• 35812 visits
  • 575 articles
  • 6553 hearts
  • 3266 comments

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


Les Visiteurs de ce blog doivent penser « day of doom....jour de chaos.....mais où est le chaos ici ? »
Alors bien sur, effectivement selon les normes, les vôtres, à propos du chaos, mon blog et les articles doivent paraître bien ordonné, jolis et aimables.Mais le chaos lui est pourtant bien là :
 
- Je dénonce et suis contre l'alcool et les drogues => J'apporte le chaos.
- Je parle de la futilité de la consommation de masse actuelle => J'apporte le chaos.
- Je parle de non-violence et de paix => J'apporte le chaos.
- Je parle d'athéisme, de ne pas suivre aveuglément les religions ainsi que les fanatiques => J'apporte le chaos.
- Je parle de se comporter en adulte responsable et digne et fais appel au sérieux => J'apporte le chaos.
- Je parle de citation franc-maçonne et incite à la réflexion => J'apporte le chaos.
- Je fais des articles contre les dissections de souris dans les établissements scolaires => J'apporte le chaos.

Je l'apporte dans les têtes à ceux qui lisent les articles et dont le contenu les interpelle. Dans le sens où la société devient complaisante envers les substances illicites, Où la propagande la plus niaise et sournoise est ce que les imbéciles veulent entendre, quand l'intellectualisme est clairement mis au piloris par des ignares, dans ce monde violent où pour "stopper" la violence certains en appellent a plus de violences...
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

Birmanie, l’ONU dénonce un « crime contre l’humanité » envers les Rohingyas 13/03/2017

Birmanie, l’ONU dénonce un « crime contre l’humanité » envers les Rohingyas
Source : http://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/Birmanie-lONU-denonce-crime-contre-lhumanite-envers-Rohingyas-2017-03-13-1200831414
Un an après l'arrivée au pouvoir d'Aung San Suu Kyi, l'envoyée spéciale de l'ONU en Birmanie remet lundi 13 mars un rapport qui dénonce de graves violations aux droits de l'homme dans le pays.Des experts ou enquêteurs de l'ONU remettent lundi 13 mars différents rapports ou observations préliminaires sur la situation des droits de l'Homme dans plusieurs pays, notamment la Corée du Nord, l'Iran, l'Érythrée ou le Burundi.
Parmi les pays visés par l'ONU se trouve aussi la Birmanie dont la situation un an après l'arrivée au pouvoir du parti d'Aung San Suu Kyi demeure préoccupante.
L'un des peuples les plus persécutés au monde
L'ONU y dénonce un « crime contre l'humanité » envers la minorité musulmane des Rohingyas, au moment où des milliers d'entre eux se trouvent ballottés entre l'État d'Arakan, à l'ouest du pays, et le Bangladesh voisin.
Les Rohingyas, communauté apatride d'environ 1,3 million de personnes, sont de fait considérés par l'ONU comme l'un des peuples les plus persécutés au monde.
À lire : L'insoluble tragédie humaine des Rohingyas
Pour l'envoyée spéciale de l'ONU en Birmanie, Yanghee Lee, qui présente son rapport officiellement devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, les persécutions visant les Rohingyas sont des « crimes contre l'humanité » qui mettent en cause « les militaires birmans, les gardes-frontières, la police et les forces de sécurité ». Yanghee Lee, après sa mission dans le pays, évoque même une situation « bien pire que ce à quoi elle s'attendait ».
En février, l'ONU avait déjà dénoncé une entreprise de répression « généralisée et systématique » à l'encontre de cette communauté, menée essentiellement par l'armée, et qui a abouti à un « nettoyage ethnique ».
Des « exagérations », pour le parti d'Aung San Suu Kyi
Un mois plus tard, l'accusation est encore plus dure, et Yanghee Kee interpelle cette fois directement Aung San Suu Kyi, symbole de la lutte pour la démocratie dans le monde, prix Nobel de la paix en 1991, qui est au pouvoir en Birmanie depuis avril 2016 et garde le silence sur la situation des Rohingyas.
À lire : En Birmanie, Aung San Suu Kyi accusée de délaisser les Rohingyas
L'un des porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie, son parti, a toutefois répondu aux accusations de la représentante de l'ONU, les qualifiant « d'exagérations » et rappelant que, selon la Constitution actuelle, Aung San Suu Kyi n'avait pas les moyens de stopper les exactions de l'armée.
« En tant que nouveau gouvernement, nous essayons de moderniser le pays. Nous avons des milliers de problèmes », a plaidé Win Htein, interrogé le 10 mars par la BBC. « Ce ne sont pas là des crimes contre l'humanité. Et ce sont des affaires internes, et non internationales », a-t-il ajouté.
Le gouvernement birman avait reconnu pour la première fois en janvier l'existence d'exactions commises par des policiers à l'encontre des Rohingyas dans l'État d'Arakan, frontalier du Bangladesh. Selon l'ONU, plus de 50 000 personnes auraient fui « l'opération de nettoyage » menée depuis octobre.
À lire: L'armée birmane aurait tué des centaines de Rohingyas selon l'ONU
Depuis le Bangladesh voisin, certains témoignages sur la réalité de ces « opérations » donnent froid dans le dos. Ils corroborent ce qu'indiquait notamment le rapport publié en décembre par l'ONG Amnesty International au sujet de viols, de tortures, d'incendies de villages, de meurtres arbitraires, visant notamment des enfants.
De leur côté, les réfugiés Rohingyas n'ont pas un sort beaucoup plus enviable lorsqu'ils se trouvent au Bangladesh, où le gouvernement a commencé à les recenser. Ce pays a réactivé, le 28 février 2017, un ancien projet de 2015 qui consisterait à parquer cette minorité sur l'île déserte de Thengar Char, plate-bande inhabitée de 24 km2 dans le golfe de Bengale. Les autorités bangladaises y ont ordonné la construction d'infrastructures, dont un débarcadère, un héliport, diverses installations.
Mais l'île en question est noyée pendant la saison des moussons, balayée par des cyclones en période de mousson. Les associations des droits de l'homme ont dénoncé un plan « ridicule ».
« Nous ne pouvons dorénavant qu'espérer que la situation s'améliore dans notre pays », a fait valoir Noor Hafiz, l'un des responsables des camps où se trouvent les Rohingyas.
Guillemette Mahieux
Birmanie, l’ONU dénonce un « crime contre l’humanité » envers les Rohingyas

Tags : Birmanie - Rohingyas

Vous vous souvenez de 2008 ? 24/02/2017

Vous vous souvenez de 2008 ?
Vous vous souvenez de 2008 ? La crise des subprimes, les banques à sauver ? Tout cela à cause de la volonté de ne pas réglementer le système financier dans les années 1980. Et bien:
 "Donald Trump lance le détricotage de la régulation financière Le président américain a signé deux décrets visant à revenir sur la loi Dodd-Frank adoptée en 2010 par le Congrès."
Source : "http://www.lemonde.fr/donald-trump/article/2017/02/03/donald-trump-s-attaque-au-demantelement-de-la-reglementation-financiere_5074439_4853715.html
Bien sur, il y a le congrès tout ça...Mais...
Je suis quand même effaré du peu de réaction, du silence depuis. Tiens rien qu'un passage de l'article du Monde "La question qui se pose est de savoir à qui profitera le plus cette déréglementation. Lors de sa campagne électorale, M. Trump s'est adressé aux populations délaissées, qui ont été frappées de plein fouet par la crise immobilière de 2008, fustigeant l'attitude des banques de Wall Street. Or, aujourd'hui, celles-ci sont largement représentées au sein de la nouvelle administration."
Alors oui, je suis très étonné de la passivité, du silence ! De qui ? Mais de ceux qui sur la toile(les blogs vous avez bien...) à l'époque hurlaient contre le sauvetage des banques mal gérés et autres établissements financiers au bord du gouffre avec l'argent public. "'Plus jamais ça !" On l'a entendu deux cents fois. Et pourtant. Le numéro deux de goldman sachs a rejoint l'équipe de trump...le lobbyisme de wall street...Comme quoi, quand il ne faut pas attaquer certains et défoncer des autres...hum. Hey ouais, j'ai rarement vu les dirigeants de goldman sachs et autres établissements financiers (agences de notations etc..) mis en cause sur les blogs ! Qu'on m'explique ! Non on dirait que c'est un peu toujours les mêmes qui se font dégommer(gouvernements et Union Européenne). C'est curieux !
Vous vous souvenez de 2008 ?

Se souvenir que la crise des subprimes vient de la distribution à grande échelles de prêt immobilier à des catégories sociales américaines incapables de rembourser..Sur le papier certes c'est presque de l'humanitaire, un toit pour tous, sans regarder les revenus des personnes (s'ils existent). Le piège à pauvre se referme, les échéances des crédits inévitables sont mis de côté (le fameux aveuglement humain, l'ultra optimisme du "on s'en sortira toujours, je trouverai toujours un job bien payé no souci")Certes, les établissements financiers pouvaient rétorquer qu'en cas de coup dur (non remboursement des prêts accordés) ils disposaient de quantités potentiels énormes d'immobiliers donc une grande valeurs à saisir. Mais c'était sur le papier seulement. Car quand ils voulurent vendre cet immobilier pour rentrer dans leurs fond investis dans les prêts, ils ne trouvèrent alors peu d'acheteurs ou sinon à très bas prix....Et les choses se compliquent quand les titres de ces mêmes établissements financiers malades et gangrenés sans le savoir (plus ou moins) se retrouvent sur le marché de wall street... 
Sans parler du partage des bénéfices anticipés sur les futurs recettes entre dirigeants le tout presque légalement, les réglés comptables (possibilité hors bilan) ayant opportunément changés juste avant...Je vous laisse imaginer la cata lorsque les futurs recettes n'étaient pas à la hauteur de ce qui étaient espérés ...l'argent qui n'est pas encore gagné a déjà été très vite dépensé. et sur une grande échelle. On peut pas gérer plus mal sa boite..(Enron)
 
Je suis assez inquiet, je pense qu'il faut limiter le plus possible la casse: évitez le recours au crédit au maximum. A t'on suffisamment retenu la leçon ? La "solution" est là, plus de mesure sur le recours aux crédit, peut-être plus de contrôle vigilant des établissements financiers "si" cela est possible, car c'est bien complexe. Tenter de trouver un équilibre, et oui, toujours l'équilibre.
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : subprime - crise financière

Joha, le sage 07/02/2017

Source :http://www.gadlu.info/a-mediter-joha-le-sage.html
 
Joha, le sage..........Où se trouvent les réponses...
C'est l'histoire d'un personnage utopique un peu simple d'esprit mais pourtant plein de sagesse, nommé Joha qui vit en orient. Un jour, il arrive dans un village et alors qu'il ne connait personne, les gens du village le prennent pour quelqu'un d'autre et croient tous que c'est un grand savant et poète. Tous le village le prie donc avec insistance de donner une conférence sur un sujet de son choix et de transmettre ainsi une partie de son savoir. Il finit donc par jouer le jeu et monte sur la chaire de l'amphithéâtre et après quelques secondes de silence, il demande aux villageois :
“Est-ce que vous savez de quoi je vais vous parler ?”
Les villageois étonnés de sa question lui répondent “Non, non... Joha on ne sait pas, mais enseigne nous s'il te plait”.
Alors Joha se fâche et dit alors :
“Si vous ne savez pas de quoi je vais vous parler, je n'ai aucune raison d'enseigner à un peuple d'ignares” et il s'en va.
Tous le village le rattrape et le supplie de remonter sur sa chaire.
Après quelques secondes de silence Joha réitère sa question :
“Est-ce que vous savez de quoi je vais vous parler ?”
Cette fois tout le village répond à l'unisson “Oui, oui Joha nous savons parfaitement de quoi tu vas nous parler”.
Alors Joha s'en va et dit:
“Alors si vous savez ce n'est pas la peine que je vous enseigne”.
Les gens le rattrapent encore et le conjurent de remonter sur sa chaire.
Il repose une dernière fois sa question :
“Est-ce que vous savez de quoi je vais vous parler ?”, et là la moitié de la foule dit “Oui” tandis que l'autre moitié dit “Non”. Et là Joha répond et bien que ceux qui savent le disent à ceux qui ne savent pas !!!
La morale de l'histoire : les réponses ne sont nulle part ailleurs qu'en nous même (=la foule).

Tags : Joha le sage - Où se trouvent les réponses - les réponses ne sont nulle part ailleurs qu'en nous même

L’interprétation 30/01/2017

Comment vous parler ? Tout en sachant que je vais être lu, pas forcément compris, décortiqué ou découverts avec des à priori ? Je veux dire : Ce n'est pas facile de toucher au but, convaincre... Que je ne sois pas avec ce qui est écrit ici à l'origine d'une catastrophe ? "On est héritier de ses actes" n'oubliez jamais. Non, vous le savez, c'est ça l'astuce, tout le monde le sait mais en a la même vision ? La notion du bien et du mal, dualité, surtout. regardez les événements récents, un décret discriminant et incohérent outre atlantique accompagné auparavant de discours exagérés poussant au fantasmes malsains amène un horrible fait divers inutile, absurde et monstrueux dans le pays voisin. Attendez, je revois encore un slogan idiot sur la toile de ces dernières années : Comme quoi les vilains médias vous pousseront à haïr votre prochain (une formule de ce genre) Les médias ? ben voyons ! Il suffit de voir que ceux partageaient haut et fort cette formule antimédias  et qui sur le web ignorent complètement l'actualité discriminante outre atlantique de ces derniers jours ! Quel silence ! Je ne sais pas ce qui est le pire entre l'aveuglement imbécile ou l'acquiescement silencieux...
Pour en revenir au fait divers, je n'ose pas utiliser le verbe "inspirer" via les discours etc...Faut pas se leurrer, c'est important, il y aura toujours une opposition quelconque. Après elle peut avoir plusieurs formes, intelligentes responsables ou pas. Tout comme il y aura des visions de la vie différente pour chacun(e)s d'entre nous.
Ce qui complique la chose, qu'allez-vous retenir de ce blog ? Que je déteste et cherche à foutre par terre l'état comme Bakounine a pu le faire à cause de mon article parlant de lui ? C'est tout le contraire !
 
l'interprétation.
 
Ce qui nous amène à nous poser la question, comment faire pour que des têtes folles, faibles, influençables ne passent pas à l'acte en ayant tout assimilé de travers ? J'en reviens à la vision "anarchique" de Bakounine, c'est à dire liberté totale après avoir balayé le système et les institutions tout en imaginant selon lui qu'à travers la liberté nouvelle le peuple se comporterai de la meilleure façon, sans vols ni meurtres ni agressions physiques dans l'intérêt commun. Comment cela serait-il possible ? Surtout sans nouvelles institutions ni cadres que Bakounine rejetait..Sans oublier et c'est le plus important, ses appels aux "mauvaises passions" au préalable comme il le disait lui-même afin de faire chuter les institutions déjà en place...Sa vision a été bien mal comprise depuis, et mal interprété. Bakounine avait une vision du peuple presque angélique et ambiguë.
Le problème qui est sans solutions est la réaction assez imprévisible du peuple, de la société. Il y a des motifs d'espoirs: les parisiens ouvrant spontanément leurs portes la nuit du 13 Novembre aux personnes fuyant les terroristes. Ou comme le mouvement Nuit Debout.
 
La spontanéité de la foule.
 
Ce que les extrémistes n'admettent jamais et refoulent catégoriquement est cette spontanéité qu'ils ne comprennent pas. à cause de meilleurs sentiments qu'ils n'ont pas ? Ou qu'ils refoulent ? Ou bien à cause de leur "foi" dans un système totalitaire du tout contrôle ?
Ce que redoutait Bakounine est l'aspect bourgeois...C'est à dire que par peur de voir tout bouleversé, tout brisé, la grosse partie de la foule s'arrête, négocie quelques avancées et stoppe son mouvement, par peur de tout perdre, de perdre son petit confort et son petit bonheur....J'ai déjà pointé du doigt (pas tout à fait comme Bakounine) cet attachement au matérialisme qui amène beaucoup d'incompréhension et de souffrances. Et à mon avis l'attachement matériel est amplifié par rapport au 19e siècle. j'en parlais en partie dans l'article précédent. Par exemple, la réaction des gens autour de Jésus lorsqu'il dit "Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai." (Jean 2:19) ceux qui sont à fond attaché au matérialisme ne comprennent pas, ils interprètent mal. Les personnes plus portés sur la spiritualité elles réalisent.
  
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog

Tags : L’interprétation - spontanéité - Détruisez ce temple - et en trois jours je le relèverai - Jean 2:19 - Bakounine - Nul besoin de temples nul besoin de philosophies compliquées Notre cerveau et notre c½ur sont nos temples - Le monde irait peut-être mieux sans religion - mépris - Ostracisme - Anarchisme - utopie - amour - compassion - pour bien comprendre le monde - liberté - L'Etat c'est le mal mais un mal historiquement nécessaire aussi nécessaire dans le passé que le sera tôt ou tard son extinction complète - descendre les marches - "On est héritier de ses actes" - no muslim ban - dayofdoom - day of doom

Leila Pahlavi 09/02/2017

Leila Pahlavi
Leila Pahlavi (Téhéran, 27 mars 1970 - Londres, 10 juin 2001), est la fille cadette du shah Mohammad Reza Pahlavi et sa troisième femme l'impératrice Farah Diba.
Avec ses frères et s½ur germains, la princesse Leila est contrainte de quitter l'Iran, en 1979. La fratrie, au terme d'un périple itinérant, emménage aux États-Unis. Elle est diplômée de la Brown University en 1992.
Elle a travaillé comme mannequin pour le créateur Valentino.
Probablement fortement marquée par une jeunesse itinérante et douloureuse, la princesse Leila souffre de dépression et d'anorexie. Le 10 juin 2001, elle est retrouvée morte dans sa chambre à l'Hôtel Leonard dans des circonstances qui restent inexpliquées. Elle repose au cimetière de Passy, à Paris.
 
"Nous qui sommes du haut,
Vers le haut nous allons,
Nous qui sommes de mer,
Vers la mer nous allons.

Pas plus que de là-bas
Nous ne sommes d'ici.
Nous sommes du sans-lieu,
Au sans-lieu nous allons.
"

Poème publié dans le journal Connaissance des Arts N°568 (janvier 2000).
Farah Pahlavi, ancienne impératrice d'Iran, est la mère de Leila, à qui ce poème et la chanson de Mylène sont dédiés.
 
Interview radio de Mylène Farmer (Radio FG, 6 décembre 2010) :
"Là il s'agit d'une rencontre d'il y a quelques années. J'ai rencontré donc sa maman, qui fût la femme du shah d'Iran. Mais c'est pas tant ça qui m'intéressait et qui m'a ému, c'est plus l'histoire qu'elle m'a racontée, puisque sa fille s'est donnée la mort, s'est suicidée... Et elle me confiait qu'elle écoutait beaucoup ma musique, qui fatalement me touche. Et puis indépendamment de ça c'était parler d'une femme, d'une femme d'un autre pays. Et j'ai récemment d'ailleurs revu sa maman, lui ai présentée la chanson et la vidéo qui est réalisée par Alain Escalle, et j'avoue que c'était un moment d'émotion intense."

Interview de Mylène Farmer (France 2, 12 décembre 2010) :
"Là encore c'est une rencontre. J'ai rencontré la maman de Leila, je ne la connaissais pas. Et j'ai rencontré une femme d'une grande dignité, une femme très belle. Et puis la personne qui m'a présentée cette femme m'avait dit que sa fille, donc Leila qui est décédée, écoutait beaucoup ma musique. Ce qui m'a évidemment touché. Sans narcissisme aucun, c'est juste que son histoire m'a touchée, le fait qu'elle ait dû partir de son pays. Et puis j'ai rencontré à nouveau une deuxième fois cette femme et je lui ai présentée la chanson et le clip qui illustrait cette chanson. C'était un moment qui était incroyable d'émotion, de pudeur aussi. Et là, actuellement, je lis la biographie de sa maman qui semble être extrêmement touchante et intéressante. Passionnant."

A noter le jeu de mots facile dans les paroles de la chanson :
"Moi je sais
Que c'est pas la vie"


Pauvre humanité muette
Pardonner, polir le geste

Croire, t'aimer
Mais choir, prier
Que celle qui n'est

Pas parmi vos nombres
Part repose dans l'ombre
D'une vie qui n'est pas ici

Moi je sais
Moi je sais
Moi je sais
Que c'est pas la vie

Corps cassé, nulle espérance
Fille aimée
D'Iran
Infiniment

Leila
Une part ensevelie de nous même
Leila
La nuit se consume elle même
Leila
Pont tendu entre ciel et terre
Leila


Source :http://www.innamoramento.net/mylene-farmer/inspirations/paroles_leila

Tags : Leila Pahlavi - Leila - Mylene farmer

Complotisme et radicalisation djihadiste : quels liens ? 30/01/2017

Complotisme et radicalisation djihadiste : quels liens ?
En créant confusion et désinformation, ces récits complotistes peuvent renforcer la propagande djihadiste.
static4.stop-djihadisme.gouv.fr

 

Tags : #Stopdjihadisme

Ils méprisent... 24/01/2017

« Le monde irait peut-être mieux sans religion »
à cause de cette citation ? Ils le méprisent à cause de cette phrase ? Enfin pas seulement lui, les bouddhistes et ceux qui s'y intéressent. Allons au bout de sa pensée via une de ses anciennes citations :
 
"Nul besoin de temples, nul besoin de philosophies compliquées. Notre cerveau et notre c½ur sont nos temples." (Dalaï Lama)
 
La phrase concernant le monde qui iraient mieux sans religion a eu un traitement assez houleux et méprisant sur le web de la part de ceux s'estimant euh...à part, non, mieux informés et + ouvert que les médias traditionnels (!) disons-le, dés qu'une célébrité touche un chouilla à la religion ils se crispent et méprisent...(il parait qu'ils ont un petit nom: fachopshère..)
Pourquoi le mépris ? Parce que peut-être en partie la réponse est dans la phrase de sa sainteté : ils manquent à ces personnes l'amour et la compassion. Mais "qui" sont ces personnes qui méprisent et détestent ? Ce sont ceux lorsque la religion est remise en cause et discutée se sentent mal et aspirent à imposer une religion (n'importe laquelle) à tous de façon totalitaire...L'imposer via des références/ordres divins tout en oubliant le plus important à savoir...Vous savez quoi. Du coup ils rament et cela n'arrangent rien à la vision du monde et à leur détermination qui grandit de façon malsaine. Et de façon haineuse et idiote de se moquer de l'aspect démuni du Dalaï Lama et des autres moines bouddhistes ET cinq minutes plus tard ces mêmes pourfendeurs de lancer une malédiction envers le capitalisme ! Incohérence quand tu nous tiens ! Enfin non c'est plutôt faire un article dans le sens de ce que le public attend ou veut gober...
 
Au fait, je ne défends pas bec et ongles un milliardaire ni un millionnaire quel qu'il soit après avoir craché et démontré que le libéralisme et le capitalisme sont des horreurs pendant des mois et des années...Vous me ferez toujours rire !
Attachement....Toujours cette fichue erreur occidentale de l'attachement mordicus aux temples et bâtiments et etc. résultat vous souffrez et faites souffrir d'autres en réponses... tant qu'il y aura cette erreur, je crains qu'il n'y ait pas ou peu d'avancée spirituelle.
 
Seulement voila, ces totalitaristes de la religion ne sont pas les seuls, il y a d'autres personnes, anonymes mais plus respectables et sympathiques (ouf ! heureusement) Là il nous est reproché de méditer à longueur de journée, de ne rien faire et d'être utopique d'une certaine manière...Oui, nous sommes un peu utopique, c'est en cela je pense que l'on voit la différence avec les autres visions du monde. Quelque part je comprend cette légère moquerie (qui n'a rien à voir avec les sentiments assez haineux et douteux plus haut dont je parlais) car j'ai un peu la même attitude envers les anarchistes :
http://dayofdoom.skyrock.mobi/3288302094-L-Etat-c-est-le-mal-mais-un-mal-historiquement-necessaire-aussi.html
Pour bien comprendre ma vision de l'anarchisme.
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog

Tags : Dalaï-Lama - Nul besoin de temples nul besoin de philosophies compliquées Notre cerveau et notre c½ur sont nos temples - Le monde irait peut-être mieux sans religion - mépris - Ostracisme - Anarchisme - utopie - amour - compassion - pour bien comprendre le monde - dayofdoom - day of doom

"L'Etat, c'est le mal, mais un mal historiquement nécessaire, aussi nécessaire dans le passé que le sera tôt ou tard son extinction complète" Bakounine 10/01/2017

Bakounine : Biographie de Madeleine Grawitz
https://www.amazon.fr/Bakounine-Biographie-Madeleine-Grawitz/dp/2702130798
 
Mikhaïl Bakounine révolutionnaire théoricien Russe est connu pour être une figure de l'anarchisme. Et pourtant ! Il utilisera le mot "Anarchisme" tardivement ! Il aura utilisé maintes fois le mot "Liberté" auparavant ! Bakounine, géant Russe (par la taille: 1.97m...)du 19e siècle prolixe et ouvert à tous prêchait partout où il  en allait, surtout en Europe, la liberté et surtout la révolution pour la liberté...S'il a senti l'imminence de la révolution Russe de 1917 (et peut-être contribué...) il se différenciait de Marx et des communistes du 19e. Le point commun entre eux est la révolution nécessaire pour balayer le régime ancien tsariste et despotique, c'est sur l'après-révolution que Bakounine était en désaccord, alors que les communistes avaient pour vision que leur parti remplace l'état et prenne le pouvoir en transition, Bakounine considérait qu'une fois la révolution faite, le pouvoir et ses dirigeants balayé nul parti, nulle instance devait prendre le relais...Et le peuple, l'humanité capable de se diriger tout seul comme des grands....Belle dose d'utopie.
La pensée de Bakounine c'est cela : Prôner la révolution, débattre, enrôler, tout faire pour qu'elle ait lieu et ne rien prévoir ensuite une fois qu'elle a éclaté....à l'inverse des communistes et futurs bolcheviques. Bakounine avait trop confiance en l'humanité, dans le peuple. Il était persuadé que une fois délivré de ses chaines des divers régimes de l'époque le peuple, la masse saurait faire les bons choix et pour de bon...Aveuglement ? Un exemple, il détestait toute forme de nationalisme, sentiment naissant au 19e, qu'il rencontra un peu partout dans sa vie. Comment croire alors à l'union du peuple en cas de révolution et/ou de liberté absolu ? Le peuple ne tomberait-il pas dans le nationalisme, vecteur de divisions et de violences ? Sans parler de l'ambition et du désir de richesses...L'argent..Il glissera sans cesse entre les doigts de Bakounine, criblé de dettes, dépendant des dons et prêts  de tous, en abusant et en dépensant parfois trop...Un mode de vie anarchique  ? Il était connu aussi à l'époque pour ce défaut. Pour en revenir à sa pensée, il avait foi dans le peuple à se diriger lui-même et à prendre de sages décisions. Comment cela serait-il possible ? Il faudrait des années et des années de préparation d'éducation, de prise de conscience de la masse, de la patience....Certes, Bakounine y mettait toute son énergie, tout son âme à expliquer, débattre, convaincre, persuader, recruter à travers l'Europe, et ce à une époque où l'internet et les médias, blogs etc très large mode de diffusion d'infos et d'idées que nous connaissons n'existait pas...
Et comment convaincre, éduquer etc ? Et même à l'heure actuelle (profusion) Regardez, j'utilise volontairement une des ces citations les plus tapageuses pour faire remarquer l'article dans l'espoir d'être lu ! Alors imaginer qu'en plus il faut réussir..
 
Je ne partage pas sa pensée, je ne suis pas devenu anarchiste hein ! (ni révolutionnaire) Pour bien comprendre sa pensée et sa motivation, il faut surtout ne pas comparer son siècle et aujourd'hui ! (2017) Les travailleurs à l'époque avaient beaucoup moins de droit, il y avait moins de liberté, les moyens d'expressions étaient limités (pas d'internet, ma fameuse question: Comment auriez-vous fait alors  pour partager vos pensées et idées au monde ?)Songez qu'en Russie au milieu du 19e siècle sous le tsar la philosophie était banni des universités. Le pouvoir avait bien compris où était le danger....Sans parler du servage. On peut croire que la pensée de Bakounine était naïve. Peut-être, il se berçait d'illusions parfois, fondant en Italie, en Suisse etc des sociétés secrètes afin de préparer et faire la révolution et optimiste s'imaginait recruter en masse et être sur le point de tout balayer le tout en quelques mois ! Alors qu'il était le seul à être motivé à 500% ! Ses sociétés secrètes très petites n'existaient en réalité que par sa volonté et n'ont eu qu'un impact insignifiant...
Mais il y croyait fermement.
 
l'autre aspect de sa pensée était qu'il avait la conviction que le peuple slave avait un rôle à jouer, à l'inverse de Karl Marx qui lui était progermanique (les deux hommes s'opposeront) Bakounine imaginait les slaves dominer l'Europe par sa culture et sa pensée progressivement et contribuer à réformer et éduquer le reste de l'Europe qu'il considérait comme chancelante, décadente et dont la chute était inéducable..C'est un autre point comme sa vision contre l'état où je suis pas d'accord avec lui. Il n'est pas question ici de débattre si untel ou untel est décadent ou supérieur, j'ai toujours pensé qu'il fallait voir le monde avec ses diverses cultures, ses peuples différents sur une même ligne d'égalité. Le mythe du peuple élu, croire que tel peuple doit éduquer et dépasser les autres est dangereux et ne fera jamais avancer les choses, c'est une forme déguisé et inodore de nationalisme. Sur ce point, Bakounine faisait une erreur.

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog

Tags : Bakounine - Anarchisme - liberté - L'Etat c'est le mal mais un mal historiquement nécessaire aussi nécessaire dans le passé que le sera tôt ou tard son extinction complète - Pour comprendre le monde - descendre les marches - ne mords pas la main qui te nourrit - vous êtes plus libres que vous le pensez - dayofdoom - day of doom

Pour comprendre le monde 02/01/2017

Pour comprendre le monde
Il faut descendre aux enfers
Descendre les escaliers
Je suis le gentil spectateur
Un ravissement à chaque marche
Oh un fanatique, divertis moi
Chaque jour un spectacle différent
La joie, l'impatience
Quelles effrayantes grimaces ce soir ?
Quels mensonges et délires ce matin ?
Partage ta vision que je m'en délecte
Acteur mythomane, fou, paumé
Descendre, descendre encore
Divine comédie, irrémédiable
De quoi le monde est-il fait ?
Qu'en disent les créatures en bas ?
Je ris, elles tentent de me corrompre
Leur unique raison d'être
Avec le sourire, descendons
Vite, exhibe moi ta folie
Malin, je ne tombe jamais dans leur toile

Un jour il faut remonter
Ceux qui ont descendu
Ceux-là aujourd'hui vivent
tout en restant loin des ténèbres
sont absent ici et profite de la vie
Ils ont bien raison
un jour il me faudra remonter
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog

Tags : Pour comprendre le monde - Descente Aux Enfers - divine comédie - dante - descendre les marches - l'exception qui confirme la règle - "Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers - triste vérité de la condition humaine - Le monde nous ignore nous ignorait et va continuer à le faire - Irrémédiable. - Baudelaire - Quo vadis - dayofdoom - day of doom