30 tagged articles le Prêtre Impie

Mais où est le chaos ici ? 07/02/2013


Les Visiteurs de ce blog doivent penser « day of doom....jour de chaos.....mais où est le chaos ici ? »
Alors bien sur, effectivement selon les normes, les vôtres, à propos du chaos, mon blog et les articles doivent paraître bien ordonné, jolis et aimables.Mais le chaos lui est pourtant bien là :
 
- Je dénonce et suis contre l'alcool et les drogues => J'apporte le chaos.
- Je parle de la futilité de la consommation de masse actuelle => J'apporte le chaos.
- Je parle de non-violence et de paix => J'apporte le chaos.
- Je parle d'athéisme, de ne pas suivre aveuglément les religions ainsi que les fanatiques => J'apporte le chaos.
- Je parle de se comporter en adulte responsable et digne et fais appel au sérieux => J'apporte le chaos.
- Je parle de citation franc-maçonne et incite à la réflexion => J'apporte le chaos.
- Je fais des articles contre les dissections de souris dans les établissements scolaires => J'apporte le chaos.

Je l'apporte dans les têtes à ceux qui lisent les articles et dont le contenu les interpelle. Dans le sens où la société devient complaisante envers les substances illicites, Où la propagande la plus niaise et sournoise est ce que les imbéciles veulent entendre, quand l'intellectualisme est clairement mis au piloris par des ignares, dans ce monde violent où pour "stopper" la violence certains en appellent a plus de violences...
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : chaos - J'apporte le chaos - dayofdoom - day of doom

André Comte-Sponville : "Les fanatiques enragent de n’être pas Dieu" 17/11/2015

« Mettre Dieu plus haut que soi ? Fort bien. Mais plus haut que la morale ? Plus haut que la vie ? Plus haut que l'amour ? » Nous publions la chronique de notre collaborateur le philosophe André Comte-Sponville, composée juste avant les attentats qui ont endeuillé la France, vendredi 13 novembre. Cette chronique était initialement destinée à notre numéro de janvier-février, sur lequel nous travaillons depuis plusieurs semaines, et qui aura pour thème « Le mal au nom de Dieu ». Un thème tristement d'actualité.
 
Le sacrifice programmé d'Isaac, dans la Genèse, est l'un des textes les plus effrayants de la Bible, qui n'en manque pas. Je sais bien que Dieu, finalement, s'y opposa. Mais Abraham n'en avait pas moins préparé le bûcher, comme il « saisit le couteau, pour immoler son fils »... Et Dieu, loin de s'en offusquer, l'en félicite ! « Parce que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions... » Abraham mettait Dieu plus haut que tout, c'est en quoi il est « le héros de la foi », comme dira Kierkegaard, et le rappel aussi, à jamais, de ses dangers. Mettre Dieu plus haut que soi ? Fort bien. Mais plus haut que la morale ? Plus haut que la vie ? Plus haut que l'amour ? On m'objectera que morale, vie et amour n'ont d'existence absolue qu'en Dieu. Peut-être. Mais ce Dieu, s'il existe, qui peut se vanter de le connaître absolument ? Au nom de quoi mettre ses commandements, lorsqu'ils nous choquent, plus haut que les exigences du c½ur et de la raison ? Au nom de Dieu, donc au nom de la foi, donc au nom d'une croyance incertaine, comme elles sont toutes... Qu'est-ce qui nous dit que ce Dieu est le vrai ? La Révélation. Qu'est-ce qui nous dit que cette Révélation est la bonne ? Le fait qu'elle vienne du vrai Dieu.... C'est le cercle de la foi, qui la rend effrayante lorsqu'elle se prend pour une certitude. Si Abraham avait douté, il n'aurait pas pris le couteau. Mais s'il avait douté, serait-il le héros de la foi ?
 
« On s'autorisera d'autant plus volontiers le pire quand c'est en vue d'un Bien prétendument absolu.... »
 
N'accablons pas trop les religions. Elles n'ont pas le monopole de la violence, ni du dogmatisme, ni du fanatisme. Réfléchissons plutôt à ce que nous apprend leur longue et douloureuse histoire : qu'on peut faire le mal aussi au nom du bien, et même qu'on s'autorisera d'autant plus volontiers le pire quand c'est en vue d'un Bien prétendument absolu... L'égoïsme, plus répandu, est moins à craindre que le fanatisme. Bien rares sont ceux qui tueraient par intérêt personnel. Au reste, qu'y a-t-il à gagner à des massacres ? Mais si c'est pour Dieu, pour la Patrie ou la Révolution, tout change ! Point besoin d'être particulièrement méchant pour faire un mal considérable : il suffit d'être enthousiaste. Voyez les croisades ou le djihad, Robespierre ou Staline, Hitler ou Pol Pot, Al-Qaïda ou Daech. Logique de l'absolu, quand on prétend le connaître : logique de la terreur. Nul ne fait le mal pour le mal. Le « Reich de mille ans », pour Hitler, était un bien, comme la Révolution pour Robespierre ou ses sinistres successeurs, comme la vraie foi pour les inquisiteurs de toutes obédiences. « Tuez les tous, Dieu ou la Révolution reconnaîtra les siens... » Un salaud ordinaire serait moins à craindre. S'il n'agit que par égoïsme, pourquoi multiplierait-il les carnages ?
 
Mais revenons à Isaac. Cet épisode, dont on trouve l'équivalent dans le Coran, marque le renoncement, par les trois grands monothéismes, à tout sacrifice humain. On ne peut que s'en réjouir, tout en constatant que cela n'a pas suffi à empêcher les guerres de religion, ni à décourager – l'actualité hélas le rappelle – les très pieux massacreurs. Parce qu'ils se trompent sur leur propre religion ? Soit. Mais enfin Jésus lui-même, tout pacifique qu'il se voulût, n'en annonçait pas moins qu'il apportait « non la paix mais le glaive ». Cela condamne-t-il son message ? Non pas, puisqu'il existe en effet des guerres justes ou des violences nécessaires. Mais cela confirme qu'aucun message ne vaut indépendamment de l'interprétation qu'on en donne. Or cette interprétation est humaine, donc faillible, quand bien même le message, lui, ne le serait pas. Que Dieu soit absolu, cela fait partie de sa définition. Les religions n'en sont pas moins relatives, donc discutables. C'est ce qui agace les fanatiques : ils enragent de n'être pas Dieu.

Source :http://www.lemondedesreligions.fr/debats/opinions/andre-comte-sponville-les-fanatiques-enragent-de-n-etre-pas-dieu-16-11-2015-5116_200.php

Tags : André Comte-Sponville - Les fanatiques enragent de n’être pas Dieu - Qu'est-ce qui a mené à cela? - Quo vadis - paix - Non violence - Un jour ou l'autre - Je veux croire en ce monde - Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? - Les hommes les plus humains ne font pas la révolution : ils font les bibliothèques ou les cimetières. » André Malraux - Que la fête continue ! - crédibilité - le Prêtre Impie - Le Lion de la Colère - l'Homme du Mensonge - le sacrifice d'issac

Jésus est ......Femen.... ? 29/10/2015



Jésus dans le temple, à Jérusalem (Jean 2,13-25)
13 La Pâque juive était proche et Jésus monta à Jérusalem.
14 Il trouva les vendeurs de boeufs, de brebis et de pigeons ainsi que les changeurs de monnaie installés dans le temple.
15 Alors il fit un fouet avec des cordes et les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs. Il dispersa la monnaie des changeurs et renversa leurs tables.
16 Et il dit aux vendeurs de pigeons: «Enlevez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce.» 17 Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit: Le zèle de ta maison me dévore.
18 Les Juifs prirent la parole et lui dirent: «Quel signe nous montres-tu, pour agir de cette manière?»
19 Jésus leur répondit: «Détruisez ce temple et en 3 jours je le relèverai.»
20 Les Juifs dirent: «Il a fallu 46 ans pour construire ce temple et toi, en 3 jours tu le relèverais!»
21 Cependant, lui parlait du temple de son corps.
22 C'est pourquoi, lorsqu'il fut ressuscité, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela et ils crurent à l'Ecriture et à la parole que Jésus avait dite.
23 Pendant que Jésus était à Jérusalem, lors de la fête de la Pâque, beaucoup crurent en lui en voyant les signes miraculeux qu'il faisait.
24 Mais Jésus n'avait pas confiance en eux, parce qu'il les connaissait tous.
25 Il n'avait pas besoin qu'on le renseigne sur les hommes, car il savait lui-même ce qui est dans l'homme.
 

Ne trouvez-vous pas qu'il y a pas un peu trop d'or ? (les 3 cloches)....d'où la question ci-dessus.
En 2015, serait-on toujours en train de vénérer le veau d'or ?
La véritable spiritualité se passe d'or et de choses matérielles, elle est en soi, elle est en nous.
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Femen - Dégradations d’une cloche de Notre-Dame relaxe confirmée pour huit Femen - jésus chasse les marchands du temple de jérusalem - veau d'or - le Prêtre Impie - Le Lion de la Colère - Jean 2:13-25 - Jésus revient Jésus revient ils sont devenus fous si tu savais les horreurs qu'ils veulent faire en ton nom...

Le châtiment de Tartufe - Arthur RIMBAUD (1854-1891) Hommage 20/10/2015

Il y a 161 ans, Arthur Rimbaud naissait un 20 octobre
Tisonnant, tisonnant son coeur amoureux sous
Sa chaste robe noire, heureux, la main gantée,
Un jour qu'il s'en allait, effroyablement doux,
Jaune, bavant la foi de sa bouche édentée,

Un jour qu'il s'en allait, " Oremus ", - un Méchant
Le prit rudement par son oreille benoîte
Et lui jeta des mots affreux, en arrachant
Sa chaste robe noire autour de sa peau moite !

Châtiment !... Ses habits étaient déboutonnés,
Et le long chapelet des péchés pardonnés
S'égrenant dans son coeur, Saint Tartufe était pâle !...

Donc, il se confessait, priait, avec un râle !
L'homme se contenta d'emporter ses rabats...
- Peuh ! Tartufe était nu du haut jusques en bas !
Arthur RIMBAUD

Analyse :
"Commentaire rédigé
Ce poème est le 7ème poème du premier cahier de Douai, il a la forme d'un sonnet, deux quatrains suivis de deux tercets en alexandrins comme les poèmes du second cahier. Il a été écrit probablement lors de son séjour en septembre 1870 à Douai chez les demoiselles Gimbre tantes de son professeur de classe de Rhétorique Izambard. Forme contraignante, le sonnet oppose généralement les tercets aux quatrains. Les deux tercets ne sont pas ici précédés d'un tiret, signe servant à séparer les parties d'une énumération mais un tiret précède une dernière marque de mépris, de dédain au dernier vers "-peuh !", ponctué d'un des multiples points d'exclamation.
Un c½ur sous la soutane 
Le poème Tartufe écrit ici avec un seul f reprend l'anticléricalisme commencé par Rimbaud dans "un c½ur sous la soutane". Cette sale éducation d'enfance qu'il a reçue, voulue par sa mère qui veut l'élever dans un catholicisme strict, et lui fait lire chaque soir la bible, le 'livre du devoir". Dans "un c½ur sous la soutane", Rimbaud nous présente les confidence d'un séminariste Mr Léonard amoureux d'une jeune fille Thimothina Labinette dont il ne pouvait un an après se séparer des chaussettes qu'elle lui avait offert. Les souvenirs de séminariste lui rappellent ses cours de rhétorique, l'art de persuader, avec son professeur Izambard, cours qui étaient communs aux élèves laïcs en blouse et aux élèves en soutane. Il nous dit ici dans ce poème l' aversion, le mépris, le dédain, pour le représentant de l'église qu'il ressentait déjà pour ces élèves en soutane, hypocrites, dénonciateurs auprès du supérieur, moqueurs décrit dans "un c½ur sous la soutane". 
Une religion refoulement
Si le catholicisme mérite tant pour Rimbaud d'être ainsi "châtié", c'est parce que la religion qui contribue à renforcer un ordre social injuste est aussi coupable du refoulement du corps et de la sexualité. La religion ment, elle opprime les pauvres qui "bavent une foi mendiante et stupide" en guise de prière. La religion si elle leur apporte un peu de réconfort ne les soulage en rien de leurs difficultés, mais leur apporte un sentiment de culpabilité, de refoulement de leur corps et de leur sexualité. Notre clerc qui tisonne pour rallumer son c½ur généreux est pris à son propre piège de la chasteté. L'église est un obstacle aux expériences sexuelles et va à l'encontre des appétits naturels. Rimbaud se venge du sup** d'un c½ur sous la soutane qui l'avait convoqué et "craché" sur sa poésie" en chuchotant des "orémus". Il inverse les rôles, en violentant le représentant de la religion, en le ridiculisant en le mettant nu. Cette violence peut paraître bien facile mais elle n'est pas gratuite car notre poète range le catholicisme à coté de la bourgeoisie à bedaine soucieuse de l'ordre social établi responsable des asservissements, freinant les instincts naturels, les élans vitaux. On se souvient du reproche des "jambes trop écartées" d'un c½ur sous la soutane. A travers la religion, Rimbaud se révolte contre une société déchue, étouffante dont la religion est un des piliers.
Une inspiration hugolienne 
Pour tout lecteur habitué au ton méprisant de Rimbaud, si notre poète traite ici à sa façon son aversion pour lesreprésentants de l'église qu'un méchant tire par l'oreille et dénude, il joue sur l'ambiguïté. Châtiment rappelle trop Hugo et ses démêlés avec Napoléon III pour que chacun puisse admettre que le tartufe n'est autre que Napoléon III. Pour rendre l'analogie encore plus vraie, il reprendra dans son dernier vers le texte du Tartuffe de Molière dont il retirera un f. Rimbaud craint que l'humanité et donc lui même ne fasse les frais de tous ces "châtiments" qui ravagent le monde et il n'a pas envie de finir au "gibet noir" du "bal des pendus".
Conclusion
Rimbaud avait écrit "je serai parnassien", mais par son inspiration, ses thèmes, il se situe aux antipodes du Parnasse car sa poésie est directement et politiquement engagée. Dans le châtiment de Tartufe, c'est un Rimbaud ricanant qui s'attaque à l'un des piliers de l'ordre social, la religion qui constitue un frein aux énergies. Notre apprenti poète de dix-sept ans, encore bien sage, nous apparaît plus comme un enfant frustré qu'il renvoie sur la religion en frustrant son représentant de ses signes extérieurs."


Source :http://rimbaudexplique.free.fr/poemes/chatiment.html
Vous voulez "diriger" tout autour de vous, commander, être le berger..Mais comment faire ? Ma foi, parlez au nom de dieu, soyez sans pitié, imposer la loi divine (la votre quoi, à votre sauce...) Légitimité garantie...? ;)
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog. 

Tags : Rimbaud - Ardennes - Age d’or - Poèmes... - hommage - poète dont Paul Claudel écrivait qu'il fut un mystique à l'état sauvage - Le châtiment de Tartufe - le Prêtre Impie

"La guerre sainte du zen" de Josh Baran... 20/08/2015

"La guerre sainte du zen" de Josh Baran...
L'auteur résume deux ouvrages traitant de l'utilisation de la philosophie Zen ainsi que de maîtres Zen éveillés dans la guerre. Cela parait impossible et impensable du fait du message pacifique et non-violent du Bouddhisme et pourtant... En fait, ce n'est pas si incompréhensible que cela y parait. Premièrement il y a le conditionnement, l'auteur l'explique bien, le Japon est resté longtemps coupé du monde et s'est senti alors supérieur au reste de l'Asie, deuxièmement, erreur, plutôt "les" erreurs des maîtres Zen dit éveillés qui sont d'avoir oublié d'où provenait la philosophie qui les caractérisait (de Chine et auparavant d'Inde, les "pays Asiatiques païens") ainsi que le message pacifique et non-violent, ces maîtres évoquent alors après coup avoir eu le sentiment d'agir (sauver le monde...)face au reste du monde qui leur semblait décadent etc.
 
Ils ne l'ont pas senti mais ils étaient alors arrogant, orgueilleux, ils se sentaient supérieur au reste du monde......Nous en sommes toujours là actuellement, certains personnes estiment sincèrement que leur civilisation et culture est supérieur aux autres et au reste du monde et qu'il faut donc l'imposer aux autres "ignares"....Erreur grossière et maintes fois répété (Mais si, vous le faites !...)Voila le véritable aveuglement.
 
Ces maîtres Zen ont zappés complètement le thème de la souffrance, pourtant essentiel dans le Bouddhisme, conseillant et apprenant à des soldats à tuer de manière "zen", cette vision du "zen" erroné du cerveau vide, l'être humain agissant comme un robot sans émotion....
L'absolu n'existe pas. La religion ou des philosophies entre des mauvaises mains peuvent avoir des effets effrayants. Je pense qu'il ne faut pas masquer ce qu'il s'est passé, mais méditer sur ce qu'il s'est passé.
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog
"La guerre sainte du zen" de Josh Baran...

 
Téléchargement du pdf :http://www.zen-occidental.net/pdf/baran.pdf

Tags : La guerre sainte du zen - Josh Baran - guerre - non-violence - l'absolu n'existe pas - Quo vadis - Le Lion de la Colère - le Prêtre Impie

Tu fuis, je fuis 23/07/2015

Accepte tu la réalité ou pas ? L'acceptez-vous ou pas ? L'assumez-vous ou pas ? Ou vous vous créez votre petit monde à vous, en réfutant le monde autour de vous ? Cela peut aller jusqu'à penser que votre voisin ou voisine vient d'une autre planète, vous fuyez votre écran télé, que votre hypermarché est une souricière, un camp retranché prêt à se refermer su vous ..... Cela vient de vous ou on vous le fait croire ? Qui sait qui ou quoi tient ce blog tiens.....lol.
 
Le maître de justice : Il serait raisonnable de se calmer, ne pas exagérer, de ne pas croire n'importe quoi....La réalité elle.....Agissons bien...
Le lion de la colère : (Coupant)Agissons bien en prenant les devants tout de suite ! Aux armes !
Le prêtre impie: Ce comportement violent est typique de manque de foi envers le créateur. Manque de foi et de dévotion également ! Je vous ai vu très rarement à mes offices..
Le maître de justice: Non car voyez-vous cher prêtre, il était trop occupé à scruter attentivement le monde à travers un écran, croyant tout savoir, l'avoir parcouru et arpenté mille fois au fond de son canapé...
L'homme du mensonge: Lui au moins s'inquiète de ce qui nous attend ! Tout est prévu, si nous n'y prenons pas garde nous finirons tous au fond du trou.
Le maître de justice : Vous exagérez sciemment pour jouer sur la peur des gens pour attirer le plus d'adhérent possible...
Le lion de la colère: Moi j'ai peur de rien ni personnes ! Qu'ils viennent !
Le prêtre impie: Vous verrez, ce monde et sa technologie, son modernisme sans fin, ce n'est pas normal. Ce n'est pas la création.
L'homme du mensonge: Elle nous enchaîne. Mais quel est votre opinion sur la musique déjà ? Rappelez-moi ?
Le prêtre impie: La musique ? C'est une perversion ! Et dire qu'ils en ont font des journées spécialement en son honneur ! Ah malheur ! Ce qu'elle cache........Si ça tenait qu'à moi....( se tordant les mains)
Le maître de justice : Oui heureusement que ça ne dépend pas de vous ! Quelle obscurantisme sinon...
L'homme du mensonge: Que voulez-vous, la musique, elle arrange ou dérange les gens, c'est selon. C'est juste une histoire de propagande.
Le maître de justice : Et de mensonges et de manipulation....
L'homme du mensonge: Oui exactement ! Savez-vous que notre prêtre est parvenu à convaincre du monde avec son histoire ? Oui, parfaitement ! Belle performance...
Le lion de la colère: Moi je suis prêt à le suivre et à le croire aveuglément, du moment que c'est contre le système et taper dans la fourmilière...
Le maître de justice : Agir de façon idiote sans réfléchir...C'est dingue tout de même dans un pays occidental d'avoir, ne serais-ce de la part d'une minorité, un tel discours....

Je fuis
Je fuis les us et coutumes de cette société, ces "responsabilités", manière de faire etc....Je n'en ai pas le goût ni l'envie. Pas fait pour moi on dirait. Je fuis tout en sachant qu'il ne m'oubliera pas, ce monde, à un moment ou un autre, il saura me trouver et m'importuner....
Allez, montre-toi, viens, que la fête commence !
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : Tu fuis - je fuis - paix - Non violence - justicier - vengeance - bouddhisme - Maître de Justice - l'Homme du Mensonge - le Prêtre Impie - Le Lion de la Colère - Manuscrits de la mer Morte - Qumrân - textes biblique - Confessional - Je veux croire en ce monde

Jihad : la France recrute des tuteurs pour empêcher les départs en Syrie 02/06/2015

Click here

Mardi 2 juin, une Commission parlementaire a fait 28 propositions pour améliorer la lutte contre les filières jihadistes. France 3 revient sur la mise en place d'un tutorat.
Une Commission parlementaire vient de faire 28 propositions pour améliorer la lutte contre les filières jihadistes en France, avec notamment la mise en place d'un tutorat pour dissuader des jeunes qui projettent de partir faire le jihad. Une expérimentation est actuellement en cours dans le sud de la France. Ali (le nom a été changé, NDLR) est le tuteur de trois jeunes tentés par un départ en Syrie pour faire le jihad. C'est l'association Entr'Autres qui mène cette expérimentation du tutorat importée du Danemark et du Royaume-Uni. Derrière Ali, le tuteur, il y a un dispositif très organisé, très cadré.
Il y a urgence
Le rapport parlementaire sur les filières jihadistes préconise ce dispositif, mais il y a urgence."La France ne dispose pas de tuteur", rapporte la journaliste de France 3.  Après quelques semaines, Ali enregistre un premier succès. À force d'écoute, d'échanges, de vigilance, il a empêché le départ de l'un de ses jeunes vers la Syrie.


Source :http://www.francetvinfo.fr/monde/terrorisme-djihadistes/jihad-la-france-recrute-des-tuteurs-pour-empecher-les-departs-en-syrie_933127.html


http://dayofdoom.skyrock.mobi/3244465220-Quo-vadis.html
http://dayofdoom.skyrock.mobi/3246429978-Quo-vadis-Domine.html

Tags : Quo vadis - pantin - actualité - tout est illusions - Les hommes les plus humains ne font pas la révolution : ils font les bibliothèques ou les cimetières. » André Malraux - dieu n'est pas là - Ring-a-round the rosie A pocket full of posies Ashes Ashes We all fall down! - attentats terrorsites - non-violence - Le Dialogue du Pessimiste - Le monde nous ignore - nous ignorait - et va continuer à le faire - Nous sommes héritiers de nos actes - "En ce monde la haine n'a encore jamais dissipé la haine Vivons donc heuresement sans haïr ceux qui nous haïssent Seul l'amour dissipe la haine" (Bouddha) - Maître de Justice - l'Homme du Mensonge - le Prêtre Impie - Quo vadis Domine? - Je veux croire en ce monde - Prends garde à ne pas devenir l'épouvantail triste et affreux dans le champ Il repousse fait peur (et retarde une échéance ?) ...Les oiseaux mangeront - Faust - le monde est à moi

Prendre un verre avec Faust 20/04/2015

"Blanches colombes et vilains messieurs" Marlon BRANDO (Sky Masterson), Jean SIMMONS (Sarah Brown)

Faust est le héros d'un conte populaire allemand ayant fait florès au xvie siècle, à l'origine de nombreuses réinterprétations.
Cette histoire relate le destin d'un savant, Faust, déçu par l'aporie à laquelle le condamne son art, contractant un pacte avec le Diable, Lucifer, qui met à son service un de ses Esprits - dit Méphistophélès, lequel lui procure un serviteur humain, l'étudiant Wagner, qui devient son famulus - et lui offre une seconde vie, tournée cette fois vers les plaisirs sensibles, au prix de son âme. Dans la plupart des versions populaires du récit fantastique, l'âme de Faust est damnée après sa mort, qui suit une longue période (24 ans précisent certains textes) durant laquelle le Diable a exaucé la plupart de ses v½ux....

Le diable est-il sorti de sa boite ? Il semblerait qu'il ai besoin de moi ? lol. On dirait que celui qui s'en sort pas afin de promouvoir ses idées ait fait le premier pas ? C'est ironique, car dans le conte de Faust c'est le savant qui face au peu de succès rencontré fait appel à ce qui le dépasse, vend son âme au diable, se tourne par désespoir et par orgueil vers l'interdit, la dernière extrémité....Les rôles sont-ils inversés ? Il paraîtrait même que contrairement à ce qu'il prétend il réside ailleurs....Au Paradis ou en enfer ? On ne sait trop, mais sa place est rêvé. Mais ce ne sont que des rumeurs....
 
J'aimerais avoir une discussion avec Faust...(d'où le titre) Utopique bien sur.
Je lui demanderai qui des deux (Lucifer et lui) a eu plus besoin de l'autre ?
Qui a fait le premier pas ?
Dans "la damnation de Faust" de Berlioz, tu t'apprêtais à mettre fin à tes jours lorsque Méphistophélès apparaît soudain .......
Et il te mène à ta perte, douleur, chagrin, culpabilité, remords...Damnation...
Aujourd'hui nous avons aussi de tristes individus (bien humain eux) qui agissent comme Méphistophélès, profitant des faiblesses humaines inévitables...
Pourquoi a tu suivi Méphistophélès ?
Ah oui, les plaisirs, la soif de pouvoir, la reconnaissance, la célébrité.....
Quo vadis Faust !?
Oh ! depuis nous n'avons pas avancé, l'être humain veut toujours la même chose !
Quand je disais que l'histoire est un éternel recommencement, nous tournons en rond....
Nous ne sommes que des pantins pour les dieux et pour les fourbes...
Entre nous, intervenir ainsi, te "démarcher" te recruter ainsi est grossier, manque de classe et de finesse......
Oui, il te voulait toi, mais quel aveu de faiblesse de sa part non ?
 
Allez, montre-toi, viens, que la fête commence !

Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : Faust - Blanches colombes et vilains messieurs - Quo vadis - l'Homme du Mensonge - le Prêtre Impie - Pacte - parvenir à ses fins - devenir celebre - Ring-a-round the rosie A pocket full of posies Ashes Ashes We all fall down! - attentats terrorsites - non-violence - Le Dialogue du Pessimiste - Le monde nous ignore - nous ignorait - et va continuer à le faire - Nous sommes héritiers de nos actes? - non-violence?

Quo vadis ? 18/02/2015

Où va tu comme ça ?
Que va tu faire ?
Ah, tu me réponds "Entrer dans l'histoire"....
Je vois que tu as saisis,
mais la vérité te fais peur et tu la nie de toutes forces et tu veux tout faire pour la contrarier...
Cette vérité est que tout est illusions, toi, moi, le monde, l'univers sont illusions, nous n'existons pas,
nous sommes des milliards d'êtres à vouloir devenir célèbres, à vouloir marquer l'histoire...
Et nous sommes des milliards d'êtres IDENTIQUES, ici, aujourd'hui, hier et demain...
Oui, nous sommes égaux à ceux qui sont déjà passés sur terre, égaux aux milliards d'êtres en ce moment et égaux à ceux qui vont naître demain.
Le monde nous ignore, nous ignorait, et va continuer à le faire.
La nature et l'évolution se fiche de nous, elle n'a pas besoin de nous...
Tu l'accepte pas, oui, il y  a rien d'exceptionnel, alors tu décides d'intervenir à la place de "l'absent", en son nom,
ne vois-tu pas que toutes ces interventions humaines au nom de l'absence divine prouve au mieux son indifférence ?
Pourquoi fuis-tu à présent ?
La haine que tu éprouves te fait croire qu'elle te donne des ailes.
Tu ne deviendras jamais un ange.
Nous sommes héritiers de nos actes,
le sang sur les mains n'a jamais donné droit à des bénédictions mais au malheur.
Tu dis avoir soif de justice, justice, vengeance, justice, vengeance, justice, vengeance, vengeance, haine, massacre, mort,  justice, vengeance........
Tu n'est rien d'autre qu'un pantin, esclave de tes sentiments,
le plus esclave de nous tous ! 
Profite de la vie, l'amour, la compassion, la beauté.
Abandonne tes armes, symbole de l'erreur humaine.
Abandonne la haine, "En ce monde, la haine n'a encore jamais dissipé la haine. Vivons donc heureusement, sans haïr ceux qui nous haïssent. Seul l'amour dissipe la haine" (Bouddha)
 
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.
http://dayofdoom.skyrock.mobi/3246429978-Quo-vadis-Domine.html

Tags : Quo vadis - pantin - actualité - tout est illusions - Les hommes les plus humains ne font pas la révolution : ils font les bibliothèques ou les cimetières. » André Malraux - dieu n'est pas là - Ring-a-round the rosie A pocket full of posies Ashes Ashes We all fall down! - attentats terrorsites - non-violence - Le Dialogue du Pessimiste - Le monde nous ignore - nous ignorait - et va continuer à le faire - Nous sommes héritiers de nos actes - "En ce monde la haine n'a encore jamais dissipé la haine Vivons donc heuresement sans haïr ceux qui nous haïssent Seul l'amour dissipe la haine" (Bouddha) - Maître de Justice - l'Homme du Mensonge - le Prêtre Impie

Quo vadis, Domine? 13/03/2015


« Quo vadis? » (ou plus exactement Quo vadis, Domine?) est une locution latine signifiant « Où vas-tu, Seigneur ? ». Cette question est tirée d'un récit apocryphe du martyre de saint Pierre. Alors qu'il s'apprêtait à quitter Rome pour fuir la persécution, le Christ lui serait apparu sur la via Appia se dirigeant vers cette ville. Pierre lui ayant demandé « Où vas-tu, Seigneur ? » (en latin « Quo vadis, Domine? », en grec ancien « Ποῦ ὑπάγεις, Κύριε »). Pierre comprit alors qu'il ne devait pas fuir et retourna à Rome, où il fut crucifié à sa demande, selon la tradition, la tête en bas, par humilité, pour ne pas paraître vouloir égaler son maître. Au lieu supposé de la rencontre a été érigée au ixe siècle une chapelle transformée au xviie siècle en l'église Domine Quo Vadis.
 
Mi-Février, j'ai fait l'article http://dayofdoom.skyrock.mobi/3244465220-Quo-vadis.html en donnant ma vision personnelle de l'actualité, j'inversais volontairement les rôles, Ce n'est plus saint Pierre qui fuit le martyr, mais le jeune qui part en Syrie se jeter dans les bras de la vie de martyr...Ce n'est plus le Christ qui s'interpose à saint Pierre, le rappelle à l'ordre et lui dit où aller, mais moi qui interpelle dans mon article le partant pour la Syrie et le destin de martyr dans un discours (sermon ?) imaginaire.
Le martyr est vu différemment et a bien évolué depuis deux mille ans, malheureusement.
Dans ce tableau de Annibale Carracci, on voit la force, le côté impérieux de la religion face à la faiblesse humaine !: Le geste d'autorité du Christ portant sa croix, symbole de son martyr à saint Pierre, fuyant les persécutions et apeuré....Il est humain saint Pierre, souvenez qu'il avait déjà renié Jésus trois fois la veille de la crucifixion... Il représente quelque part la faiblesse humaine, son aspect fragile face au pouvoir (censée) démesuré du divin.
Deux mille ans ont passé (à peu prés bien sur) nous en sommes toujours au même point, êtres humains, religion et mort.....
Dayofdoom qui remercie la terre entière de lui fournir matière pour composer ce blog.

Tags : Quo vadis Domine? - pantin - actualité - tout est illusions - Les hommes les plus humains ne font pas la révolution : ils font les bibliothèques ou les cimetières. » André Malraux - dieu n'est pas là - Ring-a-round the rosie A pocket full of posies Ashes Ashes We all fall down! - attentats terrorsites - non-violence - Le Dialogue du Pessimiste - Le monde nous ignore - nous ignorait - et va continuer à le faire - Nous sommes héritiers de nos actes - "En ce monde la haine n'a encore jamais dissipé la haine Vivons donc heuresement sans haïr ceux qui nous haïssent Seul l'amour dissipe la haine" (Bouddha) - Maître de Justice - l'Homme du Mensonge - le Prêtre Impie