6 tagged articles Virilité

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


En vérité, cet article devrait se nommer "Avertissement", c'est son but, bien qu'il y soit question de renoncement. Avertir oui mais qui et de quoi ? Qui ? Vous qui me lisez, au hasard ou pas, et de quoi ? De la tentation de faire comme moi, de vouloir trop chercher un sens à tout cela, s'engager spirituellement. "...Mais délivrez-nous du mal." Lorsque ce que nous connaissons actuellement: la vague djihadiste, etc sera passée et terminée, ce jeux de dupes, fuite et d'actes horribles inhumains, il sera alors temps de se pencher pour de vrai dans la spiritualité, de chercher à déterminer sereinement ce "pourquoi nous sommes là" en quelque sorte.
Je n'empêche personne à le faire, soyons précis, mais ce n'est pas la spiritualité qui vous choisit, ni vous qui la choisissez, ayez cela régulièrement en tête. Moi, je ne l'ais pas cherché à la base, serais-cela le fameux karma ? Il y a différentes étapes d'implications, prédispositions...Le "on ne naît pas "quelque chose" on le devient" ne marche pas dans ce cas dont je parle, ou c'est insuffisant. Les renoncements. Car il faut être bien conscient de ce que cela implique. C'est une rupture avec la société, le monde extérieur.
Si vous vous sentez mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau, que rien ne marche comme il faudrait normalement, pas seulement de temps en temps, le renoncement au monde extérieur et ses promesses sera plus facile que pour les autres. Les obscurantistes qui ont recruté perfidement de la chair à canon pour le Moyen-Orient l'ont réalisés et s'en sont servis. En fait, pas tout à fait, ce qui s'est passé, c'est qu'une partie a plus fui qu'autre chose ce monde, notre quotidien et toutes ces sollicitudes. Étaient-ils dans le cas dont je parlais (mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau etc )et combien ?Je veux dire, étaient-ils véritablement prêt spirituellement ? Très peu j'imagine, car leur masque tombe lorsqu'ils saisissent une arme pour tuer. Ce n'est pas la véritable spiritualité. Lorsqu'on y est pas préparé ou prédisposé, renoncer aux promesses de tout les jours peut devenir intolérable, inconcevable et aberrant, (Il faut que cela vienne de l'intérieur, la motivation pour une démarche spirituelle) et rapidement, une évidence: fuir ce renoncement, cette quête de spiritualité ou pour parler moderne, ce "no-life".Il faut préciser, je n'ai rien contre ceux qui mène leur vie quelle qu'elle soit, intégré parfaitement, épanouie niveau profession et familial. C'est que vous le méritez, cela devait vous arriver.
Mais si vous cherchez à me ressembler ou à me copier, ce sera l'échec, ou vous vous perdrez dans une fausse direction pensant réussir. Le passage de l'un à l'autre n'est pas facile. S'il est réalisable. Les soucis ou dangers dont je veux avertir peut être la déception, un rejet total de spiritualité due à la frustration.
Il faut vivre.

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

La cité sur la colline 20/07/2018

 La cité sur la colline
"Winthrop donna le célèbre sermon « A Model of Christian Charity » à l'occasion de la traversée d'Angleterre vers le Nouveau Monde. Dans ce sermon il déclare que les puritains du Nouveau Monde ont un pacte spécial avec Dieu et prononce la célèbre phrase sur la Cité sur la colline (The City upon a Hill (en)), reprise par nombre d'hommes politiques américains : « Nous serons la cité qui luit au loin sur la colline »
Ce discours qui résumait des notions surtout connues dans la communauté puritaine, et qui parle également des devoirs des riches envers les pauvres, est aujourd'hui regardé comme fondateur du thème de la Destinée manifeste américaine."
 
Crie le avec orgueil : Nous serons la cité sur la colline ! Encore, et dans ton élan, tu rejette tout ceux qui pensent différemment de toi....? être un phare et repousser ceux qui en sont attirés fascinés, c'est devenir un modèle d'exclusion, notre société actuelle exclut. Quelle illusion que de se croire un quelconque peuple élu. Ah oui bien sur, c'est tellement tentant de s'approprier un peu d'"intervention divine".
Ils ont bâti quelque chose et on voulu aller de l'avant, avec le contexte difficile de l'époque. Au moins n'ont ils pas misé sur un effondrement général et mondial pour n'avoir rien à assumer. Qui a parlé de fin du monde ?

Ami(e)s passant(e)s ici, tu dois être surpris vu le nom du blog que je ne traite ni ne prêche ou encourage une hypothétique fin du monde. C'est que pour moi, la fin du monde, le fléau, le jugement ou le châtiment, l'enfer ou votre vision infernale et apocalyptique ne se situe pas dans le futur, mais bien dans notre quotidien ! Il est là devant vous. Chaque fois que nous nous levons le matin !
Sachez-le, l'enfer n'est pas qu'il arrive demain mais de devoir honorer ses factures aujourd'hui, rendre compte de ce que l'on est et de ses activités tout à l'heure ! De devoir être ce que l'on est pas encore et encore...Lol.
 
Mais la différence, c'est que moi je regarde le monde sans vouloir le vouer au flammes, "vous êtes assez amusant" dit l'autre. Et sans prôner une soumission divine aveugle.
 
Il n'y a pas de vérité divine au bout, sauf celle humaine. Car oui, c'est ensemble qu'on bâtira le monde de demain, c'est ensemble qu'on bâtira notre cité sur la colline qui sera ouverte à tous non discriminantes, sans rejet, sans peur sans haine ni superstitions, ni lutte pour le pouvoir ni soif de richesses. Utopique ? Cela se bâtit chaque jour. 
 La cité sur la colline
 Mais non, non ! Je suis seul, je suis l'exception qui confirme la règle. A l'image des colons du nouveau monde du sermon. "Si tu ne trouves pas d'ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant, marche seul, comme un roi après une conquête, ou un éléphant dans la forêt." Citation Bouddhiste

L'exception qui confirme la règle.  

Tags : La cité sur la colline - The City upon a Hill - L'exception qui confirme la règle - l'homme nouveau - "Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers - triste vérité de la condition humaine - Le monde nous ignore nous ignorait et va continuer à le faire - Croyez vous en l'absolu ? - The world is changed by your example not by your opinion - J'entends les cris insatiables de ceux qui on en déjà tant - Imaginer la vie - plafond de verre - Virilité - sexualité - conditionnement - Tu fuis - je fuis - confession virtuelle - tutorat - découvrir la vie - trouver la lumière - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - Quo vadis - Virtus junxit mors non separabit - Ne mords pas la main qui te nourrit Proverbe - La vertu unit ce que la mort ne peut separer - Cherche et tu trouveras - Etre libre ce n'est pas seulement ne rien posséder c' être possédé par rien

Je ne suis pas un homme, i'm a god 07/07/2018

«Je ne suis pas un homme monsieur» => https://www.cnews.fr/france/2018-07-03/je-ne-suis-pas-blanc-je-ne-suis-pas-un-homme-un-militant-lgbt-cree-la-polemique
 
Je vais vous donner mon ressenti, le mien. laissez donc vos histoire du style "ah mais je ne mettrai pas une robe je veux pas devenir une gonzesse, fin de la civilisation ! catastrophe etc". Ma vision des choses: Ces réactions dans tout les sens reflètent ce à quoi vous êtes attachés, pieds et poings liés ! Vous êtes recroquevillés à l'image traditionnelle du mec, de l'homme viril, qui doit être fort, jamais fragile, qui en veut toujours plus, coureur de jupons insatiable ou qui parle sans arrêt sexualité et pense qu'au sexe faible (soi-disant, hé ouais lol) avide de sensation forte et de grosse cylindrées (tenez le débat du passage de 90 à 80 km, comment
certains se sont sentis touchés, bléssés dans leur virilité !) L'aspect binaire, la dualité, tout cela, moi je veux l'éviter. Je ne suis pas un homme, i'm a god.

Je suis le dieu. Le dieu anti-schéma, anti-système (?!) le dieu anti-idées préconçues, le dieu qui veut délivrer du fardeau et des "obligations" que cette société impose sans le dire. Plus cette société s'acharne et débat (pour ne pas dire lutter...) sur le fait qu'un homme ne peut pas être une femme (et faire comme elle machin tout ça) et qu'il faut faire ça et ça comme si, plus elle s'enfonce dans son attachement et son aveuglement. Je n'évoque même pas le sujet de l'éveil, tellement il est terriblement loin.

Ne confondez pas avec "l'homme nouveau". Il a été utilisé à tort et à travers depuis des décennies et par des régimes totalitaires, et voulant réduire les êtres humains à l'état de robots. Et je n'aime pas le terme "homme" dans "l'homme nouveau", le féminin étant ignoré. Il faut prendre garde, ne pas utiliser à la légère les termes "l'homme nouveau" ou "nouvel être" ou "être libéré" ni chercher à le mettre en place sur soi ou sur quelqu'un d'autres ou sur une personne quelconque, une minuscule erreur, rien qu'une, vous avez créer un monstre.

Batman : Qu'as-tu fait ?
Le Joker : J'ai pris le chevalier blanc de Gotham et je l'ai vite rabaissé à notre niveau. Ça n'a pas été dur car la folie, tu ne l'ignores pas, suit les lois de la gravité. Il n'y a qu'à donner une légère pichenette.
Christian Bale et Heath Ledger, The Dark Knight (2008), écrit par David S. Goyer
 
Et pourquoi tout ça ? Pourquoi renoncer à être un homme selon les "normes" actuelles sociétales ? Pourquoi devenir autre chose ? 
Demandez-vous pourquoi.
 
L'exception qui confirme la règle. 
 

Tags : Je ne suis pas un homme - L'exception qui confirme la règle - l'homme nouveau - "Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers - triste vérité de la condition humaine - Le monde nous ignore nous ignorait et va continuer à le faire - Croyez vous en l'absolu ? - The world is changed by your example not by your opinion - J'entends les cris insatiables de ceux qui on en déjà tant - Imaginer la vie - plafond de verre - Virilité - sexualité - conditionnement - Tu fuis - je fuis - confession virtuelle - tutorat - découvrir la vie - trouver la lumière - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - Quo vadis - je suis le dieu anti-schéma - je suis le dieu anti-système - Virtus junxit mors non separabit - Ne mords pas la main qui te nourrit Proverbe - La vertu unit ce que la mort ne peut separer - Cherche et tu trouveras - Etre libre ce n'est pas seulement ne rien posséder c' être possédé par rien

Un pied dans le monde réel. Deux mains... 11/05/2018


Le comprend-tu ?
Il faut être au plus prés de ce monde
Suffisamment, ne serais ce qu'un pied
Comment sinon saisir ces multiples visions ?  
Ton paradis t'éblouis
Ose tu prétendre comprendre les êtres ici-bas ?
Ose tu prétendre aider les êtres ici-bas ?
Lorsque tu auras acquis assez d'expériences, 
connu tant de mondes,
contemplé tant de folies humaines,
réalisé l'absurdité de vouloir le changer
Tu pourras aller en marge de celui-ci
et songer à l'éveil
 
L'exception qui confirme la règle. 
 

Tags : Un pied dans le monde réel Deux mains - gravures de Gustave Doré - The world is changed by your example not by your opinion - J'entends les cris insatiables de ceux qui on en déjà tant - Imaginer la vie - plafond de verre - triste vérité de la condition humaine - Virilité - sexualité - conditionnement - Tu fuis - je fuis - confession virtuelle - tutorat - découvrir la vie - trouver la lumière - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - Quo vadis - Virtus junxit mors non separabit - Ne mords pas la main qui te nourrit Proverbe - La vertu unit ce que la mort ne peut separer - Cherche et tu trouveras - Etre libre ce n'est pas seulement ne rien posséder c' être possédé par rien

Les douze abus du siècle 04/05/2018


 
 
 
Là normalement, je dénonce férocement les abus: c'est à dire ce qui me semble épouvantable, insupportable, horrible dans le monde et puis je fais mention (quasi obligatoire ça) de mes "dossiers" embarrassants sur des personnalités. Et tout les haineux, rageux qui fréquentent les réseaux sociaux applaudissent ainsi que "One more time ! One more time ! pof je like..."
Sauf que....
Déjà, cet espace d'expression m'appartient, ensuite plus important: je vais battre ma coulpe (avouer mes fautes) ou autocritique avant de potentiellement défoncer, vouer aux enfers ce monde. 
Avant de servir la soupe comme un benêt aux sectes et autres obscurantistes à l'affût de démontrer que notre société va immensément mal (mais qu'eux feraient soi-disant mieux hein lol) je vais commencer par moi :
 
-J'ai cru plus ou moins pouvoir changer le monde via ce blog.
-Avoir un pied (pour l'instant) dans le monde de tout les jours. Ne pas arriver à décrocher ? Ou tenter d'acquérir des expériences et une soif de découverte de ce monde. Cette attitude influence inévitablement les articles.
-Des textes assez longs...Aie
-Imposer sans le vouloir vraiment une philosophie (ou religion) aux autres.
 
L'exception qui confirme la règle. 

Tags : Les douze abus du siècle - The world is changed by your example not by your opinion - J'entends les cris insatiables de ceux qui on en déjà tant - Imaginer la vie - plafond de verre - triste vérité de la condition humaine - Virilité - sexualité - conditionnement - Tu fuis - je fuis - confession virtuelle - tutorat - découvrir la vie - trouver la lumière - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - Quo vadis - Virtus junxit mors non separabit - Ne mords pas la main qui te nourrit Proverbe - La vertu unit ce que la mort ne peut separer - Cherche et tu trouveras - Etre libre ce n'est pas seulement ne rien posséder c' être possédé par rien

Imaginer la vie 11/04/2018

Où en suis je ?
Surtout, que je te prends pas à arrêter d'imaginer la vie.

L'exception qui confirme la règle.

Tags : Imaginer la vie - L'exception qui confirme la règle - Incels - plafond de verre - freins invisibles - l'exception qui confirme la règle - triste vérité de la condition humaine - Virilité - sexualité - conditionnement - Tu fuis - je fuis - confession virtuelle - tutorat - découvrir la vie - trouver la lumière - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - Quo vadis

Virilité, sexualité et conditionnement 31/12/2015


Source : http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20151223.OBS1892/un-des-pires-mariages-de-tous-les-temps.html

Dans "Zobain", Raymond Guérin raconte le saccage de son couple.





C'est, paru en 1936, le premier livre de Raymond Guérin, l'écrivain magistral des «Poulpes», et c'est le récit autobiographique, méthodique, réfrigérant, d'un naufrage.
Jour après jour, un homme raconte à son ami, sous forme épistolaire, la noyade de son couple, qui s'aimait sans savoir s'aimer. Il dit qu'il a épousé une jeune femme, qu'ils avaient en commun la passion de la littérature – Montaigne, Stendhal, Gide –, qu'ils croyaient au bonheur, jusqu'au jour où elle a sombré dans une profonde dépression.
Les médecins l'envoient dans des maisons de repos, d'où elle revient pour s'enfermer dans sa chambre aux volets clos et un énigmatique mutisme. Le mari assure tout faire pour contrarier sa «psychasthénie» et lui exprimer sa tendresse. Mais elle continue de broyer du noir et fait même une tentative de suicide. Très vite, il avoue le secret de ce drame intime:
Ma femme était vierge. Pendant quatre ans, nous n'eûmes que des rapports superficiels auxquels je dus m'habituer, mais qui lui plurent et qu'elle préféra.»

Qu'elle préféra ? On peut en douter après avoir lu, dans l'appendice de ce livre, la lettre de rupture définitive adressée, le 5 avril 1934, par Denise Montoriol à Raymond Guérin: «Tu n'as été ni un mari, ni un amant, ni un ami.»
"Je me mettais à haïr ce corps de femme"
«Zobain» (le pseudo très allusionnel que Guérin se donne ici) est donc la chronique d'un fiasco. En guise d'explication: «Nous étions tous les deux trop compliqués pour avoir une juste conscience de notre sexualité.» Lorsqu'ils tentèrent enfin de consommer leur mariage, la nuit tourna au «carnage». Car son épouse fut si «brutale» et «bestiale» qu'il en sortit effrayé, écoeuré : «Je me mettais à haïr ce corps de femme que j'avais chéri.» Le piètre amant ne s'épargne pas davantage :

En tout j'ai été médiocre. Je n'ai jamais rien réussi. Ni gauche ni séduisant; ni sot ni brillant; ni riche ni pauvre; mais naïf, mais orgueilleux.»
Ce livre terrible, où Raymond Guérin saccage à la fois son couple et sa propre hypocondrie, où il balance entre misogynie et masochisme, inaugure une oeuvre d'une noirceur radicale et d'un désenchantement persistant.
Rappelons que l'écrivain de «Retour de barbarie» est mort à 50 ans, en 1955, après avoir été enfermé pendant trois ans et demi dans un stalag, avoir souffert de l'indifférence avec laquelle furent accueillis, dans la France libérée, les prisonniers de guerre, et s'être toujours senti exclu de la République des lettres.

«Je suis un vaincu, un raté, écrivait-il, en 1945, à son ami Henri Calet. Je me fais l'effet d'un revenant, d'un fantôme. Je n'ai plus ma place dans ce monde étouffant et fascisé.» Décidément, l'aigre Guérin n'était pas doué pour la félicité et il était inapte à se plaire. Mal aimé, mal aimant. «Zobain», son premier texte éclatant de talent, ne dit rien d'autre.
Jérôme Garcin
Zobain, par Raymond Guérin
Finitude, 256 p., 19 euros.

Tags : Virilité - sexualité - conditionnement - Raymond Guérin - Un jour ou l'autre - "Il n'y a plus qu'un rire un rire qui jaillit des entrailles de l'univers - Tu fuis - je fuis - confession virtuelle - tutorat - découvrir la vie - trouver la lumière - Moi je suis là parce que j'ai un copain imaginaire et toi ? - Quo vadis