Ostracisme

Roosevelt lors de sa campagne présidentielle en 1932 eu l'idée de réunir des professeurs universitaires (brain trust) on sait ce qu'il en advint, son élection, le new-deal, il est intéressant de noter que quand on s'y intéresse de plus près, que Roosevelt n'avait pas ou peu de programme avant de décider à les réunir, leurs débats et idées neuves l'ont grandement aidés, ce genre d'appels, de consultations extérieures aux partis politiques n'étaient pas courant à l'époque. Ce qui n'a pas empêché Roosevelt de se contredire parfois aux cours de sa campagne, bref passons, l'époque voulait du changement et les américains en avait assez de la crise et du président Hoover. Ce qui est important ici est le débat entre personnes, l'échange, les idées neuves,  bien que, faut pas se leurrer, il y eu des heurts, tout ne fut pas rose dans l'équipe universitaire de Roosevelt, les égos, les caractères etc.... 
Car lorsque nous sommes seul, nous manquons de recul, un ½il extérieur, une autre vision, une qualification et un savoir supérieur est nécessaire pour améliorer les choses et pouvoir progresser. Fatalement, si rien ne vient...Il est tentant alors de sentir très moche et repoussant.... ? On ne peut pas être une immonde créature et être suivi et écouté et compris par des milliers de gens, (à moins qu'ils ne pigent rien...) On est un affreux, une bête abominable, un ostracisé lorsque personne vous écoute et vous suit. Ostracisé ? Ostracisme : Au sens strict, ce mot renvoie donc à l'ostracisme, une peine de bannissement de la vie politique en vigueur dans l'Antiquité à Athènes, frappant un individu de la cité par décision des citoyens pour une durée maximale de dix ans. 
Mais une traversée du désert a qu'elle peut aider à prendre du recul, à y voir plus clair, à se détacher du reste...Mais c'est futile,  d'intéresser dix, cent, mille....Futile et illusion. C'est un éternel recommencement, avec des subtilités bien sur. Nous ne sommes pas les premiers ni les derniers, illusions, qui l'a compris ? Je ne devrais pas évoquer  ce sujet, le savoir est une arme. Victimes de nos sens, et dire que nous nous battons pour imposer nos souffrances/point de vue provenant de notre perception erronées. Qui est ce qui est le plus à craindre ? Celui qui est victime de l'illusion ou celui qui l'a appréhendée ? Les deux ?
Le Siddhartha de Hermann Hesse qui trouve la paix au bord du fleuve vivant près de son cours...
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : brain trust - Roosevelt - new deal - débat - échange - liberté d'expression - progresser - La Bête immonde - Ostracisme - traverse le désert - souffrance - illusion - Siddhartha - Hermann Hesse - Boycott

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.33.183) if someone makes a complaint.

Comments :

  • dayofdoom

    13/10/2014

    Qui a tort ? Qui a raison ? Qui le sait ?

Report abuse