutes les couleurs de la part d'une partie de nos concitoyens...hem...Oui, déjà l'extremisme et la violence...Mais on a oublié.
 
 

Tags : Emile Zola - Il n'y a jamais trop de livres Il en faut et encore et toujours C'est par le livre et non par l'épée que l'humanité vaincra le mensonge et l'injustice conquerra la paix finale de la fraternité entre les peuples

« Rien ne doit faire renoncer au dialogue » 27/11/2015

Source : http://www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article24529


Nous, Conférence des responsables de Culte en France, nous associons à l'hommage national qui sera rendu aux victimes des attentats du 13 novembre dernier à Paris et à Saint Denis.
Nous exprimons par ce message commun notre profonde sympathie aux familles, aux parents et aux enfants des victimes de ces attentats.
Nous saluons le professionnalisme, le courage et le dévouement de toutes celles et tous ceux qui ont contribué à sauver des vies, notamment les services de police, de secours et de santé qui se sont mobilisés de façon exemplaire.
C'est ensemble, liés les uns aux autres, que nous faisons cette déclaration, dans la certitude que rien ne doit faire renoncer au dialogue en vue de la construction inlassable et confiante d'une société solidaire et fraternelle.

Mgr Georges PONTIER et Mgr Pascal DELANNOY
Conférence des évêques de France

Le pasteur François CLAVAIROLY et le pasteur Laurent SCHLUMBERGER
Fédération protestante de France

Le métropolite Emmanuel et le métropolite Joseph
Assemblée des Evêques Orthodoxes de France

M. le Grand Rabbin de France Haïm KORSIA et M. le président Joël MERGUI
Consistoire central israélite de France

M. le président Anouar KBIBECH
Conseil français du culte musulman

M. Olivier WANG-GENH et Madame Lama DROUPGYU
Union Bouddhiste de France
La Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF)

La CRCF a été créée le 23 novembre 2010. Elle regroupe six instances responsables du Bouddhisme, des Églises chrétiennes (Catholique, Orthodoxe, Protestante), de l'Islam et du Judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté des responsables de culte en France d'approfondir leur connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée, et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société. 

Tags : Rien ne doit faire renoncer au dialogue - La haine ne passera pas par nous - buddhachannel - non-violence - nous sommes unis - Les fanatiques enragent de n’être pas Dieu - Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? - Les hommes les plus humains ne font pas la révolution : ils font les bibliothèques ou les cimetières. » André Malraux - Que la fête continue !

je suis là parce que ... 24/08/2015

je suis là parce que ...
Apprendre...Mais auprès de qui ? 
?
Je suis cerné par les ténèbres, chaque jour apporte son lot de ténèbres,
rares sont les étoiles ici. Qui me guidera vers la lumière ?
 
Peut-être que la solution est :

" Apprenez par vous-même. Ne vous laissez pas guider par les discours, les traditions, ou l'ouï-dire, ne vous laissez pas guider par l'autorité des textes religieux, eux-mêmes objets de manipulations, ne vous laissez pas guider par la seule logique ou dialectique, ni par la considération des apparences, ni par le plaisir de philosopher, ni par la vraisemblance ni par l'autorité des maîtres et des supérieurs. Apprenez par vous-mêmes à reconnaître ce qui est mauvais, faux et méchant et, l'ayant observé et approfondi, ayant compris qu'il génère négativité et souffrance, abandonnez-le. Apprenez par vous-mêmes à reconnaître ce qui est utile, méritoire bon et, l'ayant observé et approfondi, ayant compris qu'il génère bénéfice et félicité, acceptez-le et suivez-le." Bouddha
 
A moins que .......(Autodérision) 
je suis là parce que ...
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : apprendre - La Flûte enchantée - tutorat - découvrir la vie - trouver la lumière - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - autodérision - Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers - mentor - Jésus revient Jésus revient ils sont devenus fous si tu savais les horreurs qu'ils veulent faire en ton nom...