2 tagged articles dignité

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


En vérité, cet article devrait se nommer "Avertissement", c'est son but, bien qu'il y soit question de renoncement. Avertir oui mais qui et de quoi ? Qui ? Vous qui me lisez, au hasard ou pas, et de quoi ? De la tentation de faire comme moi, de vouloir trop chercher un sens à tout cela, s'engager spirituellement. "...Mais délivrez-nous du mal." Lorsque ce que nous connaissons actuellement: la vague djihadiste, etc sera passée et terminée, ce jeux de dupes, fuite et d'actes horribles inhumains, il sera alors temps de se pencher pour de vrai dans la spiritualité, de chercher à déterminer sereinement ce "pourquoi nous sommes là" en quelque sorte.
Je n'empêche personne à le faire, soyons précis, mais ce n'est pas la spiritualité qui vous choisit, ni vous qui la choisissez, ayez cela régulièrement en tête. Moi, je ne l'ais pas cherché à la base, serais-cela le fameux karma ? Il y a différentes étapes d'implications, prédispositions...Le "on ne naît pas "quelque chose" on le devient" ne marche pas dans ce cas dont je parle, ou c'est insuffisant. Les renoncements. Car il faut être bien conscient de ce que cela implique. C'est une rupture avec la société, le monde extérieur.
Si vous vous sentez mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau, que rien ne marche comme il faudrait normalement, pas seulement de temps en temps, le renoncement au monde extérieur et ses promesses sera plus facile que pour les autres. Les obscurantistes qui ont recruté perfidement de la chair à canon pour le Moyen-Orient l'ont réalisés et s'en sont servis. En fait, pas tout à fait, ce qui s'est passé, c'est qu'une partie a plus fui qu'autre chose ce monde, notre quotidien et toutes ces sollicitudes. Étaient-ils dans le cas dont je parlais (mal à l'aise dans la vie de tout les jours, mal dans votre peau etc )et combien ?Je veux dire, étaient-ils véritablement prêt spirituellement ? Très peu j'imagine, car leur masque tombe lorsqu'ils saisissent une arme pour tuer. Ce n'est pas la véritable spiritualité. Lorsqu'on y est pas préparé ou prédisposé, renoncer aux promesses de tout les jours peut devenir intolérable, inconcevable et aberrant, (Il faut que cela vienne de l'intérieur, la motivation pour une démarche spirituelle) et rapidement, une évidence: fuir ce renoncement, cette quête de spiritualité ou pour parler moderne, ce "no-life".Il faut préciser, je n'ai rien contre ceux qui mène leur vie quelle qu'elle soit, intégré parfaitement, épanouie niveau profession et familial. C'est que vous le méritez, cela devait vous arriver.
Mais si vous cherchez à me ressembler ou à me copier, ce sera l'échec, ou vous vous perdrez dans une fausse direction pensant réussir. Le passage de l'un à l'autre n'est pas facile. S'il est réalisable. Les soucis ou dangers dont je veux avertir peut être la déception, un rejet total de spiritualité due à la frustration.
Il faut vivre.

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

"Radicalisation" religieuse: un document du rectorat de Poitiers crée la polémique 23/11/2014

Un document interne du rectorat de Poitiers, envoyé par e-mail aux chefs d'établissement de la Vienne, a été rendu public par Médiapart vendredi. Ce Powerpoint de 14 pages a pour ambition de "prévenir la radicalisation en milieu scolaire". Mais les termes utilisés et les descriptifs stigmatisant à l'égard des musulmans créent la polémique.
"Cheveux rasés", "barbe longue", "refus du tatouage" ou encore "perte de poids liée à des jeûnes fréquents" sont autant de signes extérieurs de radicalisation, selon l'académie de Poitiers. L'information a été dévoilée vendredi 21 novembre par Médiapart dans un article intitulé "Radicalisation religieuse : l'Education nationale dérape".
En plus de ces signes extérieurs, l'Académie conseille aux chefs d'établissement de surveiller des comportements individuels tels qu'un "intérêt pour les débuts de l'Islam" ou une certaine "rhétorique politique", notamment des références à l'injustice en Palestine. Le document dans son intégralité est disponible ici.
Les signes de radicalisation pour l'éducation nationale "refus du tatouage" "référence à l'injustice en Palestine" pic.twitter.com/H3GdGvAN8T— Widad.K (@widadk) 22 Novembre 2014
Nos confrères de Médiapart soulignent qu'à aucun moment une définition du terme "radicalisation" n'est donnée dans ce document et pourtant :
C'est exclusivement de l'extrémisme musulman qu'il est question tout au long du document. À croire qu'il n'y a pas de radicaux catholiques, juifs ou autres... Et que la radicalisation politique, à l'extrême droite, par exemple, n'intéresse pas l'Éducation nationale
Un "outil de stigmatisation" ?
Commentant l'affaire, Edwy Plenel, co-fondateur et président de Médiapart, a évoqué le "poison de l'islamophobie" qui met en danger l'école :
Le poison de l'islamophobie met en péril l'école républicaine, celle de l'égalité et de la fraternité. La preuve ici: http://t.co/rsx9DWv66b— Edwy Plenel (@edwyplenel) 22 Novembre 2014
Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) s'est vivement indigné contre ce document, dénonçant "un outil phénoménal et ahurissant de stigmatisation".
Contacté par Médiapart, le ministère de l'Education Nationale s'est montré assez embarrassé par le document. Bien qu'une politique de formation des cadres a été initiée par le gouvernement, Nicolas Bray du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem a reconnu que ce document "manque peut-être de nuances" et a précisé qu'"un Powerpoint est "toujours accompagné de commentaires qui manquent un peu ici".
Second degré sur les réseaux sociaux
Sur Twitter de nombreux internautes, notamment des musulmans, ont préféré ironiser suite à la diffusion de ce document polémique, notamment via la création du hashtag #BrefJeMeSuisRadicalisEe
Je jeûne tout le mois de #Ramadhan #BrefJeMeSuisRadicalisé @EducationFrance pic.twitter.com/rvT9eQJ8SX— Mouâd Alohanews معاذ (@MouSalhi) 22 Novembre 2014
Bonjour @EducationFrance, je présente des signes de radicalisation. Comment puis je me soigner ? Tatouage ou port du short en hiver ? Merci— Gracchus فلسطين (@GracchusX) 22 Novembre 2014
Par précaution, l'Education nationale devrait supprimer le couscous des menus à la cantine. Ça pourrait radicaliser les jeunes.— Faïza Zerouala (@FaizaZ) 22 Novembre 2014
Maïna Fauliot-Marjany (@MainaFauliot)
Source : 
http://www.itele.fr/france/video/radicalisation-religieuse-un-document-du-rectorat-de-poitiers-cree-la-polemique-101488

Signes extérieurs de .....conformité ? ....Uniformité ? Oups....Chassez le naturel, il revient au galop...A trop vouloir imposer une norme sans penser à mal, voila où on en est..."Refus du tatouage"....Mince, je suis visé ! lol, enfin, pas vraiment mais c'est une autre histoire. En espérant que l'on ne vas pas vers un regard suspicieux généralisé envers ceux qui ne se font pas tatouer....J'essaye d'avoir de l'humour et de rester dans la bonne humeur mais....Voila la situation..C'est un document assez maladroit, qui stigmatise malheureusement, on va se consoler en se disant que c'est de la prévention, car il faut pas se leurrer, les affreux et l'obscurantisme sont bien présent tapis dans l'ombre...
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : conformité - Uniformité - Stigmatisation - radicalisation - document du rectorat de Poitiers - médiapart - Education nationale - suspicion - On rejette ce que l’on ne comprend pas - Ostracisme - différence - tolérance - exprimer ce que l'on ressent - mépris - pacifisme - paix - respect - dignité - Non violence - l'Homme du Mensonge - le Prêtre Impie - Laicité

L'échec du "monde meilleur" violent et anarchique 02/11/2014

Les événements récents ont montré l'échec de ceux qui désirent dans les rues amener un "monde meilleur"...Quel monde meilleur ? Celui de la violence, de la dégradation et de la destruction ? De vitrines de magasins de personnes honnêtes ? de panneaux affichant le plan de la ville ? Quel horrible symbole de l'oppression du pouvoir en place dites moi ! lol. La vérité est qu'il n'y a qu'une seule oppression actuellement : la violence. Encore et toujours...Elle est dans les actes de destructions, dans les paroles (insultes, discriminations, sexisme..) dans la vie au quotidien dans les violences conjugales, dans le machisme dont certains se battent becs et ongles pour le sauvegarder, dans l'oubli de la gravité, du respect et de la dignité pour les morts....Tout ces événements n'est que l'expression de personnes laissant exprimer leur côté primaire....Fous, ils oublient leur crédibilité en désirant casser tout. Échec. Oui, car ces mêmes personnes demain feront les mêmes erreurs que leurs aînés (discriminations, rejets...) Les casseurs si demain ils seraient au pouvoir c'est à dire dans la situation inverse agiraient de la même manière que ceux dont ils détestent !
Je ne vois qu'une seule oppression actuellement, celle de la violence, aucune autre. Le monde ne sera pas plus beau avec ces types. Allez un petit jeu: Cherchez à quel moment dans l'histoire nous avons déjà été confronté à la violence et à son culte ? Cela a aboutit à un monumental échec et à la ruine. (Combien vont trouver ?....Et ils prétendent tout savoir et vivre actuellement une période abominable ? Laissez-moi rire) Le principal souci est que nous l'avons déjà vu, constaté, condamné....certains malhonnêtes inventent des contes de fées pour nier ce qui s'est passé, et ainsi séduire....Mais nous oublions vite. Passants, souviens-toi....
Mais je ne fais pas d'illusions, je sais très bien que je vais me faire démolir, dire que je dis n'importe quoi ici autant que si j'avais participé à une manif de casseurs, quelle honte, d'ostraciser ceux qui se servent de leur tête pendant que d'autres jouent les brutes et cassent....Le monde est impitoyable lol, quelle violence !
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : L'échec du "monde meilleur" violent et anarchique - pacifisme - paix - respect - dignité - Non violence - Le Lion de la Colère - Ostracisme - sivens - Nantes - casseurs