Ludwig Part II

Suite :
A Badischen donc, il y fait la rencontre très importante dans cette première partie du film, celle de l'Impératrice d'Autriche, Elisabeth, sa cousine, jouée ici par Romy Schneider, de nouveau (après les fameux « Sissi) Et quelque part, le fait que Romy Schneider reprenne le personnage d'Elisabeth rétablit la vérité sur le personnage historique. Car la Elisabeth de ce film ait plus prés de la vérité que dans les « Sissi ». C'est une femme instable, qui ne se plait nulle part, surtout pas à Vienne ! Là où est la cour et le siège du pouvoir de l'empire Autrichien ! Elle sera incomprise des Viennois, elle préférait voyager, sans parler de son anorexie,  elle fuit tout autant les charges, les représentations, les cérémonies officielles autant que Ludwig le fait (et continuera à le faire...) Le lieu où ils se rencontrent est sous un chapiteau d'un cirque quelconque...Evidemment pas dans un salon luxueux avec le poids de l'étiquette etc. non, pas un hasard ! « Il m'arrive de douter de mon avenir d'impératrice, alors tu vois, j'envisage une nouvelle carrière : Écuyère de cirque... » Elle et Ludwig ne sont pas à leur place, leurs fonctions et leurs devoirs leur pèsent... il s'agit précisément de leurs retrouvailles cinq ans après, à noter que c'est Ludwig qui prend l'initiative...Le temps d'une ballade nocturne au clair de lune (dont Elisabeth fait remarquer à Ludwig qu'il en est amateur, au point d'être surnommé « L'amant du clair de lune »...Sous entendus...) Elisabeth narre ses désillusions : Sa belle-famille froide, son mari (François-Joseph Ier d'Autriche, le même empereur qui connaîtra et sera l'un de ceux à l'origine du conflit dramatique en 1914) toujours en uniforme prêt à faire la guerre et accaparé par les affaires de l'état, ses pauvres enfants que des précepteurs éduquent à  sa place (l'étiquette rigide...) Et inévitablement lorsqu'elle évoque ses enfants, on songe au drame de Mayerling qui aura lieu plus tard...Bref, elle était pas heureuse à la cour de Vienne, et elle l'a fuit. La musique de fond est du piano, volontairement, le piano est virevoltant, instable... Il y a le passage où elle dit que les gens (les mauvaises langues) racontent qu'elle prend des amants, propos malveillants à cause de sa conduite excentriques, elle demande à Ludwig ce qu'il en pense, il ne sait quoi répondre...Du coup, elle le taquine sur son célibat....Début de gêne pour Ludwig....Ce n'est que le commencement.
Elisabeth : « On dit que tu sors à cheval toutes les nuits, on t'appelle l'amant du clair de lune...j'en fais autant, mais je ne me prends pas pour Siegfried »
Ludwig : « Je n'ai jamais cru que j'étais Siegfried ...Jusqu'à ce soir...Savais tu que Siegfried n'a eu peur qu'une seule fois ? La première fois qu'il a vu une femme..."
Siegfried, le tueur de dragon, que l'on disait invulnérable est un héros légendaire de la mythologie nordique qui apparaît dans plusieurs poèmes héroïques de l'Edda poétique, après Lohengrin, l'histoire du chevalier au cygne, une nouvelle référence à la mythologie, à l'imaginaire...Et bien sur, Siegfried sera l'un des héros d'un opéra de Wagner son compositeur favori...On peut y voir une fascination de Ludwig pour les héros légendaires pur et valeureux...
Sur le ton de la boutade, Elisabeth peu après déconseille, défend ludwig d'épouser la fille du Tsar présente alors à la conférence de Badischen...Ludwig semble mal interpréter cette  plaisanterie, il pense alors qu'Elisabeth veut lui dire quelque chose. Mais pour l'instant, Ludwig a plus important qu'une conférence internationale de têtes couronnées ou des promenades seuls avec Elisabeth au clair de lune...En effet, Wagner arrive enfin à Munich...Wagner passe avant une conférence au sommet et une histoire d'amour illusoire ....Wagner est montré comme un « ignoble profiteur », Wagner logé nourri blanchi s'estime mal logé, les meubles sont trop laids etc ils vont nuire à sa créativité etc...Bref, le malheureux vit dan un « taudis ». Il tient ce discours uniquement devant ses proches, notamment les Van Bulow, et Madame Van Bulow est la maîtresse de Wagner, avec la complicité discrète de son mari (sorte de mariage à trois..) Cela permet ainsi à son mari d'être le chef d'orchestre de Wagner ....Wagner est ainsi montré dans ce film comme un personnage insupportable, profiteur, escroc qui abuse de la faiblesse d'un jeune souverain excentrique et fantasque....
 
A suivre...
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Ludwig ou le crépuscule des Dieux - Louis II de Baviere - Ludwig ou le Crépuscule des Dieux Film complet - Romy Schneider - mayerling - Siegfried

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.139.56) if someone makes a complaint.

Report abuse