dayofdoom
Profile

L'EXCEPTION QUI CONFIRME LA RÈGLE

Cette expression avec le 'qui', est s...

    "Vous qui passez ici, laissez toutes vos espérances" (Citation de "L'enfer de Dante" librement modifié) (19/05/2018)

  • 38491 visits
  • 599 articles
  • 6852 hearts
  • 3384 comments

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


En vérité, cet article devrait se nommer "Avertissement", c'est son but, bien qu'il y soit question de renoncement. Avertir oui mais qui et de quoi ? Qui ? Vous qui me lisez, au hasard ou pas, et de quoi ? De la tentation de faire comme moi, de vouloir trop chercher un sens à tout cela, s'engager spirituellement. "...Mais délivrez-nous du mal." Lorsque ce que nous connaissons actuellement: la vague djihadiste, etc sera passée et terminée, ce jeux de dupes, fuite et d'actes horribles inhumains, il sera alors temps de se pencher pour de vrai dans la spiritualité, de chercher à déterminer sereinement ce "pourquoi nous sommes là" en quelque sorte.
Je n'empêche personne à le faire, soyons précis, mais ce n'est pas la spiritualité qui vous choisit, ni vous qui la choisissez, ayez cela régulièrement en tête. Moi, je ne l'ais pas cherché à la base, serais-cela le fameux karma ? Il y a différentes étapes d'implications, prédispositions...Le "on ne naît pas "quelque chose" on le devient" ne marche pas dans ce cas dont je parle, ou c'est insuffisant. Les renoncements. Car il faut être bien conscient de ce que cela implique. C'est une rupture avec la société, le monde extérieur.
Si vous vous sentez mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau, que rien ne marche comme il faudrait normalement, pas seulement de temps en temps, le renoncement au monde extérieur et ses promesses sera plus facile que pour les autres. Les obscurantistes qui ont recruté perfidement de la chair à canon pour le Moyen-Orient l'ont réalisés et s'en sont servis. En fait, pas tout à fait, ce qui s'est passé, c'est qu'une partie a plus fui qu'autre chose ce monde, notre quotidien et toutes ces sollicitudes. Étaient-ils dans le cas dont je parlais (mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau etc )et combien ?Je veux dire, étaient-ils véritablement prêt spirituellement ? Très peu j'imagine, car leur masque tombe lorsqu'ils saisissent une arme pour tuer. Ce n'est pas la véritable spiritualité. Lorsqu'on y est pas préparé ou prédisposé, renoncer aux promesses de tout les jours peut devenir intolérable, inconcevable et aberrant, (Il faut que cela vienne de l'intérieur, la motivation pour une démarche spirituelle) et rapidement, une évidence: fuir ce renoncement, cette quête de spiritualité ou pour parler moderne, ce "no-life".Il faut préciser, je n'ai rien contre ceux qui mène leur vie quelle qu'elle soit, intégré parfaitement, épanouie niveau profession et familial. C'est que vous le méritez, cela devait vous arriver.
Mais si vous cherchez à me ressembler ou à me copier, ce sera l'échec, ou vous vous perdrez dans une fausse direction pensant réussir. Le passage de l'un à l'autre n'est pas facile. S'il est réalisable. Les soucis ou dangers dont je veux avertir peut être la déception, un rejet total de spiritualité due à la frustration.
Il faut vivre.

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

THICH THIÊN CHÂU : LA MORT SELON LES BOUDDHISTES (source http://www.buddhachannel.tv/portail/) 02/11/2010

Que se passe-t-il au moment de la mort ? Mais sait-on au juste ce qu'est la mort et quand elle apparaît vraiment ?
Le point de vue du vénérable Tich Thiên Châu, moine vietnamien.
Les phénomènes psychophysiques qui nous constituent naissent et meurent perpétuellement, à chaque instant pendant toute la durée de cette vie. En d'autres termes, la dissolution et la disparition sans cesse répétée de chaque combinaison psycho -physique momentanée.
A propos de l'instantanéité de l'existence, Buddhagosa a écrit, dans le Visuddhimagga, VIII : "Au sens absolu, nous n'avons qu'un temps de vie très court. La vie ne dure que le temps d'un unique instant de conscience. Tout comme la roue d'un chariot, qu'il roule ou soit immobile, ne s'arrête jamais que sur un point de la jante. Ainsi, la vie d'un être ne dure qu'un unique instant de conscience. Dès que cesse cet instant, l'être cesse aussi". La biologie nous informe aussi qu'en un an 98% des cellules de notre corps changent. Ainsi, la mort en tant que rupture des facultés vitales d'une forme d'existence n'est que l'interruption temporaire d'une forme, d'une apparence ; elle n'est pas l'annihilation complète d'un individu ; elle est, bien plutôt, la manifestation du passage immédiat à une autre existence. Seules les formes des organismes cessent de fonctionner, mais l'énergie, la soif d'existence inclue dans la force karmique, continue de se manifester dans une autre forme de vie. En conséquence, la loi de cause à effet opère sans interrompre les processus de vie.
L'individu est toujours responsable de ses actions et héritera de leurs résultats. En examinant la mort (la conception de la mort dans le Bouddhisme) à l'aide de ces points de doctrine, nous considérons de toutes façons la mort comme un phénomène aussi normal que la naissance. Sur ce sujet, voyons les explications du Bouddhisme concernant ce qui se passe au moment de la mort.
Généralement les gens sur le point de mourir étant physiquement faibles, ne peuvent contrôler ou diriger leurs pensées. Aussi, des impressions provoquées par des événements importants de leur vie présente ou de leurs existences passées, apparaissent activement dans leur esprit qui se trouve incapable de les rejeter.
Ceci constitue les trois sortes de pensées au moment de l'approche de la mort :
1. Le souvenir d'actions importantes, bonnes ou mauvaises, accomplies précédemment (karma)
2. Le symbole de ces actions (Kammanimitta), par exemple, le fusil avec lequel on a tué quelqu'un.
3. L'image de l'endroit où l'on doit renaître (gatini mitta), par exemple le lieu de souffrance extrême (naraka) pour les meurtriers, ou le lieu bienheureux (devaloka) pour les généreux.
Ces trois objets de pensée que l'on ne peut choisir consciemment apparaissent clairement dans l'esprit au moment de la mort. Ces pensées à l'approche de la mort constituent des actions près de la mort (maranasanna kamma) influençant et déterminant le caractère de l'existence à venir de la même façon que la dernière pensée précédant le sommeil peut devenir la première pensée au réveil.

De même, les actions les plus importantes d'une vie (garuka kamma), ainsi que les actions habituelles, bonnes ou mauvaises deviennent les pensées actives et prédominantes dans les dernières minutes. Si quelqu'une de ces actions est absente au moment de la mort, l'action cachée (katatta kamma) constitue la force qui produit la naissance. Il y a ainsi quatre catégories d'actions (Kamma) qui conditionnent l'apparition des pensées qui précèdent le mort. Après que ce processus de pensée soit apparu dans la conscience directrice (tadalambana) dont la fonction est d'enregistrer les impressions réelles, la pensée de la mort (cuticitta) advient. C'est la fin de cette existence.
Du raisonnement aux preuves "Que se passe-t-il après la mort ? " A ce propos, le Bouddha a exposé la "doctrine de la renaissance". Cette doctrine a son origine dans l'illumination du Bouddha et non dans aucune des croyances pré-bouddhistes avec lesquelles elle a souvent été, à tort, confondue. D'après cette doctrine de la renaissance, la mort est une porte qui s'ouvre sur une autre forme de naissance. Les deux existences sont réunies par la conscience de renaissance (patisandhi-vinnana) qui est conditionnée par la pensée précédant la mort (maranasanna javanacitta) et qui réapparaît au moment de la conception, c'est à dire avec la formation d'une nouvelle vie dans la mère. Cette conscience est identifiée comme "l'être à naître" (gandhabha). Immédiatement après, elle disparaît dans le courant subconscient de la nouvelle vie (bhevangasota) qu'elle conditionne sans interruption. C'est ainsi la conscience de renaissance qui détermine le caractère latent d'un individu. Il faut remarquer que le Bouddhisme ne dénie nullement l'hérédité parentale, mais insiste sur le fait que l'hérédité essentielle est la force karmique incluse dans le troisième facteur, qu'on appelle couramment "l'être à naître" (gandhabha), de la conscience de renaissance. De la mort à la renaissance, le courant de conscience est transmis sans l'intervention d'aucun intermédiaire (antarabhava). De même, la conscience de renaissance ne transmigre jamais d'une existence passée à une existence ultérieure. Il peut être utile de comparer cela à des phénomènes tels que l'écho, la lumière d'une lampe, l'impression d'un sceau ou l'image dans un miroir. Les deux existences consécutives ne sont ni identiques ni différentes (Milindapanha p. 40).
Comme la conscience de renaissance est conditionnée par la force karmique, on peut renaître après la mort dans l'une ou l'autre des cinq possibilités suivantes :
1. le lieu de souffrance extrême
2. le règne animal
3. les esprits
4. l'humanité
5. les mondes célestes.
Il est bon de dire à ce propos que la doctrine de la renaissance qui est une théorie de la continuité de l'être après la mort, est différente de la doctrine de la réincarnation ou de la transmigration Hindoue ; car c'est en effet une doctrine séparée et tenant le milieu entre les deux extrêmes :
la théorie de l'éternité (sassataditthi) qui admet l'existence d'un ego persistant ou d'une personnalité existant indépendamment de ses processus psychophysiques.
la théorie de l'anihilation (uccedaditthi) qui, à l'opposé, admet l'existence d'un ego ou d'une personnalité qui s'identifie entièrement à un processus psycho-physique et, par conséquent, est annihilé par la mort. La doctrine de la renaissance n'est pas un dogme qui doit être accepté d'avance, mais plutôt un principe qui peut être vérifié. Les 20 cas de renaissance recueillis et analysés par le Docteur Ian Stevenson Department of Neurology and Psychiatry School of Medicine, University of Virginia, et publiés sous le titre de "20 cases suggestive of reincarnation" en constituent une preuve.
Par Tich Thien Châu
Bouddhisme Actualités
270 avenue Pessicart Bt C
06100 Nice France

La discrimination ca passe pas ! 30/10/2010

Toi aussi tu veux cette image sur ton blog, ca se passe sur le blog ouvertatous.skyrock.com

Arrêtons de critiquer 25/10/2010

Arrêtons de critiquer...enfin, on va essayer.....
« Il y a des critiques qui ne demeurent "critique" que le temps de n'avoir pas réfléchi. »
Paul Valéry
(grâce a buddhachannel)
(retrouvez les dessins de zem  => http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/)

A la recherche de l’Eveil (Merci buddhachannel...) 18/10/2010

« Chercher l'éveil c'est déjà donner de la légitimité au non-éveil ou à l'ego. »
Explication :
vouloir l'éveil, c'est se donner l'impératif de reussite ( je dois réussir !)
sans parler de la perfomance et du chiffre (vite, vite ça fait 2 jours que je veux être éveillé !!)
Normal...nous avons été éduqué dans un monde capitaliste et nous réagissons comme tel.
(retrouvez les dessins de zem  => http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/)

18/10/2010

"Il s'agit plus d'une philosophie de la vie. Celle qui vous enseigne qu'il ne faut pas s'attacher de façon négative aux gens ou aux choses. Le bouddhisme est un pansement pour l'âme."
Mylene FARMER (VSD - 05 décembre 1996)
C'est pas moi qui le dit....

Relax II 15/04/2011


Relax... 27/09/2010

Play the video
Ah la vie devrait être aussi simple que ça...assis tranquille à la fenêtre (avec un oreiller !) à regarder la vie passer....magnifique.

Tags : mylene farmer - appelle mon numéro

Nouvel Album de DIMMU BORGIR 17/10/2010

Nouvel Album de DIMMU BORGIR "abrahadabra" dont le theme de l'album parle de renaissance (tiens donc...)

Tags : dimmu borgir - Abrahadabra

Pub magnifique 20/09/2010

Play the video
Une video magnifique ! seule problême je fais pour la pub pour ******* !! (Ils devraient me payer pour ça !!)
Pas en thé, moi qui ne boit que du café....