Bien ou mal ?


Comment savoir si ce que l'on fait est bien ou mal ? On le voit si la personne souffre me direz-vous. C'est exact (N'oublions pas toutefois qu'il y a des personnes qui n'expriment pas ou peu leurs souffrances...) mais en ce qui concerne les plantes ?!
Prenons par exemple la technique du bonsaï, art pour les uns, torture pour les autres....
Il est alors miniaturisé en taillant et ligaturant ses branches et ses feuilles tout en le rempotant régulièrement afin de tailler ses racines à l'intérieur et à la surface du pot.
Au final, pour en faire une œuvre d'art esthétique ressemblant à un arbre dans la nature (selon les critères humains, les nôtres !)  Nous n'hésitons pas à lui couper les branches dés qu'elles poussent un peu trop, et empêchons ses branches de pousser de manière naturelle par une intervention délibérée...
J'en reviens au début de l'article, comment sait-on si le bonsaï souffre ? Toute la question serait-elle de savoir si oui ou non les plantes ont un système nerveux ? Même en supposant l'absence de système nerveux, nous ne sommes pas sur que la plante ne le ressente pas d'une autre façon...
Nous faisons de l'anthropomorphisme : attribution de caractéristiques comportementales ou morphologiques humaines à d'autres entités comme Dieu, des animaux, des objets, des phénomènes, voire des idées.
Les signes de souffrances sont peut-être à chercher sur la plante elle-même, dans des signes de dépérissements par exemple, mais comme celui qui s'occupe de son bonsaï au quotidien cherche avant tout à le rendre beau et joli, ces signes indiquant des souffrances sont alors difficiles ou impossibles à voir, dû à l'intervention calculée et de l'attention assidue de celui qui en a la charge.
Bien sur, l'amateur n'a aucun intérêt à le faire dépérir. Et on tombe dans le panneau vu de l'extérieur en croyant que le joli bonsaï a toujours eu cette taille et qu'il en sera ainsi à l'avenir....
L'amateur de bonsaï cherche à lui donner une apparence comme il l'entend de manière arbitraire en voulant à tout prix le plus possible décider à la place de la plante de comment elle doit pousser ou non, tout en le maintenant en vie le plus longtemps possible.
J'ai pris cet exemple de bonsaï, mais la question de ne jamais faire souffrir ou tuer de manière intentionnelle peut s'appliquer aux autres plantes, celles indésirables, les insectes (bientôt dans nos assiettes il parait !!!) etc.
Savons-nous agir au mieux envers les êtres vivants ? Sommes-nous en mesure de le savoir ?
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : bonsaï - technique du bonsaï - art ou torture ? - souffrances et expression - esthétisme - anthropomorphisme

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.221.13) if someone makes a complaint.

Comments :

  • supercooking

    07/07/2013

    La science est en train d'étudier les plantes à ce sujet justement...

  • dayofdoom

    17/05/2013

    sokankuyatamaneimajonozo wrote: "Salut, j'avais un blog qui s'appelait Plaaton auparavant, et je remplaçait Descartes-a-jouer fut un temps. Tu t'en fous certainement mais je passe sur les blogs que j'avais trouver intéressant.
    PS oui les arbres souffrent et en plus ils peuent ressentir la souffrance des autres (prouver scientifiquement) je l'ai dit dans un de mes articles.
    "

    alors bienvenue ! :)

  • sokankuyatamaneimajonozo

    17/05/2013

    Salut, j'avais un blog qui s'appelait Plaaton auparavant, et je remplaçait Descartes-a-jouer fut un temps. Tu t'en fous certainement mais je passe sur les blogs que j'avais trouver intéressant.
    PS oui les arbres souffrent et en plus ils peuent ressentir la souffrance des autres (prouver scientifiquement) je l'ai dit dans un de mes articles.

  • Breizhrockeur56

    15/05/2013

    Il faut observer ses gestes, le ton de sa voix et expressions faciales pour deviner si on l'a blesser mais il faudrait être observateur fin. Sinon, se remettre en cause, se dire avons nous été trop loin.

  • guerrier-de-lumiere

    15/05/2013

    jolie photo... bonne question : des fois on croit faire le bien mais on se trompe; l'erreur est humaine. On peut aussi très bien faire le mal pour le bien :-) par exemple liquider un tueur en série qui s'en prenait aux enfants dans un village... serais-ce mal de le tuer? alors que c'est pour un bien... c'est effectivement très compliqué. De plus en faisant une action on peut très bien faire le bien pour une personne mais faire du mal à une autre... Pour ce qui est de l'exemple du bonzai, pour moi tout ce qui n'est pas naturel et qui est "déformé" par un geste non-naturel .. est mauvais. Le bonzai c'est pas naturel, c'est la création des humains, donc c'est mauvais. Les légumes OGM, création humaine donc mauvais, ce qui est dans la nature faut le laisser tel qu'il est selon moi, pourquoi toujours vouloir changer les choses, ne sont elles pas bien comme elles le sont au départ, sans intervention humaine?
    Nous avons trop façonné la nature à notre goût, et un jour on en payera la prix ...
    bon article... merci

Report abuse