1 tagged article Sparte

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


En vérité, cet article devrait se nommer "Avertissement", c'est son but, bien qu'il y soit question de renoncement. Avertir oui mais qui et de quoi ? Qui ? Vous qui me lisez, au hasard ou pas, et de quoi ? De la tentation de faire comme moi, de vouloir trop chercher un sens à tout cela, s'engager spirituellement. "...Mais délivrez-nous du mal." Lorsque ce que nous connaissons actuellement: la vague djihadiste, etc sera passée et terminée, ce jeux de dupes, fuite et d'actes horribles inhumains, il sera alors temps de se pencher pour de vrai dans la spiritualité, de chercher à déterminer sereinement ce "pourquoi nous sommes là" en quelque sorte.
Je n'empêche personne à le faire, soyons précis, mais ce n'est pas la spiritualité qui vous choisit, ni vous qui la choisissez, ayez cela régulièrement en tête. Moi, je ne l'ais pas cherché à la base, serais-cela le fameux karma ? Il y a différentes étapes d'implications, prédispositions...Le "on ne naît pas "quelque chose" on le devient" ne marche pas dans ce cas dont je parle, ou c'est insuffisant. Les renoncements. Car il faut être bien conscient de ce que cela implique. C'est une rupture avec la société, le monde extérieur.
Si vous vous sentez mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau, que rien ne marche comme il faudrait normalement, pas seulement de temps en temps, le renoncement au monde extérieur et ses promesses sera plus facile que pour les autres. Les obscurantistes qui ont recruté perfidement de la chair à canon pour le Moyen-Orient l'ont réalisés et s'en sont servis. En fait, pas tout à fait, ce qui s'est passé, c'est qu'une partie a plus fui qu'autre chose ce monde, notre quotidien et toutes ces sollicitudes. Étaient-ils dans le cas dont je parlais (mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau etc )et combien ?Je veux dire, étaient-ils véritablement prêt spirituellement ? Très peu j'imagine, car leur masque tombe lorsqu'ils saisissent une arme pour tuer. Ce n'est pas la véritable spiritualité. Lorsqu'on y est pas préparé ou prédisposé, renoncer aux promesses de tout les jours peut devenir intolérable, inconcevable et aberrant, (Il faut que cela vienne de l'intérieur, la motivation pour une démarche spirituelle) et rapidement, une évidence: fuir ce renoncement, cette quête de spiritualité ou pour parler moderne, ce "no-life".Il faut préciser, je n'ai rien contre ceux qui mène leur vie quelle qu'elle soit, intégré parfaitement, épanouie niveau profession et familial. C'est que vous le méritez, cela devait vous arriver.
Mais si vous cherchez à me ressembler ou à me copier, ce sera l'échec, ou vous vous perdrez dans une fausse direction pensant réussir. Le passage de l'un à l'autre n'est pas facile. S'il est réalisable. Les soucis ou dangers dont je veux avertir peut être la déception, un rejet total de spiritualité due à la frustration.
Il faut vivre.

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

LA GUERRE DU PÉLOPONNÈSE, de Victor Davis Hanson 16/11/2012

Tout le monde connaît la guerre du Péloponnèse de nom, mais peu savent quels en furent vraiment les enjeux et les acteurs. Victor Davis Hanson, spécialiste de l'Antiquité, historien militaire et professeur émérite à l'Université d'État de Californie, s'attache dans cet ouvrage à retracer l'itinéraire chaotique de vingt-sept années de guerre civile autour des cités de Sparte et d'Athènes. S'absolvant de l'impératif chronologique couramment usité, il convoque tout à tour les différents agents stratégiques du conflit : le feu, la peste, la terreur, les hoplites, les sièges, la cavalerie, les navires, les mentalités, etc. Les dates, l'enchaînement des sièges et des batailles n'interviennent qu'en toile de fond d'une synthèse globale de l'histoire militaire du Ve siècle av. J.-C. qui s'appuie sur les écrits de l'époque, et notamment sur ceux de l'historien Thucydide. La guerre du Péloponnèse raconte ainsi comment la guerre navale prit inexorablement le dessus sur les batailles rangées opposant les phalanges d'hoplites. Dépassée par de nouvelles techniques de combats protéiformes (sièges, coups de mains, raids de cavalerie, massacres de civils et de prisonniers), ce que l'auteur appelle « la logique hoplite » n'en fut pas mois « transmise aux légions romaines, survécut dans les colonnes italiennes, suisses et espagnole du Moyen Âge et les tercios des lanciers, avant d'arriver jusqu'à l'époque des armes à feu, avec la maîtrise par les Européens de l'exercice militaire et du feu de volée » (p. 182). Lutte fratricide, l'affrontement entre Sparte, Athènes et leur myriade d'alliés respectifs marque un dérèglement de ce que certains nommèrent rétrospectivement « l'âge d'or de la Grèce ». Car cette guerre, non contente de mettre à bas les murailles du Pirée et d'assujettir Sparte à l'argent perse, se résume en grande partie à une série d'actes barbares, de massacres de civils et militaires : en 431 les Platéens exécutent tous leurs otages thébains, en 430 les Péloponnésiens jettent par-dessus bord tous les Athéniens capturés, en 427 les Athéniens exécutent mille Mytiléniens, en 424 les oligarques  exécutent leurs opposants démocrates, en 423 Mendè est mise à sac et Mélos détruite en 416, en 413 des écoliers sont massacrés à Mycalesse, etc. (p. 246-247). Et je ne fais que citer quelques dates de la longue liste établie par l'auteur... Victor Davis Hanson n'a cesse de rappeler, de chapitre en chapitre, dans quelle mesure ce conflit ébranla le monde hellénique et panhéllenique. Par l'étendue des moyens et des forces engagées, la guerre du Péloponnèse est peut-être tout simplement le premier exemple de guerre totale de l'Histoire.
 
Une de mes livres de chevet dernièrement.
 Il s'agit de l'épisode tragique de la confrontation de deux cités autrefois allié contre l'envahisseur perse à ce moment précis de l'histoire que tout oppose :
- Athènes, cité démocratique fier de son modèle politique voulant l'imposer ainsi que sa vision de la liberté à d'autres cités grecques, faisant payer tribut à celles qui se joignait à elle en échange de son aide et protection militaire. Haï par une partie du monde grec qui lui reproche son impérialisme et sa richesse. 
- Sparte, cité militaire et son système totalitaire, hostile au modèle démocratique Athénien et à son expansion croissante dans le monde hellénistique. Sparte se présente alors en libérateur et seul recours face à l'impérialisme Athénien.
Cet épisode montre comment le modèle de démocratie et de liberté a pu être combattu, contesté ainsi que l'absurdité de la guerre et ses dérives (massacres de la part des deux camps) Si Sparte réussit à vaincre Athènes et abattre dans la cité même la démocratie (la dictature des trente) elle échouera à libérer les cités grecques de l'impérialisme : Sparte remplacera Athènes dans son mode impérialiste. Les autres cités devront payer tribut et fidélité à Sparte...Ironie tragique.
Hélas, la démocratie est souvent combattu, (???) cet épisode historique montre la victoire de la dictature sur un autre système plus souple...Là où on s'attendait à une levée en masse pour s'opposer au régime totalitaire Spartiate, on assiste alors à une manifestation de ras le bol et de mécontentement des habitants des villes de la confédérations Athénienne.
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.
(En parlant de démocratie Athénienne, il est bon de se souvenir voire d'apprendre que celle-ci autorisait et ne s'opposait pas à l'époque à l'esclavage dans sa cité....Comme quoi il faut se méfier un peu de la volonté pleinement exprimé du peuple...à méditer).

Tags : la guerre du Péloponnèse - Athènes. - Sparte - Victor Davis Hanson - démocratie - liberté - Grèce - Grexit - Agora