#Stopdjihadisme

Tags : #Stopdjihadisme

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.33.183) if someone makes a complaint.

Comments :

  • tahiry777

    21/08/2016

    Quelques évidences d’abord : Nulle part le Coran n’attribue au terme « djihad » le sens de conflit armé lequel est désigné par l’expression « qital1 » (« combat », « guerre »). Le sens de « djihad » a quant à lui fondamentalement à voir avec la lutte intime qui oppose l’homme à son égo (nafs).

    De fait, les « prêcheurs djihadistes » se rendent coupables d’un des glissements de sens les plus préjudiciables qui soient à la terminologie juridique musulmane. Les arguments invoqués par ces prédicateurs sont en effet tirés de la tradition eschatologique que l’on appelle « fitna apocalyptique » à savoir la fréquence des situations génocidaires de la fin des temps qui justifierait la mise à mort de civils. Or ceci est perversement rapproché d’un hadith qui défend l’idée selon laquelle les hommes seront ressuscités dans l’intention de leur mort:

    « La mère des croyants, 'Aïsha, a dit: Le Messager de Dieu (Saw) a dit : « Une armée attaquera la Ka'ba. Lorsqu'elle parviendra dans une région désertique, la terre l'engloutira, du premier au dernier. » 'Aïsha dit alors : « O Prophète de Dieu ! Comment serait-elle engloutie alors que, parmi eux, il y aura des gens qui seront là uniquement pour commercer ou pour d'autres raisons? » Il dit : « Ils seront engloutis du premier au dernier et chacun sera ressuscité [et jugé] selon ses propres intentions ».......https://blogs.mediapart.fr/hocine-kerzazi/blog/040416/le-djihadisme-n-existe-pas-en-islam

    Ce verset a la spécificité de ne pas renvoyer directement le djihad au contexte de guerre mais à celui de la psychologie islamique (‘ilm al-suluk). Dans la tradition exégétique, les voies en question sont nécessairement multiples car elles sont le fruit d’actions multiples. Les exégètes référencés par al-Yadhali ont alors déduit à partir de ce verset que le djihad est une obligation. Or, c’est en isolant le contexte que certains prédicateurs de la haine l’ont interprété comme étant une justification au « djihad du sabre » (djihad al-sayf). Ce qui revient à oublier le fameux hadith faisant valoir que :

    « L’homme fort n’est pas celui qui terrasse son adversaire. L’homme fort est celui qui se domine lorsque la colère tente de s’emparer de lui » (Al-Bukhârî).

    Le sens profond du djihad c’est ainsi de constamment désobéir à l’égo pour limiter ses penchants et appétits, sa soif inextinguible de splendeur apparente et intérieure qu’elles suggèrent en permanence à travers ses aspirations.

    Que faire alors, s’interroge al-Yadhali ? Il faut la traiter d’une manière douce et progressive, répond-il, car elle a un tempérament farouche (tab’ nafûr). Elle est semblable à un corps malade dont le traitement doit toujours accompagner une phase de détente. Et c’est ainsi que l’on peut l’amener à atteindre les attributs par lesquels elle sera éduquée. Il faut impérieusement éviter de la violenter, selon un autre hadith célèbre:

Report abuse