Siddhartha (herman Hesse) Partie 5

Siddhartha (herman Hesse) Partie 5

Avant tout, je voudrais faire un parallèle avec l'actualité, des personnes ont eu la désagréable idée de se moquer de la religion musulmane via un film via une caricature désagréable, les musulmans se sont sentis humiliés. Quel rapport ? Herman Hesse caricature lui aussi une religion, le bouddhisme, avec son livre, où Siddhartha a une vie différente de l'histoire du vrai siddharta futur Bouddha Gautama que les bouddhistes connaissent, il y est montré ayant une aventure amoureuse avec une femme avec des moeurs légères  jouant sa fortune aux jeux de hasard, travaillant pour accroître sa fortune et ne suivant pas le Bouddha et ses disciples lorsqu'il le rencontre.....
Je n'ai pas vu le film en question (et je n'ai aucune envie de regarder ce truc) mais Herman Hesse dans son livre n'insulte pas les bouddhistes et ne se moque pas d'eux, il donne sa vision personnelle, il ne l'a pas fait pour provoquer et n'avait pas de but géopolitique...
Tout de même, pourra t'on me dire, voila qu'il traite avec légèreté le bouddhisme... Vraiment ? Regardons cela de plus près.

Posons nous la question de savoir comment nous percevons Bouddha ?
Il y a quelques années, je fus surpris d'apprendre que Siddhartha après son éveil devenu un Bouddha fut un jour blessé par une pierre à un pied, et plus tard, qu'il serait mort d'une gastro ou d'un empoisonnement .......
A cet époque, j'avais été surpris et dérouté. Comment se faisait il que ces choses si ordinaires nuisent au Bouddha ?
Pourquoi ? or, j'ai réalisé par la suite que j'imaginais l'éveillé comme un dieu se baladant sur terre, tout puissant et avec des pouvoirs magiques etc....Quelle erreur ! Siddhartha éveillé est resté un homme, avec des besoins alimentaires, avec la même condition physique.La seule différence d'avant son éveil est la cessation du désir de pouvoir, de richesses et de satisfaction des sens insatiables et enfin la compréhension de sa souffrance.
Un autre passage important est le moment où le Bouddha s'entend sa mort arriver s'adresse à ces disciples les plus proches et les mets en garde à propos du culte autour de sa personne, sentant que ce "culte" détournerait les futurs disciples de la voie à suivre : à savoir l'introspection, la méditation et la voie du milieu.
Le mode de pensée européen avec son passé et héritage chrétien ne facilite pas la compréhension, c'est plus fort que nous, nous percevons le Bouddha comme un dieu dès son éveil ! C'est une erreur.
Dans son livre Herman HESSE le montre, quand Siddhartha ne suit pas le Bouddha quand il le rencontre et qu'il l'ai écouté, à la grande différence de son ami govinda. L'auteur montre Siddhartha préférant suivre sa voie lui même librement.
Herman Hesse montre ainsi l'importance de suivre et de chercher sa propre voie par le vécu, sans personne à qui obéir, de ne pas suivre aveuglément le premier gourou venu, ni le deuxième ..L'auteur nie que Bouddha soit une sorte de dieu dans son ouvrage, il n'en fait pas un être qu'il faut suivre sans réfléchir.
Personnellement, je suis toujours surpris et effaré devant la multitude de croyance et de courants divers actuellement suivis par les gens....N'oublions pas que chacun est libre.
Pour en revenir au livre et le fait de suivre ou pas un maître, un "dieu" ou autres, je considère que c'est à la personne elle-même de s'améliorer, de progresser, d'arriver à l'éveil ou pas etc....
En conclusion, il est à remarquer que Siddhartha dans ce livre meurt seul, ignoré de tous, sans disciples, et qu'aucun culte ne lui sera rendu par la suite.
 
 

Siddharta (herman Hesse) Partie 1
1er partie de l'analyse de ma lecture de Siddhartha de herman Hesse: déjà, c'est un roman et cela n'a rien à voir avec la vie de siddhartha, futur bouddha, oublié les 4 rencontres, et le héros en question connait la méditation dès le début du livre. Donc et ne l'oublions pas, pour celui ou celle qui veut découvrir l'histoire du bouddhisme, il ne fa ...
dayofdoom.skyrock.com


 

Siddharta (herman Hesse) Partie 2
Siddharta, petit à petit, s'étant un peu "embourgeoisé" grâce à son métier de négociant, se fait prendre au jeu avec l'argent et en souffre. Le samana est loin désormais, ce n'est que lorsqu'après avoir joui des plaisirs du jeu de hasard, de l'argent et des voluptés des danses feminines qu'il en ait dégoûté, à noter que ce passage ce rapproche de l ...
dayofdoom.skyrock.com


 

Siddharta (herman Hesse) Partie 3
Là au bord du fleuve, il va rencontrer une ancienne connaissance, le passeur du fleuve sur son bac et décide de vivre avec lui et d'apprendre son métier. Au contact de ce fleuve, siddharta prend consicience qu'il ne s'arrête pas, comme la vie qui passe, siddharta ne remarque pas l'unité dans le fleuve (passé, présent, futur tout dans un), pas encor ...
dayofdoom.skyrock.com


 

Siddharta (herman Hesse) Partie 4
Je voudrais revenir sur un passage du livre d'herman hesse, qui peut déconcerter, celui ou Siddharta devient commerçant, et où il se lance dans la course aux plaisirs : jeux d'argent, fêtes, danses féminines, bref la débauche par rapport à sa période précédente d'ermite errant à la recherche de vérité. Le Siddharta (le futur Bouddha) de la traditio ...
dayofdoom.skyrock.com


 
 

Tags : Siddhartha - herman hesse

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.134.32) if someone makes a complaint.

Comments :

  • le-chemin-du-paradis80

    13/12/2012

    Hasard ou Intelligence?

    Notre univers offre vraiment un remarquable spectacle d'ordre et de cohérence. Nous pouvons observer, par exemple, la grande régularité avec laquelle les corps célestes suivent des orbites précises, et nous émerveiller de la façon dont l'eau des mers est acheminée vers la terre ferme par des nuages poussés par le vent, lesquels nuages sont formés par l'évaporation de l'eau: sans ce cycle perpétuel, la vie serait impossible.

    Nous sommes également ébahis devant les habitudes migratoires de plusieurs espèces, dont les anguilles nouvellement nées, qui cheminent à travers des milliers de kilomètres d'océan pour nicher dans leurs courants d'origine, et les abeilles, qui utilisent la lumière du soleil comme repère dans leur quête de nectar. Nous pouvons nous interroger à savoir pourquoi toutes les choses vivantes existent par paires, et admirer l'agencement parfait des processus dont se compose tout l'univers.

    Si la nature subissait des changements même infimes, tout son équilibre serait perturbé: après tout, si l'orbite de la terre avait légèrement dévié dans une quelconque direction, l'eau et les formes de vie qui en sont issues ne seraient pas apparues. En fait, nous pouvons observer une grande unité dans les lois du cosmos; à travers l'éventail de la vie et de la matière allant des particules subatomiques microcosmiques à l'expansion macrocosmique de l'univers lui-même, l'intégration se manifeste à chaque niveau.

    Notre réflexion peut nous amener à nous poser des questions pertinentes est-il possible que cet ordre qui nous entoure soit apparu par pur accident? Ou se pourrait-il que ce spectaculaire ensemble de formes vivantes et non-vivantes ait pour créateur un être intelligent - un concepteur qui les aurait développées à travers des processus qui sont encore à déterminer? Quelles sont les conclusions les plus évidentes?

    Est-il probable que toutes les lettres de ce texte se soient démêlées elles-mêmes afin de former, par hasard, ces phrases structurées et sensées? Comment, alors, un être humain - avec des oreilles, des yeux et un esprit - aurait-il pu se former par hasard? Est-il plausible qu'un si vaste univers, avec ses milliards de galaxies, se soit développé par accident? L'intégration et la complexité d'une seule cellule ne dépassent-elles pas de loin celles d'une simple feuille de papier sur laquelle sont inscrits des caractères intelligibles, sans parler de l'univers et de tout ce qu'il contient? (Surtout que cet univers contient également cette feuille de papier...!)

    Nous savons que nous ne sommes pas la cause de nous-mêmes, puisque les phases du développement embryonnaire sont organisées et dirigées par des lois naturelles. Mais dirigées par quoi et par les lois de qui? Hasard? Ou Intelligence?

  • guerrier-de-lumiere

    17/10/2012

    boudha n'est pas un dieu d'ailleurs tout le monde est un boudha en devenir mais il faut être prêt et le degré d'évolution en dépend. Boudha était un humain comme toi et moi qui a atteint l'éveil : il a vu clair dans sa vie et il a su élever son esprit et atteindre la paix intérieure. C'est justement pour ça que je dis que c'est pas une religion mais plutôt un art de vivre. Il nous aide à devenir boudha aussi (même si c'est pas facile) un jour tout le monde y arrivera. il n'a rien fait d'extraordinaire du style magie ou autre il a simplement montré la voie de la paix intérieure

Report abuse