"Tibère : ou la mélancolie d'être" de Roger Caratini

Dis-moi Tibère Pourquoi à Capri es-tu en exil ?
Ici comme à Rome, l'ombre, l'obscurité a ébruité
Tu faire croire que tu vois dans l'obscurité
Pauvre astuce qui abuse dans cet asile
 
A Capri aussi les remords te harcèlent
« Germanicus, Germanicus ! » insistent-elles
Dans la nuit noire vite l'étincelle !
Que s'enfuient ces menaces Irréelles !
 
« J'ai abattu Séjan ! J'ai sauvé Rome et mon devoir »
Clames-tu dans ton noir calvaire
Mais tous t'on vu le tromper pour le déchoir
Illusion ! Sauveur ? Tu n'es qu'un pervers
 
Triste césar, tes sujets tu les fuis
Tu n'ose pas les affronter
Depuis, ici les enfants te fuient
Tant tes actes sont éhontés
 
 
Ceci est ma vision toute personnelle de la fin de la vie de l'empereur Tibère qui choisit de diriger sur l'île de Capri, et non plus à Rome. Je le montre ainsi fuyant, accablé par sa conscience. On n'ignore la cause de la mort du général Germanicus, alors très en vue pour lui succéder, mais c'est un débat : Tibère afin de préserver son pouvoir a-t-il fait en sorte de l'empoisonner ? L'épisode de la chute brutale de Séjan, le chef de sa garde prétorienne,  sa montée progressive et ambitieuse, sa cruauté et sa terreur avec pour unique but : toujours plus de pouvoir, ainsi que les habiles machinations de Tibère pour le tromper et l'endormir afin de l'abattre quand il s'y attend le moins... Chef d'œuvre de manipulation de sa part depuis Capri qui évitera que Séjan se rebelle et entre en guerre contre lui et Rome. Hélas, le petit point faible est que cette « habilité » apparaît aux yeux de tous, notamment du sénat. Tibère a du le comprendre, il devait donc craindre le regard des habitants de Rome, il faut préciser que la chute de Séjan entraîna un vaste règlement de compte des anti-Séjan sur les anciens pro-Séjan (à tort ou à raison) et tourna au bain de sang... Il n'arriva jamais à revenir à Rome, à chaque fois, une angoisse le saisissait et il donnait ordre de faire demi-tour..Tibère, comme bien des césars, savait donner des ordres pour « écarter » tels ou tel gêneurs...Il a du sang sur les mains. Mais il n'y avait pas que ça. Des rumeurs à l'époque le montrait vieillard lubrique abusant de jeunes enfants dans sa retraite de Capri....Ce ne sont que des bruits, je n'ai pas la vérité. Voila pourquoi, au delà du récit historique, je montre un vieillard angoissé se cachant sur une île redoutant sa conscience et le regard du monde.
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : "Tibère : ou la mélancolie d'être" de Roger Caratini

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.2.110) if someone makes a complaint.

Report abuse